L’Arabie Saoudite continue de massacrer froidement les populations yéménites rebellées. La campagne militaire, entamée fin mars 2015 par Riyad dans le but de remettre au pouvoir l’ancien président sunnite Abd Rabbuh Mansur Hadi, a déjà coûté la vie à plus de 11 400 yéménites. Mais les avions de chasse saoudiens veulent visiblement en découdre, y compris en utilisant des bombes à fragmentation au mépris des conventions internationales. Les gouvernements occidentaux restent, bien entendu, silencieux devant ce nouvel épisode de l’histoire belliqueuse de l’Islam. Il pourrait y avoir, pour Riyad, des enjeux plus immédiats.

Selon la chaîne yéménite Al-Masirah, l’Arabie Saoudite aurait largué lundi des bombes sur le district de Harad dans la province de Hajjah. Les bombes utilisées sont des bombes à fragmentation qui sont interdites par les conventions internationales parce qu’elles causent des ravages parmi les populations civiles. C’est probablement le but recherché par Riyad pour étouffer les menées de l’Iran chiite sur ses frontières yéménites.
Plusieurs groupes de défense des droits de l’homme, comme Amnesty International et Human Rights Watch, ont bien dénoncé l’utilisation de bombes à fragmentation par Riyadh au Yémen. Mais le royaume musulman ne change rien et poursuit imperturbablement son agression. Peut-être cette obstination vient-elle de la haine multi-séculaire, menée par la Mecque sunnite contre les rebellions chiites ; peut-être, l’enjeu est-il la survie même du royaume saoudien.

Les chasseurs saoudiens ont lancé lundi des frappes aériennes contre des zones résidentielles dans la province d’Amran, sur le district de Dhahir dans la province de Saada ou dans le district d’Asilan dans la province de Shabwah. Trois autres raids aériens ont frappé la région de Madfoun et la vallée d’Asrat dans le district de Nihm, au nord-ouest de la capitale yéménite, Sana’a.
De son côté, la rébellion yéménite chiite riposte avec l’aide, au moins technique, de conseillers militaires iraniens, attaquant les positions des mercenaires qui combattent pour l’Arabie Saoudite au Yémen, saisissant une grande quantité d’armes et de munitions fournies par Riyad.

On peut comprendre que l’Arabie Saoudite, attachée au sunnisme fondateur, ait pu déclencher une guerre « facile » contre l’insolente rébellion chiite de son petit voisin yéménite. Pour reconstruire l’unité nationale derrière lui, et faire taire les dissensions au sein de sa propre famille, le roi Mohammed ben Salmane Al Saoud a donc engagé cette expédition « facile ». Mais on ne peut envisager cette aventure guerrière sans l’influence des conseillers de Washington. Le jeu des puissances est suffisamment trouble pour que l’on se penche un peu sur les enjeux.
L’Arabie Saoudite, riche et repue, manque de qualités guerrières. Elle largue donc des bombes mais paie des mercenaires pour faire la guerre à sa place sur le terrain. Face à des Yéménites décidés à défendre leur territoire et soutenus par l’armée iranienne, c’est périlleux. Car, depuis Carthage, on sait que les mercenaires ne se battent jamais aussi bien que des soldats nationaux. Le sort de la guerre pourrait donc être hasardeux.

Si l’on considère donc la déstabilisation de la région provoquée par la chute de Saddam Hussein en Irak, la mise en place de Daesh en Irak et en Syrie, les troubles politiques en Egypte, en Libye jusqu’en Tunisie, on peut se faire du souci pour la monarchie saoudienne, car le but semble bien le chaos dans la région.
En principe, Riyad ne devrait pas perdre cette guerre, mais cela pourrait se passer assez mal pour que la famille régnante, déconsidérée, perde le pouvoir et que le royaume soit disloqué.

Le scénario paraît aujourd’hui bien précoce. Mais, encore une fois, avec l’Irak et la Libye détruite, la Syrie disloquée, l’Iran affaiblie, le tour de Riyad pourrait bien arriver. C’est que semble réaliser tardivement Mohammed ben Salmane Al Saoud et ce qui explique sa détermination actuelle.
Un petit pays, mais un acteur d’influence mondiale, semble jouer obstinément une partie d’échec entamée depuis longtemps, une partie d’échec où il élimine méthodiquement les nations de la région pour s’agrandir, promesse biblique, du « fleuve d’Égypte jusqu’à l’Euphrate » … 

source : http://www.iran-daily.com/News/174504.html

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :