Le 10 octobre, la rédaction de MPI s’interrogeait sur les « pénuries » de carburant, obligeant les voitures à rester parquer et les Français à un confinement énergétique qui ne dit, pas encore, son nom : ces pénuries de liquide dans le réservoir sont-elles spontanées ou organisées, telle était la question posée dans l’article. Des éléments de réponse avaient été apportés qui peuvent laisser supposer à une programmation gouvernementale qui favoriserait ainsi la sobriété énergétique indispensable à la Grande Réinitialisation et son plan vert.

D’Italie, qui subit la même crise énergétique qu’en France, ce qui n’était qu’une hypothèse au 10 octobre prend de plus en plus les allures d’une évidence : pour le gouverneur Ignazio Visco et le PDG de la Banque d’Italie, Luigi Federico Signorini, la hausse actuelle des prix de l’essence et du diésel, due à la crise inflationniste et énergétique, serait une extraordinaire incitation à la transition :

« Nous vivons des temps très difficiles, avec des risques de rationnement, mais il ne faut pas perdre leur utilité pour accélérer la transition énergétique », a expliqué le gouverneur Ignazio Visco. Assez de charbon ou de fossiles affirme-t-il, seules les énergies renouvelables sont les bienvenues, quels que soient les besoins matériels de l’économie, des entreprises et des familles. Mais surtout, indépendamment du fait que la Chine est le premier producteur de charbon au niveau mondial, avec plus de 50 pour cent de la production totale. En bref, les Européens doivent être écologiques – avec des dommages économiques conséquents – alors que le principal concurrent économique de l’Europe est loin de se plier aux diktats des khmers verts. Deux poids et deux mesures.  

Même langage en faveur du ‘Dieu’ vert chez le banquier en chef italien, Luigi Federico Signorini : selon lui, la hausse des prix seraient une opportunité extraordinaire pour « pour atteindre nos objectifs de transition climatique à long terme ».

Bref, malgré 2 millions de familles italiennes vivant sous le seuil de pauvreté, flanquées de près de 6 millions de citoyens dans les mêmes conditions, pour le top management de la Banque d’Italie, la hausse des prix serait une véritable grâce climatique.

Parce que tout est subordonné à la nouvelle « religion » environnementale, toutes ces pénuries, ces hausses de prix de l’énergie pharaoniques, sont donc un bienfait… Et tant pis si les familles n’ont pas les moyens de se chauffer cet hiver ou simplement d’aller au travail faute de carburant, tant pis si le tissu économique s’effondre, tout ceci entraînant des décès, suicides, désespoirs, guérilla, rien ne doit venir s’opposer à l’agenda du fondamentalisme climatique qui va de pair avec l’Agenda 2030 du Forum Economique Mondial.

Hier c’étaient les communistes qui promettaient des lendemains qui chantent, aujourd’hui ce sont les ayatollahs verts, et le résultat sera le même : des millions de morts en perspective à cause d’idéologies inhumaines ! Les « écolos » arc-en-ciel sont bien les fils des cocos rouges …

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnement Revue Civitas!

Et si vous vous abonniez à la revue Civitas pour un an ? Et en plus économies sur les frais de port ! Pourquoi vous priver ?

Le numéro 82 – Franc-maçonnerie, déjà sorti !

Cliquez ici pour vous abonner.

%d blogueurs aiment cette page :