L’Espagne est le premier État de l’UE à changer la vision de la « pandémie » covid : stop avec le décompte des cas et des hospitalisations.

« Nous le traiterons comme un rhume commun. »

La « pandémie » est en train de changer. Pour cette raison, l’Espagne est en train de changer sa façon de vivre et de vivre avec le virus. C’est l’idée qui circule en Espagne par la voix du Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, qui a déclaré que le moment était venu de surveiller la pandémie d’une manière différente. « L’Espagne développe un système pour surveiller le Covid comme une grippe courante », titre le journal El Pais.

« Nous avons les conditions pour ouvrir, progressivement et avec prudence, le débat au niveau technique et européen, pour commencer à évaluer l’évolution de cette maladie avec des paramètres différents de ceux que nous avons jusqu’à présent », a déclaré Sanchez dans une interview à la radio Cadena Ser. Le journal espagnol souligne que les protocoles deviennent plus permissifs et aussi les restrictions car la plupart des gens ont maintenant été en contact avec virus et vaccins, ce qui les protègent des formes graves de la maladie.

La prochaine étape que le gouvernement espagnol a en tête sera de commencer à traiter les variants du Covid d’une manière plus similaire à ce qui se fait avec la grippe : arrêter de compter les cas et de tester chaque symptôme. Le but est de considérer le Sars-Cov-2 comme toute autre maladie respiratoire. Les autorités sanitaires espagnoles travaillent depuis des mois sur cette transition pour élaborer un plan pour abandonner progressivement la surveillance universelle du covid et basculer vers celle dite « sentinelle », celle utilisée depuis des années contre la grippe. « Au lieu de dénoncer chaque cas de Covid détecté dans le pays, ce qui est insoutenable à long terme, un groupe de médecins des écoles primaires ou des centres de santé sera stratégiquement choisi, en collaboration avec les hôpitaux, pour servir de témoins. »

L’objectif sera de créer un échantillon statistiquement significatif réparti en points clés, comme cela se fait avec les enquêtes, qui permet de calculer comment la maladie, la plus bénigne et la plus sévère, se propage, non plus au moyen d’un décompte numérique où sont insérés tous les cas mais un décompte à partir duquel les nombres les plus significatifs sont extrapolés. Le décompte des asymptomatiques et de ceux qui ne se retrouvent pas à l’hôpital disparaîtrait, pour ainsi dire.

Les responsables du Centre de Coordination des Alertes et Urgences Sanitaires (CCAES), ceux du Rapport d’Alerte, où sont représentés les techniciens de toutes les communautés autonomes et ceux du Centre National d’Epidémiologie (CNE) ont programmé diverses réunions pour en discuter changement de philosophie : quand et comment il sera mis en œuvre.

« Maintenant, compte tenu de l’énorme transmissibilité du covid, c’est un très grand défi de se conformer strictement aux protocoles de surveillance universels, cela devient impossible », a déclaré à El Pais Amparo Larrauri, chef du groupe de surveillance de la grippe et autres virus respiratoires au CNE. « En effet, les protocoles ont déjà commencé à se relâcher et les tests de contact direct des positifs ne sont plus obligatoires s’ils ne présentent pas de symptômes, par exemple », précise-t-il.

« Face à cette nouvelle réalité, nous travaillons à passer d’une surveillance universelle à une sentinelle des infections respiratoires aiguës légères dans les écoles primaires et sévères dans les hôpitaux. »

Il est clair que tout ne peut pas être changé du jour au lendemain. « Nous avons des engagements internationaux – relatifs à la notification de tous les cas – et les systèmes sentinelles doivent être consolidés », conclut Larrauri.

Un pas en avant vers une sortie de la folie covidienne…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :