Rien ne va plus dans le monde feutré et corrompu de Big Pharma et des gouvernements covidistes.

Le ministère de la Santé du pays laboratoire des injections Covid à ARNm de Pfizer, Israël, ne sait plus quoi inventer pour ne pas présenter à la justice le contrat signé avec le laboratoire Pfizer.

Le quotidien israélien i24 News dans son édition du 15 décembre dernier raconte en effet que « le ministère israélien de la Santé a affirmé devant le tribunal qu’il n’était pas en mesure de localiser l’accord signé avec l’entreprise pharmaceutique Pfizer concernant le partage d’informations épidémiologiques sur les vaccins contre le coronavirus, et a même déclaré qu’il ne savait pas si l’accord avait été signé ».

Israël, le laboratoire des injections Covid à ARNm de Pfizer

En 2020, Israël avait reçu en priorité des vaccins du laboratoire Pfizer en échange de données épidémiologiques sur sa population. Plus de 6 millions de personnes ont reçu les doses de ce vaccin. Et comme dans bien d‘autres pays, les effets secondaires graves étant en hausse, les procédures devant les tribunaux pour faire condamner le laboratoire et les gouvernements se multiplient.

La procédure en question, explique i24 news s’inscrit « dans le cadre d’une requête en cours devant le tribunal de district de Jérusalem ». Le ministère de la Santé, souligne le journal « a admis que, bien que des recherches approfondies aient été menées, l’accord signé avec Pfizer concernant les vaccins n’a pas été localisé. ‘Nous n’avons pas trouvé d’accord signé’, a affirmé l’avocate Ahava Berman du bureau du procureur, au nom du ministère de la Santé. ‘Nous avons cherché dans tous les endroits, y compris le bureau du PDG et le service juridique’.

L’accord avait été rendu public en janvier 2021, mais I24 news révèle cette information importante :

« une grande partie de ses clauses avaient alors été occultées. Dans l’accord publié, un espace avait été laissé pour la signature du directeur général du ministère de la Santé de l’époque, Hezi Levy, et d’une autre personne de Pfizer, dont le nom a été noirci – mais leurs signatures n’y figurent pas. Dans la réponse du ministère de la Santé au tribunal, il est affirmé que le ministère ne sait en conséquence pas si l’accord a été signé… ou non. »

SMS de von der Leyen et contrat perdu, les relations dangereuses avec Pfizer

Au regard de l’excuse donnée pour ne pas présenter l’accord signé, on peut aisément supputer que le ministère et de Pfizer ne souhaitent pas la divulgation à la population des clauses cachées de leurs contrat. Ce qui laisse supposer des magouillages mafieux et des chiffres de résultats et d’efficacité bidonnés.

Entre les SMS de la présidente de la commission européenne Ursula von de Leyen avec Albert Boula, le PDG de Pfizer, que la principale intéressée ne veut toujours pas communiquer, et maintenant cette fantasque histoire de contrat perdu, décidemment le laboratoire Pfizer et les signataires de contrats pour les vaccins covid ne veulent pas de transparence dans leurs petites transactions à milliards d’euros. Quelque chose à cacher dirait-on !

Francesca de Villasmundo  

  

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :