Qui, en France, connaît Adrien Arcand ? Très peu de monde.

Né en 1899 à Montréal, Adrien Arcand est décédé en 1967. Il a été un brillant journaliste (notamment au Montreal Star et à La Presse), a fondé le Syndicat Catholique des Journalistes de Montréal, premier syndicat de journalistes au Québec, a lancé plusieurs hebdomadaires à succès, puis est devenu un homme politique canadien redouté.

En 1933, il fonde le Parti national social chrétien, ainsi qu’un journal ayant pour devise  » Le Canada aux Canadiens « . Le 30 mai 1940, alors qu’il est innocent de tout crime, Adrien Arcand est arrêté et interné jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale au camp concentrationnaire canadien de Fredericton, avec plusieurs cadres de son mouvement politique. Un internement de plusieurs années sans la moindre inculpation, sans procès, sans condamnation, uniquement parce que l’on prétendait qu’Adrien Arcand et ses amis présentaient  » un risque pour le Canada « . Durant sa captivité, Adrien Arcand contracta une affection rénale dont il ne se remit jamais complètement. Après la guerre, ni lui ni les autres membres de son partis emprisonnés injustement ne reçurent jamais la moindre  » réparation « .

En 1949, puis en 1953, Adrien Arcand se présente aux élections et reçoit même le soutien de l’Union Nationale de Maurice Duplessis, au pouvoir à Québec.

Fidèle serviteur de Dieu et de la Patrie, Adrien Arcand reçut autrefois le soutien d’un clergé lucide et courageux. Le Catéchisme national du mouvement d’Adrien Arcand avait reçu l’imprimatur du Cardinal Rodrigue Villeneuve, archevêque de Québec.

De France, Mgr Jouin, directeur de la Ligue Franc-Catholique et de la Revue internationale des sociétés secrètes, adressa ses encouragements à Adrien Arcand. Il dit notamment à son sujet que  » la dynamique et courageuse campagne du Canadien Adrien Arcand contre les forces du mal pourrait servir d’exemple à nos groupes similaires en France « .

SERVIAM – La Pensée politique d’Adrien Arcand, Anthologie élaborée par Paul Beaumont, préface de M. l’abbé Olivier Rioult, essai de Joseph Mérel, biographie par Rémi Tremblay, éditions Reconquista Press, 320 pages, 20 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

54 % 18 490 € manquants

Il nous manque 18 490 € pour boucler 2022 !

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :