Sanctoral

Saint Damase – Pape et Confesseur : « Lire avec zèle la Bible »

On convient que saint Damase était d’origine espagnole, quoiqu’on ne sache pas précisément en quelle ville ni en quelle province il naquit, vers l’an 304. Étant venu à Rome avec sa famille, il entra dans les Ordres sacrés et devint par ses mérites un des membres les plus considérables du clergé. Le pape saint Libère en fit son archidiacre ou vicaire général et lui confia la charge de nonce apostolique auprès des empereurs Valens et Valentinien. En 355, Libère, gardien de la foi de Nicée et défenseur de saint Athanase, fut enlevé de son siège par ordre de l’empereur Constance. Ne se contentant pas de témoigner de sa fidélité au souverain pontife, Damase voulut l’accompagner quelque temps jusqu’en Thrace où il souffrit l’exil et la mort. Après le décès du Saint-Père, saint Damase, alors âgé de soixante-deux ans, fut élu pour lui succéder. Ursin ou Ursicin, diacre ambitieux qui convoitait la haute dignité de souverain pontife, se fit élire antipape. Jaloux de l’ascendant moral dont jouissait saint Damase, Ursin le fit accuser d’adultère. Le saint pontife ne se troubla point de cette noire calomnie, mais pour le bien de l’Église, il assembla à Rome un synode de quarante-quatre évêques où il se justifia pleinement. Ses accusateurs furent excommuniés et chassés de la ville éternelle. Malgré ces difficultés, saint Damase donna tout son éclat à la papauté au IVe siècle. En 369, sur le conseil de saint Athanase, il convoqua un concile à Rome où il condamna les décrets du faux concile de Rimini dans lequel la profession de foi du concile de Nicée avait été rejetée, et déposa Auxence, évêque arien de Milan. En 373, dans un deuxième concile toujours tenu à Rome, il condamna les nombreuses hérésies qui infectaient alors l’Église d’Orient, surtout celle d’Apollinaire qui prétendait que le corps de Jésus-Christ n’avait pas été formé dans le sein de Marie, et qu’en la personne du Christ, le Verbe tenait lieu de l’entendement humain. Durant ce même concile, saint Damase promulgua la liste des Livres de l’Ancien et du Nouveau Testament reconnus comme divinement inspirés. Ce saint pape régla aussi la psalmodie et introduisit l’usage de terminer tous les psaumes par le Gloria Patri. En 381, après avoir convaincu d’hérésie les évêques Pallade et Secondien, saint Damase tint le second concile général de l’Église dans la ville d’Aquilée, afin de remédier au schisme qui affligeait depuis longtemps l’Église d’Antioche. Cette réunion au sommet se composait de cent cinquante évêques d’Orient. Arius et le prince Macédonius furent condamnés, leurs erreurs démasquées, et la foi orthodoxe ressuscita plus forte et plus belle qu’auparavant. Le saint pape Damase mourut octogénaire, après avoir gouverné pendant dix-huit ans l’Église de Jésus-Christ avec un dévouement inlassable et une sagesse éprouvée. Il mourut en 384. Son corps est vénéré dans la Basilique Saint-Laurent-in-Damaso, qu’il avait lui-même fait construire.

Saint Victoric et Saint Fuscien, Martyrs

Émules de Quentin, de Crépin et de Crépinien, Victoric et Fuscien étaient aussi deux jeunes Romains venus à Thérouanne, au nord de la France actuelle, pour répandre l’Évangile dont ils avaient reçu le bienfait. Leur succès attira sur eux la haine des prêtres païens; toutefois par leur parole et leurs prodiges, ils purent amener à la foi chrétienne un grand nombre d’idolâtres. Traduits au tribunal du féroce préfet des Gaules, Rictiovarus, ils subissent un long interrogatoire: « Quel Dieu adorez-vous? leur dit-il. – Nous adorons Jésus-Christ, Fils de Dieu, qui a sauvé le monde après l’avoir créé. – Quittez cette folie et sacrifiez aux dieux, ou bien je vous accablerai de supplices. – Quand on sert Dieu, on ne craint pas la mort. » Les deux confesseurs sont chargés de fers et conduits à Amiens. Là ils sont attachés à un poteau, et on leur traverse le nez et les oreilles avec des broches de fer. On leur enfonce ensuite dans la tête des clous rougis au feu, et on leur arrache les yeux. Les martyrs bénissent Dieu dans leurs tourments. On les jette en prison, croyant qu’ils vont y rendre l’âme; mais on les retrouve le lendemain vivants, pleins de force et invincibles dans leur foi: « Qu’on les attache à un poteau! s’écrie Rictiovarus, et qu’on les perce à coups de flèches. » L’ordre barbare est exécuté; bientôt une grêle de flèches hérisse le corps des deux martyrs, dont le sang jaillit abondamment sur le sol. Enfin ils ont la tête tranchée, et leur âme vole au Ciel recevoir la récompense d’un si généreux sacrifice. La foule émerveillée aperçut alors les dépouilles mortelles des deux martyrs toutes brillantes de gloire, et admira la grandeur du Dieu des chrétiens. Mais son admiration fut plus grande, quand elle vit les deux corps se lever, prendre dans leurs mains leurs têtes sanglantes et les porter au lieu où avait été placé le corps du martyr Gentien, leur disciple, victime de la cruauté de Rictiovarus.

Martyrologe

A Rome, saint Damase Ier, pape et confesseur, qui condamna l’hérésiarque Apollinaire, et rétablit Pierre, évêque d’Alexandrie, qu’on avait chassé de son siège. Il découvrit les corps de nombreux saints martyrs, et orna leurs tombeaux d’inscriptions en vers.

A Rome encore, la passion de saint Trason. Comme il employait sa fortune à nourrir les chrétiens condamnés à travailler dans les thermes, exténués par d’autres travaux publics, et détenus en prison, il fut arrêté par ordre de l’empereur Maximien, et reçut la couronne du martyre avec deux autres nommés Pontien et Prétextat.

A Amiens, en Gaule, les saints martyrs Victoric et Fuscien. Sous le même empereur, le préfet Rictiovare ordonna de leur enfoncer des broches de fer dans le nez et les oreilles, de leur percer les tempes avec des clous rougis au feu, ensuite de leur arracher les yeux et de cribler leur corps de flèches. Ayant été enfin décapités avec leur hôte saint Gentien, ils s’en allèrent ainsi vers le Seigneur.

En Perse, saint Barsabas martyr.

En Espagne, saint Eutyche martyr.

A Plaisance, saint Savin évêque, célèbre par ses miracles.

A Constantinople, saint Danielle Stylite.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :