Dix-huit mois avant la pandémie, des scientifiques de Wuhan, en Chine, ont présenté un projet consistant à libérer les coronavirus aéroportés améliorés dans la nature, selon The Telegraph, qui cite des demandes de subventions divulguées à partir de 2018.

De nouveaux documents montrent qu’à peine 18 mois avant l’apparition des premiers cas de Covid-19, des chercheurs avaient présenté des projets pour libérer des nanoparticules pénétrant la peau contenant de « nouvelles protéines chimériques de  coronavirus de chauve-souris » dans des chauves-souris des cavernes du Yunnan, aux États-Unis.

Ils prévoyaient également de créer des virus chimériques, génétiquement améliorés pour infecter plus facilement les humains, et ont demandé 14 millions de dollars à la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) pour financer les travaux.

La demande de subvention a été présentée par le zoologiste Peter Daszak de l’Alliance EcoHealth basée aux États-Unis, qui espérait utiliser l’ingénierie génétique pour mettre ensemble des « sites de clivage spécifiques à l’homme » sur la chauve-souris Covid « ce qui faciliterait l’entrée du virus dans les cellules humaines », une méthode qui répond par coïncidence à une question débattue dans la communauté scientifique sur la façon dont le SRAS-CoV-2 a évolué pour devenir si contagieux pour les humains.

La proposition de Daszak comprenait également des plans pour combiner des souches de coronavirus naturel à haut risque avec des versions plus infectieuses, mais moins mortelles. Son « groupe de chauves-souris » de chercheurs comprenait le Dr Shi Zhengli de l’Institut de virologie de Wuhan, ainsi que des chercheurs américains de l’Université de Caroline du Nord et du National Wildlife Health Center de l’US Geological Survey.

La Darpa a rejeté le contrat, déclarant qu’ « il est clair que le projet proposé dirigé par Peter Daszak aurait pu mettre les communautés locales en danger », mettant en garde également sur le fait que Daszak n’avait pas pleinement pris en compte les dangers liés à l’augmentation du virus grâce à la recherche sur le gain de fonction, ou en libérant un vaccin dans l’air.

Les documents de subvention montrent que l’équipe avait également des inquiétudes concernant le calendrier de vaccination et a déclaré qu’elle « conduirait une activité de sensibilisation … afin que le public comprenne ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons, en particulier en raison de la pratique de la consommation de chauves-souris dans la région ».

Angus Dalgleish, professeur d’oncologie à St Georges, Université de Londres, qui a eu du mal à faire publier des articles montrant que l’Institut de virologie de Wuhan (WIV) effectuait un travail de « gain de fonction » depuis des années avant la pandémie, a affirmé que la recherche aurait pu continuer même sans le financement.

« Il s’agit clairement d’une ingénierie de gain de fonction du site de clivage des nouveaux virus pour améliorer l’infectiosité des cellules humaines dans plus d’une lignée cellulaire », a-t-il déclaré au Télégraphe.

Il est un nom dans l’article du Telegraph qui mérite l’attention : celui du zoologiste britannique Peter Daszak. En effet, ce dernier fit partie de l’équipe d’experts qui a enquêté à Wuhan, en février 2021, pendant 28 jours, au sein de la mission envoyé par l’OMS dans l’Empire du Milieu pour essayer de faire la lumière sur l’origine du SRAS-CoV-2. Les scientifiques de l’OMS, dont Daszak, avaient conclu que l’hypothèse de la fuite du virus d’un laboratoire de Wuhan, toujours soutenue par les Américains, « extrêmement improbable ». Déjà à l’époque, MPI avait révélé les liens d’intérêt entre Daszak, le Docteur Shi Zhengli, Wuhan, les chauves-souris et les coronavirus, et la volonté du scientifique britannique de diaboliser sous l’épithète infamante de « théorie du complot » toute hypothèse envisageant une fuite du laboratoire de Wuhan.

On comprend mieux, après les nouvelles révélations du Telegraph que l’on ne peut qualifier de quotidien complotiste, pourquoi Daszak persévérait tellement à nier toute origine humaine au Sars-Cov-2. Sa responsabilité dans la propagation de ce virus et son infectiosité pourrait être majeure.

Francesca de Villasmundo 

  

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :