La cancel culture, culture de l’annulation, cette mode destinée à bannir les penseurs, écrivains, artistes, des siècles passés ou présents dissidents par rapport à une pensée unique contemporaine est à l’œuvre non seulement sur les réseaux sociaux, ce qui est déjà ubuesque, mais plus grave encore à l’université et dans l’enseignement tout court.  

William Shakespeare est la dernière victime de cette charge anachronique lancée par des incultes abrutis par un politiquement correct déconstructeur. Le plus grand dramaturge anglais, pour ces nouveaux maîtres à penser, -qui de pensée n’ont que les folle jalousie et idéologie égalitariste des indigénistes Black Lives Matter-, serait un impardonnable raciste, sexiste, méprisant élitiste… Faut dire que les accusations sont faciles, le coupable, qui n’est pas même présumé innocent, est dans l’impossibilité de se disculper de là où il est, six pieds sous terre…

Le Washington Times qui relate la décision d’enseignants américains de bannir Shakespeare des programmes de littérature note que pour “la nouvelle race d’enseignants, Shakespeare est moins considéré comme une icône de la littérature que comme un outil d’oppression impériale, un auteur qui devrait être disséqué en classe ou banni entièrement du programme”.

“Il s’agit de la suprématie blanche et de la colonisation”, ont déclaré les enseignants qui ont fondé #DisruptTexts, un groupe qui veut que des éléments de base de la littérature occidentale soient enlevés ou soumis à de vives critiques.

“Les professeurs anti-Shakespeare disent que les fans des pièces ignorent la vision du monde problématique de l’auteur. Ils disent qu’il devrait être nécessaire que les lecteurs de Shakespeare comprennent la “blancheur” de leur pensée” continue le Washington Times qui donne des exemples de cette guerre menée contre Shakespeare : “Sarah Mulhern Gross a déclaré au journal qu’elle avait livré une “analyse de la masculinité toxique” à ses élèves lisant “Roméo et Juliette” à la High Technology High School de Lincroft, New Jersey.”

“Un nombre croissant d’éducateurs… arrivent à la conclusion qu’il est temps que Shakespeare soit mis de côté ou désaccentué pour faire de la place pour des voix modernes, diverses et inclusives”, soutient un essai intitulé “Enseigner ou ne pas enseigner: c’est Shakespeare est-il toujours pertinent pour les étudiants d’aujourd’hui?”

Des voix s’élèvent contre cette “cancel culture” qui met le barde anglais au pilori :

“Certains chercheurs doutent que l’inscription de Shakespeare sur la liste noire améliore l’éducation”, précise le Washington Times. “C’est une nouvelle version de la culture d’annulation”, a déclaré Peter Wood, président de la conservatrice National Association of Scholars“Ils ont peu de respect pour les grands livres.”

“Une étude réalisée l’année dernière par l’association a identifié une marche de 1987 à l’Université de Stanford comme un tournant dans l’éducation moderne lorsque l’activiste démocrate Jesse Jackson a dirigé les étudiants de premier cycle avec un chant : “Hey ho, la civilisation occidentale doit partir.”

“En un an, Stanford avait effacé l’exigence de la civilisation occidentale pour les étudiants de premier cycle. À peu près au même moment, les salles de classe du monde entier ont commencé à adopter un programme multiculturel hostile aux auteurs masculins blancs, selon le rapport.”

Ainsi F. Scott Fitzgerald, William Golding et d’autres écrivains blancs morts sont eux-aussi sur la sellette, remplacés par des “livres enveloppés d’histoires raciales et “queer” ou “lesbiennes”, ou les navets pour adolescents ingenrés, “Hunger Games” et “Poet X”, histoire d’une jeune adolescente noire-hispanique à Harlem qui se rebelle contre l’éducation religieuse de sa mère et se retrouve dans la poésie slam.

En définitive, c’est à la civilisation et culture occidentales que s’en prennent ces purges répétitives menées tambour battant par les nouveaux commissaires politiques du monde post-moderne, petit-fils des soviets communistes.

“C’est une course vers le bas avec de mauvaises idées”, conclut Peter Wood.  “Ils se présentent comme les gourous omniprésents de la veille, et sur la plupart des campus, ils ont déjà gagné.”

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Un livre magnifique : Du mépris de la mort

Textes sur la mort, la sépulture et le deuil.

DU MEPRIS DE LA MORT – Textes de Démétrios Kydonès, saints Augustin, Thomas d’Aquin et Grégoire de Nysse sur la mort, la sépulture et le deuil présentés par l’Abbé Olivier Rioult aux éditions saint-Agobard.

 

%d blogueurs aiment cette page :