C’est en tout cas ce que la Russie veut faire savoir et à bon entendeur, salut! En effet la Russie a annoncé de vastes manœuvres navales en Méditerranée, alors “que l’USS Ross, un destroyer américain, est entré en Méditerranée le 25 août dernier, armé de 28 missiles de croisière Tomahawk capables de frapper n’importe quelle cible en Syrie, Selon le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

«Nous prévoyons de déployer plus de 25 navires sous le commandement du croiseur lance-missiles Amiral Oustinov. Près de 30 avions participeront à ces exercices, dont des bombardiers stratégiques Tu-160», a fait savoir le ministère de la Défense russe dans un communiqué de presse. Les manœuvres devraient avoir lieu du 1er au 8 septembre.

Alors que l’ONU évoque la présence de quelque «10 000 terroristes» dans la province d’Idlib, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré : «Le foyer de terroristes qui s’est formé là-bas n’annonce rien de bon si l’inaction actuelle se prolonge.»

Les manœuvres navales engagées par la Russie, principale alliée de la Syrie, constituent donc selon lui une «hausse des mesures de précaution tout à fait fondée et justifiée.»

Ceci alors que depuis un mois la Russie ne cesse de dénoncer le projet d’une nouvelle fausse attaque chimique en Syrie, prétexte à de nouveaux bombardements occidentaux dont la menace a été brandie par John Bolton, conseiller américain à la sécurité nationale le 22  août. Menace réitérée par Emmanuel Macron récemment. Attaque chimique dont l’armée syrienne serait accusée alors que celle-ci s’apprête à  délivrer la région d’Idlib des supplétifs islamistes non avoués de la coalition américaine. Comme pour les prétendues attaques chimiques de la Ghouta ou d’Alep par Damas, à chaque fois il s’agit pour la coalition occidentale de protéger ses supplétifs terroristes qui combattent sous faux drapeau pour ses intérêts cachés. Il en est ainsi à chaque fois que ceux-ci sont acculés par l’armée syrienne. Une diabolisation médiatique est un bon moyen de faire diversion en pointant du doigt “le régime de Bachar el-Assad” afin de paralyser l’élan libérateur. Un piège qui a déjà souvent fonctionner mais aujourd’hui la Russie sonne la fin de la récréation.

Hier c’était l’envoyé spécial des Nations unies (ONU) en Syrie, Staffan de Mistura, qui faisait part de sa préoccupation du risque d’une catastrophe humanitaire dans la province d’Idlib, alors que l’armée syrienne est en passe de reprendre le contrôle de cette région où les groupes djihadistes seraient au nombre de 10 000 selon une estimation du représentant de l’ONU. L’homme demandait étrangement, hier, à Moscou, Téhéran et Ankara de convaincre Damas de surseoir à son offensive dans la province d’Idlib, redoutant que les deux camps n’aient recours à des armes chimiques. (Source) Étrange façon de lutter contre les terroristes et les armes prohibées que de demander au pouvoir légitime de ne pas finir de libérer son pays de l’occupation ennemie!

Les précédentes frappes américano-anglo-françaises dans la Ghouta orientale contre la Syrie, en avril dernier, avaient pris pour prétexte de semblables prétendues attaques chimiques attribuées sans la moindre preuve à Damas. Il semble d’ailleurs, qu’en réalité il n’y ait pas eu d’attaque chimique tandis que des témoins au contraire, ont dénoncé une mise-en-scène de la part de l’Occident et de ses alliés islamistes sous faux drapeau, pour simuler une telle attaque, ainsi que le dénonce clairement et arguments à l’appui, plus bas, l’ambassadeur russe à Washington, Anatoly Antonov, dans un message qu’il a publié sur Facebook et dans lequel il met en garde Washington.

Sévère mise-en-garde de Mocou

Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue syrien tenue ce 30 août, a fait part de la détermination de la Russie à aider la Syrie à mener à bien la reconquête intégrale de son territoire. «Nous avons des faits sous les yeux [la mise en chantier de’une fausse attaque chimique ndlr], et nous avons adressé une mise en garde forte à nos partenaires occidentaux de ne pas jouer avec le feu», a-t-il annoncé. Des navires russes ont d’ailleurs été aperçus ces derniers jours faisant route vers la Syrie, avant même l’annonce des manœuvres.

Cité par Reuters, le Ministre russe des Affaires étrangères a rappelé que le gouvernement syrien avait parfaitement le droit de combattre les groupes djihadistes. «Il reste encore la tâche de liquider les foyers restants de terrorisme, avant tout dans la zone de désescalade d’Idlib», a-t-il déclaré. De son côté, le ministre des Affaires étrangères syrien, Walid al-Moualem, a confirmé que la Syrie était déterminée à «aller jusqu’au bout» dans sa lutte pour libérer la province d’Idlib, dont il estime qu’elle est principalement tenue par les islamistes du Front al-Nosra ou Front Fatah al Cham (branche syrienne d’Al-Qaïda). Sergeï Lavrov a encore exhorté les Occidentaux, qui font mine de considérer les djihadistes comme de simple rebelles à Bachar-el-Assad, à ne pas utiliser les djihadistes comme des «pions» sur l’échiquier géopolitique.

Alors que l’envoyé de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, s’inquiétait d’un usage d’armes chimiques par l’armée syrienne ainsi que par les combattants rebelles, le ministre syrien a martelé que son pays ne possédait pas d’armes chimiques. Il a en outre assuré que l’armée syrienne tenterait autant que possible d’éviter les pertes civiles lors de l’offensive à venir.

Dans un message Facebook publié le 30 août, «en réponse aux questions des médias», l’ambassadeur russe à Washington, Anatoly Antonov a confirmé avoir rencontré des représentants spéciaux des États-Unis pour la Syrie, le 27 août:

Vendredi dernier, nous avons envoyé une lettre au Département d’État des États-Unis pour demander l’arrangement [d’une] réunion dès que possible. Nous sommes reconnaissants à David Satterfield et à ses collègues pour leur brève réaction à notre demande. (…).

L’essentiel est que nous ayons exprimé nos inquiétudes concernant les signaux américains de préparer de nouveaux bombardements sur la Syrie sous prétexte de l’utilisation possible d’armes chimiques par les Syriens. Nous avons souligné qu’une telle perspective nous préoccupe beaucoup. Nous avons appelé Washington pour fournir des informations non retardées sur les raisons pour lesquelles le sujet de l’utilisation d’armes chimiques par Damas est alimenté.

Nous avons noté qu’une telle rhétorique du côté américain pourrait servir de signal à différents groupes terroristes et organisations pseudo-humanitaires comme les «casques blancs» pour préparer une autre provocation. Nous avons fourni des détails sur les préparatifs du groupe militant «Front Fatah al cham» (ancien «Front al-Nosra») pour commettre une autre provocation avec l’utilisation d’agents toxiques contre la population civile dans le gouvernorat d’Idlib afin de blâmer les forces gouvernementales pour ce crime.

Nous avons informé nos collègues de la livraison de 8 conteneurs de chlore à la ville de Jisr al-choughour, qui ont ensuite été transférés par les activistes de Hizb al Islami al Turkistani au village de Hallouz où un groupe de combattants spécialement entraînés a déjà été déployés (ont été formés sous la direction de la compagnie militaire privée britannique “Olive Group”). Leur tâche consiste à simuler le sauvetage de victimes d’attaques chimiques. À cette fin, il est même prévu d’exploiter des enfants pris en otage.

Nous avons exprimé directement nos préoccupations. Cette provocation préparée avec la participation active des forces de renseignement britanniques peut servir de prétexte à la «troïka» occidentale (Washington-Londres-Paris) pour lancer une nouvelle frappe aérienne contre les infrastructures militaires et civiles syriennes.

Nous avons averti les États-Unis de ne pas s’engager dans une autre agression sans fondement et illégale contre la Syrie. Une nouvelle aggravation de la situation en Syrie ne serait dans l’intérêt national de personne et seul les terroristes en bénéficieraient. Nous nous attendons à ce que nos préoccupations soient entendues. Nous espérons que les États-Unis déploieront tous les efforts possibles pour empêcher l’utilisation d’agents toxiques par les terroristes et agiront de manière responsable, comme membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. (Source: message facebook de M. Antonov.)

L’annonce d’importantes manœuvres en Méditerranées de la part de la marine russe aujourd’hui, alors que le destroyer de guerre américain est déjà présent en Méditerranée, semble bien manifester la détermination de la part du Kremlin de donner du poids à ses avertissements pour la cas où ceux-ci n’auraient pas été bien pris au sérieux.

L’arme “invincible” de la Russie

En effet le Pentagone n’ignore pas que la Russie a les moyens de paralyser les systèmes électroniques de n’importe quel bâtiment et autres aéroplanes, depuis ses déboires en Méditerranée ou en Mer Noire. La Russie ayant pris une avance déterminante dans ce domaine technologique. Mais plus performant encore, Vladimir Poutine a annoncé officiellement en mars dernier une série d’armes nucléaires offensives «dont aucune autre armée que la nôtre ne possède l’équivalent», ajoutant: «Nous avons entamé le développement de nouveaux types d’armes balistiques qui n’empruntent pas les trajectoires balistiques durant leur vol vers leur cible, ce qui rend inutiles et tout à fait insensés les systèmes antimissiles». Annonce que le Pentagone a pris très au sérieux, selon de nombreux articles de la presse américaine. Par cette nouvelle technologie d’armement la Russie s’est dotée des moyens de se faire entendre et respecter des USA et de l’Otan, ainsi que le Président l’avait clairement expliqué: Vous n’avez pas voulu nous écouter ? Maintenant vous allez le faire!  Ceci en riposte au mépris constant des USA qui ne cessent de se rapprocher toujours plus des frontières russes en les menaçant, en dépit de leurs engagements.

Photo: Frégate russe Pytlivy traversant le détroit du Bosphore le 25 août 2018

Voir aussi: 

Émilie Defresne

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

17 commentaires

  1. Joséphine says:

    Moscou a raison de hausser le ton. A mon humble avis, il n’y aura pas de “castagne”. La Russie a du calmer ceux qui s’octroyaient le droit de flinguer BACHAR sur un prétexte fallacieux.

    • Paul-Emic says:

      d’un autre côté les mondialistes renoncent rarement. il reviendront d’une manière ou d’une autre

      • hathoriti says:

        Evidemment, Paul-Emic ! les “mondialistes” apatrides” banquiers, voleurs, s’accrochent comme des tiques et ne pardonnent JAMAIS ! ça remonte à loin, oh ! très loin ! ces gens sont la lie de l’humanité !

  2. Walker Fiamma Corsa says:

    De toutes façons les US et leurs alliés tendent vers une guerre. Si ce coup-ci ça ne réussit pas ce sera une autre fois. Endettés de toutes parts et économiquement faibles ça sera une bonne occasion d’ éponger leur déficit.
    Poutine et la Russie ont raison de hausser le ton mais à long terme ça ne suffira pas.
    Le prétendu “dictateur” El Hassad n’ est qu’ un prétexte. Surtout quand on sait que l’ Arabie ça-où-dites, a versé encore une fois, 100 millions de dollars d’ aides aux ricains.

    • pamino says:

      Comment seront les choses à long terme, à votre avis ?

      • Walker Fiamma Corsa says:

        Je crois Pamino que vous connaissez la réponse ou bien que vous vous en doutez. On n’ apprend pas aux vieux singes à faire la grenouille, s’ pas ?

        Pour la seule France je vois une révolution ethnique mais pas avant quelques années. La corde n’ est pas suffisamment tendue. Le temps que les actifs de la même génération que notre président lèvent enfin la tête de leurs cher (et chers) téléphone. Car eux aussi, après nous les vieux gêneurs, y passeront fiscalement parlant.

        Pour le moyen orient je vois une guerre sur place entre la Russie, l’ Iran, la Chine?, la Turquie?… contre bien sûr la fameuse alliance atlantique comprenant la France, les US, la GB et peut-être l’ Allemagne et l’ Espagne. Cette première option de guerre serait bien plus proche qu’ un conflit civil sur notre territoire.
        Une guerre qui ensuite devrait s’ étendre et devenir pratiquement mondiale.

        Quant à dire “seront” ce n’ est pas le mot mais plutôt comment je vois l’ avenir.

        Et vos pensées, vôtre façon de voir quelles sont-elles ?

        • Sans être expert en choses militaires, et peut-être juste pour cela, ja crains un autre 1914, où, d’une façon ou une autre, tout le monde ou presque voulait la guerre en ne savant pas trop pourquoi ; pour changer quelque chose … En pensant au désarroi croissant de l’Église occidentale, je suis content que ce soit Poutine qui dirige en Russie. Que Dieu le guide, on ne peut que prier.

  3. Je crois que le nombre de bons francais qui haissent les ricains ,leurs allies sont du cote Assad et Poutine ,,les militaires francais qui trahissent depuis des lustres le peuple ,,j aurai du mal a me forcer a pleurer s ils prennent une bonne toise ,,,ca ferait du frere moloch en moins ,,,De toute c est le Vrai Dieu qui va leur eclater leurs faces de rats .

  4. Blague-à-part says:

    Les américains ne comprennent que le langage de la force, c’est dans leur ADN. Ils ont pris le sol américain par la force en tuant les Indiens, il ne connaissent que la loi du plus fort. Et cette fois-ci il ont trouvé leur maître,

    En effet “l’arme invincible” de Poutine est réellement invincible, et le restera tant que les ricains n’auront pas volé le brevet. C’est un missile atomique à longue portée MAIS intraçable, donc impossible de l’intercepter. Heureusement pour les brutes des USA, Poutine déteste la guerre, mais il ne faudrait quand même pas trop menacer son pays…

  5. Aucun commentaire n’apparaît

    • (Vous aviez probablement cessé d’être en ligne, ça m’arrive souvent.)

  6. Les Américains ne comprennent que la force, c’est dans leur ADN, ils se sont installés chez les Indiens en les tuant, ils ne connaissent que la loi du plus fort. Et là avec son missile invincible Poutine les tient! C’est un missile nucléaire de longue portée qui est intraçable, donc impossible à intercepter. Il restera invincible tant que les ricains n’auront pas volé ses plans.

    Les USA ont de la chance, Poutine a horreur de la guerre… Mais il ne faudrait pas trop menacer son pays et cette fois-ci les brutes d’outre-Atlantique ont reçu le message 5/5.

  7. Poutine porte une responsabilité immense. Il faut prier pour lui.

  8. Petiprince says:

    les anglo saxons sont des fouteurs de merde, et depuis longtemps !….tout ça pour le fric et uniquement pour le fric !…peu importe les centaines de milliers de morts !

  9. Espérons que Poutine n’aura pas la faiblesse de laisser “exfiltrer ” les 10 000 salopards coincés à Idlib, comme il l’a fait pour d’autres groupes terroristes. Il faut exterminer ces salopards, criminels, égorgeurs, en attendant que leurs commanditaires s’en prennent aussi sur la gueule.
    L’invincibilité de l’armée russe me paraît être un bobard gigantesque. Ils sont revenus à un bon niveau face aux assassins USA, mais il ne faut pas se faire d’illusions. Les manipulateurs de l’opinion veulent faire sécher de frayeur les populations en vue d’imposer le “gouvernement mondial” . Et une menace nucléaire de ce type répond parfaitement au but recherché.
    FICTION:
    Référendum planétaire
    Que préférez-vous?
    1) une 3e guerre mondiale
    2) un gouvernement mondial garant de la paix.
    Pour moi, ni l’un ni l’autre, que Dieu nous délivre des salauds qui nous gouvernent et cela ira mieux.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

2350 récoltés 32.650 € manquants

2350 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 32.650 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !