Un tremblement de terre d’une magnitude 7.1 est survenu au Mexique le 19 septembre dernier faisant au moins 300 morts dans la ville de Mexico, Morelos et Puebla.

Rapidement, des milliers de volontaires mexicains se sont rassemblés pour essayer de secourir les victimes qui étaient restées sous les décombres. Pendant ce temps, les associations civiles et les particuliers se sont organisés pour rassembler des vivres, tels que de l’eau, de la nourriture, des médicaments, des outils de travail (utilisés pour continuer le sauvetage), afin de les envoyer aux sinistrés et secouristes.

Hommes, femmes et enfants étaient là pour apporter leur aide. Les uns travaillaient, les autres priaient, apportaient de la nourriture, puis, ils se relayaient. L’unité mexicaine est devenue une réalité. Seuls les politiciens furent les grands absents de ce rassemblement. Sur les réseaux sociaux on a vu circuler les vidéos de ces héros infatigables qui pénétraient sous les épaves et ressortaient avec un blessé, donnant de l’espoir aux familles des victimes. Mais, on a vu également des vidéos montrant les pires actes de lâcheté de la part du gouvernement. Voici quelques exemples :

  • Le gouverneur du Chiapas, Manuel Velasco et sa femme (une vedette de télévision) se sont rendus sur les lieux dévastés par le séisme (des villages très pauvres malheureusement) et ont promis des aides aux familles. Ces aides ne sont jamais arrivées alors que ce gouverneur dépense des millions de dollars en publicité, et actes de corruption.
  • La population mexicaine a demandé à l’ institut du gouvernement qui gère les partis politiques du pays de « faire un don » pour les victimes du séisme. Réponse des députés et sénateurs : Non ! car ce seraient un « détournement de fonds (!) ». Face à cette insulte du gouvernement les Mexicains ont commencé à faire pression par tous les moyens. Alors la demande est devenue une exigence. Peu à peu, et un par un, les politiciens ont accédé « au don » d’au moins 20% de la recette destinés aux partis politiques. Reste à voir s’ils vont véritablement faire le don… Mais cette décision arrive très tard car les Mexicains, à l’heure actuelle, exigent le 100% du montant, et soulignent : « à tous les politiciens, nous vous rappelons que ce n’est pas votre argent, mais le nôtre. C’est l’argent de nos impôts, du fruit de notre travail ».
  • Mais il y a eu pire ! Nonobstant le scandale de la mafia politique mexicaine, un gouverneur a eu la bonne idée de tirer profit de la situation pour récupérer (dérober) les vivres donnés par des particuliers destinés aux victimes. En effet, plusieurs camions poids-lourd chargés de ravitaillements allant en direction d’un séminaire diocésain pour déposer ces aides dans leur agence catholique de secours, Caritas Internationalis (laquelle collecte et distribue les vivres), ont été arrêtés par les autorités du gouvernement. Leur entrée a été interdite. Puis, après avoir vidé les poids-lourd, leur contenu a été déposé dans les installations du DIF (centre d’assistance sociale qui appartient au gouvernement). Juste quand on remettait les vivres dans les caisses du gouvernement (portant de belles étiquettes soit du DIF soit du nom du gouverneur), un groupe de plusieurs dizaines de jeunes a pénétré dans l’enceinte des bureaux et ont filmé tout ce qui s’y passait. Résultat, des volontaires sont arrivés par milliers et se sont organisés pour redistribuer les ravitaillements auprès des sinistrés.

Dans cette vidéo, vous pouvez voir l’évêque de Cuernavaca dénonçant le vol des vivres.

Prions Notre Dame de Guadalupe afin qu’Elle protège ses fils et apporte non seulement le secours matériel mais aussi spirituel dont ce pays d’anciens Cristéros en a tant besoin !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Un livre magnifique : Du mépris de la mort

Textes sur la mort, la sépulture et le deuil.

DU MEPRIS DE LA MORT – Textes de Démétrios Kydonès, saints Augustin, Thomas d’Aquin et Grégoire de Nysse sur la mort, la sépulture et le deuil présentés par l’Abbé Olivier Rioult aux éditions saint-Agobard.

 

%d blogueurs aiment cette page :