« It’ done » (C’est fait) aurait été le message SMS envoyé par Liz Truss, le Premier ministre britannique, démissionnaire depuis, au secrétaire d’État américain Antony Blinken, juste après les explosions qui ont endommagé le gazoduc russe Nord Stream.

« Dmitry Peskov, le porte-parole du Kremlin, a déclaré que les agents du renseignement du Kremlin « avaient des données indiquant que des spécialistes militaires britanniques dirigeaient et coordonnaient l’attaque », qui a détruit deux lignes de gaz allant de la Russie à l’Allemagne en septembre », indique le quotidien britannique Daily Mail.

Peskov a ajouté : « Il existe des preuves que la Grande-Bretagne est impliquée dans le sabotage … un acte terroriste contre les infrastructures énergétiques vitales », a-t-il déclaré aux journalistes.

« De telles actions ne peuvent être mises de côté. Bien sûr, nous réfléchirons à de nouvelles étapes. Ça ne peut certainement pas être laissé comme ça. »

C’est pourquoi, la Russie réfléchit aux « nouvelles mesures » à prendre contre la Grande-Bretagne qu’elle accuse donc d’avoir coordonné les attaques contre les tuyaux de gaz Nord Stream.

Cependant aucune preuve concernant une implication de la Grande-Bretagne, implication qui pourrait être plus que crédible, n’ont pour l’instant été fournies par le Kremlin.

De son côté, « Londres a rejeté les allégations » souligne le Daily Mail.

Le porte-parole du Premier ministre Rishi Sunak a déclaré mardi que Londres ne serait pas entraînée dans des « distractions qui font partie du livre de jeu russe ».

Lundi, le ministre des Affaires étrangères James Cleverly a déclaré aux Communes que les allégations russes contre le Royaume-Uni étaient « de plus en plus détachées de la réalité ».

Il est en revanche certain, les autorités britanniques ayant admis l’incident après l’avoir caché, que le téléphone portable de Liz Truss a bien été piraté, affirment-elles durant l’été, soit avant le sabotage du Nord Stream qui eut lieu le 26 septembre dernier, et lorsque Truss n’était encore que secrétaire britannique aux Affaires étrangères. Le quotidien anglais Mail on Sunday a rapporté, la semaine dernière, que des messages privés entre Truss et d’autres ministres internationaux des Affaires étrangères, dont certains sur l’Ukraine, étaient tombés entre des mains étrangères.

Concernant l’enquête sur ce sabotage, la Suède qui la mène a les résultats mais refuse de les communiquer. On peut donc présager que ce n’est pas la Russie, autrement le pays scandinave aurait publié les preuves au plus vite pour asseoir cette accusation contre la Russie de manière matérielle, et on sait aussi que si ce n’est pas la Russie, ce ne peut être qu’une puissance de l’OTAN !

Ce qui donc nous ramène à une possible implication de Londres…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnement Revue Civitas!

Et si vous vous abonniez à la revue Civitas pour un an ? Et en plus économies sur les frais de port ! Pourquoi vous priver ?

Le numéro 82 – Franc-maçonnerie, déjà sorti !

Cliquez ici pour vous abonner.

%d blogueurs aiment cette page :