Sanctoral 

Saint Antoine de Padoue, Confesseur et Docteur, 1er Ordre capucin

Il s’appelait d’abord Fernando ; il prit comme nom de religion : Antoine, et fut surnommé de Padoue, du nom de la ville où il mourut et fut enseveli. Il est né à Lisbonne, en 1195, Célestin III étant pape, Henri VI empereur et Philippe-Auguste roi de France, de la famille glorieuse de Godefroy de Bouillon premier roi de Jérusalem, dont une branche s’était implantée en Portugal. Jeune homme, il embrassa la vie des Chanoines réguliers. Comme on transportait à Coïmbre les corps de cinq bienheureux Martyrs, Frères mineurs qui avaient récemment souffert pour la foi au Maroc, leur vue embrasa Antoine du désir d’être aussi martyrisé, et il passa dans l’Ordre des Franciscains. Sous l’impulsion de ce désir, il se dirigea vers le pays des Sarrasins ; mais une maladie le réduisit à l’impuissance et le força de revenir. Or, bien que le navire qui le portait fît voile pour l’Espagne, les vents le poussèrent en Sicile. De la Sicile, il se rendit au chapitre général qui se tenait à Assise. Puis, retiré dans l’ermitage du mont Saint-Paul en Toscane, il y vaqua longtemps à la divine contemplation, aux jeûnes et aux veilles. Élevé plus tard aux saints Ordres, il reçut la mission de prêcher l’Évangile. La sagesse et la facilité de sa parole lui obtinrent tant de succès et excitèrent une telle admiration que, prêchant un jour devant le souverain Pontife, il fut appelé par lui l’arche du Testament. Il poursuivit les hérésies avec une extrême rigueur, et les coups qu’il leur porta lui valurent le nom de perpétuel marteau des hérétiques. Le premier de son ordre, à cause de l’éclat de sa science, il expliqua les saintes lettres à Bologne et ailleurs, et dirigea les études de ses frères. Après avoir parcouru nombre de provinces, il vint, un an avant sa mort, à Padoue, où il laissa d’insignes monuments de sa sainteté. Enfin, ayant accompli de grands travaux pour la gloire de Dieu, chargé de mérites, illustré par ses miracles, il s’endormit dans le Seigneur aux ides de juin, l’an du salut mil deux cent trente et un (13 juin 1231). Le souverain Pontife Grégoire IX l’a inscrit au nombre des saints Confesseurs moins d’un an après sa mort. Il a acquis une immense popularité grâce à ses nombreux miracles et au zèle des Frères Mineurs, qui, dès le XIVe siècle, ont répandu son culte de toutes parts. Il fut déclaré Docteur de l’Église Universelle par le Pape Pie XII. Saint Antoine est célèbre par l’apparition de l’Enfant Jésus, qui vint un jour Se mettre entre ses bras. On l’invoque avec succès pour retrouver les objets perdus.

Martyrologe

 A Padoue, saint Antoine, Portugais, prêtre de l’Ordre des Frères Mineurs, confesseur et Docteur de l’église. Célèbre par sa vie, ses miracles et sa prédication, il fut inscrit par le pape Grégoire IX au catalogue des saints, moins d’un an après sa mort.

A Rome, sur la voie Ardéatine, l’anniversaire de sainte Félicula, vierge et martyre. Comme elle ne voulait ni épouser Flaccus, ni sacrifier aux idoles, elle fut remise aux mains du juge, qui, voyant sa constance à confesser le Christ, la tint longtemps dans une ténébreuse prison, la privant de toute nourriture et la fit ensuite tourmenter sur le chevalet, jusqu’à ce qu’elle eût rendu l’esprit. Après sa mort, on jeta son corps dans un égout; un saint prêtre, nommé Nicodème, l’en retira et l’ensevelit sur la même voie Ardéatine.

Dans les Abruzzes, saint Pérégrin, évêque et martyr, que les Lombards précipitèrent dans la rivière de l’Aterno, en haine de la foi catholique.

A Cordoue, en Espagne, saint Fandile prêtre et moine: durant la persécution des Arabes, il fut décapité et souffrit le martyre pour la foi du Christ.

En Afrique, les saints martyrs Fortunat et Lucien.

A Byblos, en Phénicie, sainte Aquiline, vierge et martyre. Agée de douze ans seulement, pour avoir confessé la foi, elle fut, sous l’empereur Dioclétien et le juge Volusien, meurtrie de soufflets et de verges, percée avec des alènes rougies au feu; enfin frappée par le glaive, elle consacra sa virginité par le martyre.

En Chypre, saint Tryphille évêque.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés