Le rapport McCarrick publié par la Secrétairerie d’État le 10 novembre 2020 a fait l’objet de nombreux commentaires. Certains soulignent ses insuffisances, tandis que d’autres le louent comme une preuve de la transparence de Bergoglio et du non-fondement de mes accusations. Je voudrais me concentrer sur certains aspects qui méritent d’être approfondis et qui ne me concernent pas personnellement. Le but de ces réflexions n’est donc pas d’apporter des preuves supplémentaires concernant la fausseté des arguments soulevés contre moi, mais plutôt de mettre en évidence les incohérences du rapport et le conflit d’intérêts qui existe entre celui qui juge et celui qui est jugé, qui en mon opinion est de nature à invalider l’enquête, le procès et la peine.

Le désintéressement du juge

Tout d’abord, je dois dire que, contrairement à un procès civil ou pénal normal, dans les enquêtes ecclésiastiques, il existe une sorte de droit implicite à la crédibilité dans les témoignages des clercs. Cela semble avoir permis de considérer même les témoignages de prélats qui pourraient se trouver dans une position de complicité à l’égard de McCarrick comme des preuves, même s’ils n’auraient eu aucun intérêt à révéler la vérité, car cela leur aurait fait du tort à eux-mêmes et à leur propre image. En bref, pour emprunter une image de Carlo Collodi, il est difficile d’imaginer que le Chat (Kevin Farrell) pourrait exonérer de manière crédible le Renard (Theodore McCarrick); c’est pourtant ce qui s’est passé, tout comme il était possible de tromper Jean-Paul II sur l’opportunité de nommer McCarrick cardinal archevêque de Washington.

Il faut également rappeler que le cardinal Wuerl, successeur de McCarrick à la présidence de Washington, a démissionné le 12 octobre 2018, en raison de la pression de l’opinion publique après ses démentis répétés d’avoir été au courant de la conduite dépravée de son frère évêque. Pourtant, en 2004, Wuerl a dû traiter la plainte déposée par Robert Ciolek, un ancien prêtre du diocèse de Metuchen, contre McCarrick, en l’envoyant au Nonce Apostolique Mgr Gabriel Montalvo. En 2009, c’est Wuerl qui a ordonné le transfert de McCarrick du Séminaire Redemptoris Mater à la paroisse Saint Thomas l’Apôtre à Washington, et en 2010 c’est Wuerl lui-même, avec le président de la Conférence épiscopale, le cardinal Francis George, qui a conseillé le Secrétariat de État contre l’envoi d’un message de félicitations à McCarrick à l’occasion de son 80e anniversaire. Le rapport cite également la correspondance entre le nonce Sambi et Wuerl concernant le danger de scandale entourant la personne de McCarrick; il en va de même pour la correspondance du cardinal Re, préfet de la Congrégation pour les évêques, qui confirme que Wuerl «favorisait constamment McCarrick même quand il ne vivait pas au séminaire». Il est donc très étrange que les graves soupçons qui pesaient sur le cardinal avant ma nomination [comme nonce], qui sont amplement documentés dans le rapport, soient considérés comme des motifs de censure à mon encontre – bien que j’aie à nouveau informé la Secrétairerie d’État – mais pas contre Wuerl, qui même après sa démission en tant qu’archevêque de Washington a conservé ses postes dans les dicastères romains, y compris la Congrégation pour les évêques où il a conservé sa voix dans la nomination des évêques.

On ne sait pas pourquoi les rédacteurs du rapport sont si désinvoltes en jugeant Jean-Paul II pour avoir fait confiance aux paroles de son secrétaire en défense de McCarrick, mais si absous envers Bergoglio, malgré le fait qu’il y avait une pile de dossiers concernant l’oncle Ted, à qui le prédécesseur de Bergoglio avait demandé de «faire profil bas».

Je crois que le moment est venu de clarifier une fois pour toutes la position de l’organe de jugement – droit : de cet organe de jugement – par rapport à l’accusé.

Selon la loi, un juge doit être impartial et, pour être tel, il ne doit avoir aucun intérêt ou lien avec celui qui est jugé. En réalité, cette impartialité échoue dans l’un des processus canoniques les plus sensationnels de l’histoire de l’Église, dans lequel les scandales et les crimes allégués contre l’accusé sont d’une telle gravité qu’ils méritaient sa déposition d’être cardinal et sa réduction à l’état laïc.

L’absence d’une vraie condamnation

Il faut souligner l’extrême douceur de la peine infligée au contrevenant, on pourrait même dire son absence, puisque le seul accusé n’a été privé de l’état clérical qu’avec une procédure administrative du tribunal de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, ratifiée comme res iudicata par Bergoglio. Et pourtant, il aurait été possible de lui donner une peine de prison, comme cela a été fait pour le conseiller de la nonciature de Washington qui a été condamné en 2018 à cinq ans de prison au Vatican pour possession et diffusion de pornographie enfantine.

En vérité, le renvoi de l’État clérical révèle l’essence de ce cléricalisme – si déploré en paroles – qui considère l’état laïc presque comme une punition en soi, alors qu’il devrait être la prémisse de l’imposition d’une sanction pénale. Entre autres, l’absence d’emprisonnement ou au moins l’assignation à résidence permet à McCarrick d’avoir une totale liberté de mouvement et d’action qui maintient sa situation inchangée. Il est donc en mesure de commettre de nouveaux crimes et de continuer à mener ses activités criminelles dans les sphères ecclésiale et politique.

Enfin, il convient de rappeler que le processus canonique n’élimine pas les poursuites pénales contre l’ancien cardinal qui ont été introduites devant les tribunaux américains, qui croupissent étrangement dans le plus grand secret, démontrant davantage le pouvoir politique et l’influence médiatique de McCarrick non seulement au Vatican mais aussi également aux États-Unis.

Conflits d’intérêts et omissions

Il est difficile de regarder le «juge» de cette affaire sans tenir compte du fait qu’il peut se trouver en position d’avoir une dette de gratitude envers l’accusé et ses complices: c’est-à-dire qu’il a un conflit d’intérêts clair.

Si Jorge Mario Bergoglio doit son élection à la conspiration de la soi-disant mafia de Saint-Gall, qui comprenait des cardinaux ultra-progressistes en relation constante et assidue avec McCarrick; si l’appui de McCarrick au candidat Bergoglio a trouvé une audition parmi les électeurs du conclave et ceux qui ont le pouvoir de persuasion au Vatican, par exemple le célèbre «gentleman italien» auquel le cardinal américain a fait allusion lors d’une conférence de 2013 à l’Université Villanova; si la démission de Benoît XVI a été provoquée ou favorisée d’une manière ou d’une autre par l’ingérence de l’ Église profonde et de l’ État profond, il est logique de supposer que Bergoglio et ses collaborateurs n’avaient aucune intention de laisser filtrer les noms des complices de McCarrick dans le Rapport, ni les noms de ceux qui l’ont favorisé dans son cursus honorum ecclésiastique , ni surtout les noms de ceux qui face à la possibilité d’une condamnation pourrait en quelque sorte se venger, par exemple en révélant l’implication de personnalités éminentes de la Curie romaine, sinon de Bergoglio lui-même.

En contradiction flagrante avec la prétendue prétention à la transparence, le rapport a pris grand soin de ne pas révéler les actes du processus administratif. Il est donc possible de se demander si la défense de McCarrick a pu accepter la condamnation de son client en échange d’une peine ridiculement petite qui laisse en fait le contrevenant qui a commis des crimes aussi graves en toute liberté, tout en empêchant les victimes de récuser le «juge». et exiger une juste compensation. Certes, l’anomalie est évidente, même pour ceux qui ne sont pas experts en droit.

Les intérêts communs de l’ Église profonde et de l’ État profond

Dans ce réseau de complicité et de chantage, il est également possible de mettre en évidence les liens à la fois du «juge» et de l’accusé avec la politique, en particulier avec le Parti démocrate américain, avec la Chine communiste, et plus généralement avec les mouvements et partis mondialistes. Le fait qu’en 2004 McCarrick, qui était alors archevêque de Washington, a travaillé avec acharnement pour empêcher la diffusion de la lettre du préfet de l’époque de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Joseph Cardinal Ratzinger, aux évêques des États-Unis avec ce qui concerne l’interdiction d’administrer la Sainte Communion aux politiciens qui soutiennent l’avortement, représente sans aucun doute une aide aux politiciens démocrates catholiques autoproclamés, à commencer par John Kerry jusqu’à Joe Biden. Ce dernier, partisan convaincu de l’avortement, obtenait le soutien quasi unanime de la hiérarchie, pouvant ainsi compter sur les votes d’un électorat qui autrement aurait été destiné à Trump. Étranges coïncidences, pour être honnête: d’une part l’État profond frappa l’Église et Benoît XVI avec l’intention d’élire un représentant de l’ Église profonde comme Pape; d’autre part, l’ Église profonde a frappé l’État et Trump avec l’intention d’élire un représentant de l’ État profond à la présidence. Laissons le lecteur juger si les plans des conspirateurs ont atteint leur objectif.

Cette collusion avec la gauche globale est le corollaire nécessaire d’un projet beaucoup plus vaste, dans lequel les cinquièmes colonnes de dissolution qui ont pénétré au cœur de l’Église collaborent activement avec l’ État profond selon un scénario unique sous une seule direction : les acteurs de cette pièce sont différents, mais suivent la même intrigue sur la même scène.

Analogies avec la pandémie et la fraude électorale

À y regarder de plus près, la pandémie et la fraude électorale aux États-Unis présentent des similitudes troublantes avec l’affaire McCarrick et avec ce qui se passe dans l’Église. Ceux qui décident de confiner toute la population à la maison ou de l’obliger à se faire vacciner utilisent des outils de détection peu fiables, précisément parce que grâce à ceux-ci ils réussissent à falsifier les données, avec la complicité des médias traditionnels. Il importe peu que le virus a un taux de mortalité similaire à celui d’une grippe saisonnière ou si le nombre de personnes décédées est similaire à celui des années précédentes: quelqu’un a décidé qu’il y a une pandémie et que l’économie mondiale doit être démolie pour créer les prémisses de la grande réinitialisation. Les arguments rationnels, les évaluations scientifiques et l’expérience de scientifiques sérieux engagés dans la prise en charge des patients ne valent rien face au scénario qui a été imposé aux acteurs. La même chose vaut pour les élections aux Etats-Unis : face à la preuve de la fraude – qui acquiert les contours d’un vrai coup d’état mené par des esprits criminels – les médias insistent pour présenter Joe Biden comme le vainqueur, et les dirigeants mondiaux – y compris le Saint-Siège – sont pressés de reconnaître sa victoire, de discréditer ses adversaires républicains et de présenter Trump comme un intimidateur solitaire qui est sur le point d’être abandonné par sa famille et même par la Première Dame. Peu importe qu’il y ait des dizaines et des dizaines de vidéos sur Internet montrant les irrégularités commises lors du dépouillement des votes, ou qu’il y ait des centaines de témoignages de fraude: les démocrates, les médias et toute la distribution répètent que Biden est président et que Trump devrait se retirer. Car, dans le royaume du mensonge, si la réalité ne correspond pas au récit, c’est la réalité qui doit être corrigée et censurée.

L’esclavage d’une partie de la hiérarchie

Il n’est donc pas surprenant que la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, suivie comme une horloge par Vatican News et un appel téléphonique affectueux de Bergoglio à Biden, qui s’est empressé de prouver sa fidélité au système : ces ecclésiastiques sont intrinsèquement impliqués et doivent scrupuleusement s’en tenir à la part qui leur a été donnée. Ils ont fait de même, au niveau mondial, en soutenant les restrictions de Covid avec la fermeture des églises, en ordonnant la suspension de la célébration des messes et en invitant même les fidèles à obéir aux autorités civiles. L’archevêque de Washington s’est permis de critiquer la visite officielle du premier couple au sanctuaire de Saint-Jean-Paul II et s’est exprimé, avec d’autres évêques et clercs, en faveur du BLM: un tel sacrifice pour la cause lui a valu le chapeau rouge de cardinal pendant ces mêmes jours. Et ce n’est pas un hasard si l’adhésion à l’agenda mondialiste vient de personnes qui sont totalement compromises pour soutenir les mouvements LGBTQ, à commencer par Cupich, Tobin, Wuerl, McElroy et Stowe. Le silence assourdissant du Saint-Siège et de l’épiscopat mondial face aux problèmes éthiques posés par les vaccins bientôt distribués, qui contiennent des cellules de fœtus humains avortés, est assez significatif. Dieu nous préserve que la spéculation des sociétés pharmaceutiques sur la pandémie considère également l’Église profonde comme le destinataire de généreux «dons» – comme cela s’est déjà produit avec l’accord entre la Chine et le Vatican.

Les vices et la corruption trouvent l’ Église profonde et l’État profond unis dans un cloaque de crimes répugnants, dans lequel les sans défense et les enfants sont victimes d’exploitation, de violence et de harcèlement commis par des personnages qui en même temps promeuvent l’avortement, l’idéologie du genre et le sexualisation des mineurs, y compris les changements de sexe.

L’immigration clandestine également – qui est soutenue pour déstabiliser les nations et annuler leurs identités – trouve le soutien à la fois de la gauche et de l’église de Bergoglio, malgré le fait qu’elle soit directement liée au trafic de mineurs, à l’augmentation de la criminalité et la destruction du tissu social. En effet, il est soutenu précisément pour cette raison, tout comme il y a eu une volonté d’encourager la crise politique dans les élections américaines, la crise économique à travers la manipulation criminelle de la pandémie, et peut-être aussi la guerre religieuse via les attaques et les profanations islamiques d’églises à travers l’Europe.

Le besoin d’une vue d’ensemble

Il est également très déconcertant que, dans ce cadre parfaitement cohérent, il y ait de nombreux prélats – sinon presque tous – qui se bornent à analyser les événements qui affectent l’Église catholique presque comme s’ils n’existaient que dans la sphère ecclésiale, comme si ils n’avaient aucun rapport avec les événements politiques et sociaux qui se déroulent au niveau mondial. Il y a des évêques qui formulent des positions timides face aux propos de Bergoglio en faveur de la légalisation des unions civiles, ou sur les incohérences et les falsifications qui émergent dans le rapport McCarrick; mais aucun d’eux, même animé de bonnes intentions, n’ose dénoncer l’évidence des faits, à savoir l’existence d’un pactum sceleris entre la partie déviante de la Hiérarchie – l’ église profonde, précisément – et la partie déviante de l’État, du monde de la finance et de l’information. Pourtant, il est si évident qu’il a fait l’objet d’analyses par de nombreux intellectuels, pour la plupart laïques.

La perte de crédibilité

La crédibilité des auteurs du rapport peut être démontrée par sa légère condamnation d’un prélat organique au système, que Bergoglio lui-même a envoyé comme interlocuteur du Saint-Siège auprès de la dictature communiste chinoise, et qui a en même temps effectué des missions officielles. au nom du département d’État américain, fréquentant les Clinton, les Obama, les Bidens et les démocrates. Cette crédibilité peut également être confirmée par le fait qu’un homosexuel corrompu, un agresseur de jeunes hommes et d’enfants, un corrupteur de clergé et de séminaristes, a été simplement privé de la dignité de cardinal et de l’état clérical sans aucune peine de prison et sans l’excommunier. pour les délits dont il s’est souillé, y compris le crime de « sollicitatio ad turpia»Dans la Confession, l’un des crimes les plus odieux qu’un prêtre puisse commettre. Dans ce «processus», aussi sommaire qu’omissoire, la dimension spirituelle de la culpabilité était totalement absente: le coupable n’était pas soumis à l’excommunication, qui est une sanction éminemment médicinale ordonnée pour le salut éternel, et il n’a pas non plus été exhorté à faire pénitence, pour faire amende honorable et réparation.

Une commission indépendante

Lorsque les procès de Nuremberg se sont déroulés après la Seconde Guerre mondiale contre les crimes du nazisme, le tribunal était présidé par un juge russe chargé de juger l’invasion de la Pologne que l’Allemagne, on le sait, avait entreprise précisément avec la Russie. Il me semble qu’il n’y a pas beaucoup de différence entre cela et ce que nous voyons se passer aujourd’hui dans la tentative de responsabilisation de l’affaire McCarrick sur Jean-Paul II, Benoît XVI et le soussigné. Le seul qui, dans le récit de la Secrétairerie d’État, ne peut être touché par aucun soupçon, par aucune accusation – même indirecte – ou par n’importe quelle ombre de camouflage, devrait évidemment être l’Argentin.

Il semblerait approprié qu’une commission indépendante soit constituée – comme déjà espéré par la Conférence épiscopale américaine en novembre 2018 et comme cela a été fermement bloqué par la Congrégation pour les évêques à l’ordre de Bergoglio – qui enquêterait sur cette affaire sans influences et sans cacher des preuves décisives. Cependant, je doute que les improbables espoirs de la Conférence épiscopale américaine soient entendus, car parmi ceux qui seront élevés cardinal dans le prochain consistoire se trouve l’archevêque de Washington, l’exécuteur des ordres de Santa Marta, qui rejoint les serviteurs les plus fidèles Cupich et Jeter.

Si la lumière était vraiment faite sur toute l’affaire, tout le château de cartes construit au cours de ces années s’effondrerait, et la complicité des membres de la Hiérarchie au plus haut niveau émergerait également, ainsi que leurs liens avec les démocrates américains et les Gauches globalistes. Bref, se confirmerait ce que beaucoup n’osent pas encore admettre, à savoir le rôle joué par l’Église profonde, depuis l’élection de Jean XXIII, dans la création des prémisses théologiques et du climat ecclésial qui permettraient à l’Église d’être la servante du Nouvel Ordre Mondial et de remplacer le Pape par le faux prophète de l’Antéchrist. Si cela n’est pas encore complètement arrivé, nous ne devons remercier que la Providence.

Honnêteté intellectuelle

J’imagine que les modérés – aussi silencieux aujourd’hui face à Covid qu’ils le sont à déplorer la fraude électorale ou la farce du rapport McCarrick – sont horrifiés à la simple mention de la remise en cause du Concile Vatican II. Les démocrates aussi sont horrifiés d’entendre les critiques des lois grâce auxquelles les États-Unis en sont venus à voir la volonté des électeurs renversée. Les experts en santé autoproclamés sont horrifiés de voir leurs affirmations contestées, qui contrastent avec la vérité scientifique et les preuves épidémiologiques. Les partisans de l’accueil des immigrés clandestins sont horrifiés quand on leur montre le taux de meurtres, viols, violences et vols commis par ces mêmes immigrés clandestins. Les partisans du lobby gay sont horrifiés quand il est démontré que les infractions criminelles de nature prédatrice commises par des religieux impliquent un pourcentage très élevé d’homosexuels. Dans ce déchirement général des vêtements, je voudrais rappeler qu’il suffirait d’avoir un peu d’honnêteté intellectuelle et un peu de jugement critique pour regarder l’évidence en face, même si c’est douloureux.

Le lien entre hérésie et sodomie

Ce lien intrinsèque entre déviation doctrinale et déviation morale est apparu clairement à l’occasion du choc frontal avec ceux qui couvraient l’affaire McCarrick: les personnes impliquées sont presque toujours les mêmes, avec les mêmes vices contre la foi et la morale. Ils se défendent, se couvrent et se promeuvent mutuellement, car ils font partie d’un véritable «lobby», compris comme un groupe détenant le pouvoir et capable d’influencer l’activité du législateur et les décisions du gouvernement ou de l’administration à leur propre avantage.

Dans le domaine ecclésiastique, ce lobby s’emploie à annuler la condamnation morale de la sodomie, et il le fait avant tout à son avantage, puisqu’il est principalement composé de sodomites. Il s’adapte à l’agenda politique en légitimant les revendications des mouvements LGBTQ, promus par des politiciens qui n’en sont pas moins livrés au vice. Et le rôle joué par l’Église catholique au cours des dernières décennies est également évident – ou mieux dit, par son rôle moralement et doctrinalement déviant – dans l’ouverture de la fenêtre d’Overton sur l’homosexualité, de telle sorte que le péché contre la nature que l’Église a toujours condamné a été en quelque sorte désavoué de l’évidence des scandales de plus en plus émergents. S’il y a quarante ans c’était horrible d’apprendre qu’un prêtre agressait un petit garçon, la nouvelle nous informe depuis quelques années du raid de la gendarmerie vaticane dans l’appartement du secrétaire du cardinal Coccopalmiero dans le palais du Saint-Office , où une fête était organisée par le clergé avec des drogues et des prostituées. De là, ce sera un pas relativement petit vers la légitimation de la pédophilie, comme le souhaiteraient certains responsables politiques: les prémisses faites par la théorisation des prétendus «droits sexuels» des mineurs, l’imposition d’une éducation sexuelle dans les écoles primaires sur recommandation des Nations Unies , et les tentatives de légiférer dans les parlements pour abaisser l’âge du consentement vont toutes dans la même direction. Une personne naïve – à supposer qu’il soit encore possible de parler de naïveté – dira que l’Église ne pourra jamais dire qu’elle est en faveur de la corruption des enfants, car cela contredirait le Magistère catholique ininterrompu. Je me borne à rappeler ce qui a été dit il y a à peine quelques années à propos du prétendu «mariage» homosexuel – ou de l’ordination des femmes, du célibat ecclésiastique ou de l’abolition de la peine de mort – et de ce qui est affirmé vice-versa en toute impunité aujourd’hui, sous les applaudissements du monde entier.

La «ligne» McCarrick

Ce qu’il faut noter dans le rapport, ce n’est pas tant ce qu’il contient que ce dont il est muet et ce qu’il cache sous une montagne de documents et de témoignages, aussi horribles soient-ils. De nombreux journalistes et de nombreux ecclésiastiques étaient conscients de la vie scandaleuse de «l’homme au chapeau rouge», mais le considéraient néanmoins comme machiavéliquement utile aux intérêts de l’expression du Parti démocrate de l’ État profond et de l’expression catholique progressiste de l’ Église profonde. Comme le Washington écrivait en 2004: «Avec un catholique controversé dans la course présidentielle [John Kerry], le cardinal est considéré par beaucoup comme l’homme du Vatican à Washington – et il pourrait jouer un grand rôle dans la sélection du prochain pape» (ici). Un rôle que McCarrick revendiquait avec fierté dans le discours qu’il a prononcé le 11 octobre 2013 à l’Université de Villanova, et qui aujourd’hui, avec le cardinal Farrell élevé par la nomination de Bergoglio au Camerlengo de la Sainte Église romaine, pourrait à nouveau être réalisé. Compte tenu des relations de loyauté qui se consolident entre les membres de la «mafia de la lavande», il est au moins raisonnable de penser que McCarrick est toujours en mesure d’intervenir dans l’élection du Pape, non seulement grâce à son réseau d’amis et de complices, dont certains sont cardinaux électeurs, mais aussi en participant activement aux procédures du conclave et à sa préparation.

Serait-on surpris si, après avoir constaté la fraude électorale lors de l’élection présidentielle aux États-Unis, «quelqu’un» tenterait même de manipuler l’élection du Souverain Pontife? N’oublions pas que, comme plusieurs parties l’ont déjà noté, lors du quatrième vote du deuxième jour du dernier conclave, une irrégularité est apparue dans le dépouillement des bulletins, qui a été corrigée par un nouveau vote, en dérogation aux dispositions de la Constitution apostolique Universi Dominici Gregis promulguée par Jean-Paul II en 1996.

Il est cependant significatif que, si d’un côté McCarrick est maintenant évincé de ses fonctions et réside dans une localité secrète (où il peut continuer sans être dérangé dans son activité para-diplomatique au nom de l’ État profond et de l’ Église profonde sous la forme anonyme d’un laïc), en revanche tous ceux qui ont fait carrière dans l’Église grâce à McCarrick sont toujours à leur place et ont même été promus: toutes les personnes qu’il a favorisées en raison d’un style de vie commun et d’intentions communes ; tous les chanteurs et les maîtres chanteurs à cause des secrets qu’ils ont appris à connaître grâce à leur position; tous sont prêts à sortir des noms, des circonstances et des dates si quelqu’un ose les toucher. Certains pourraient encore être forcés d’obéir à M. McCarrick, s’il peut les maintenir sous le chantage ou les soudoyer avec l’énorme argent dont il dispose, même maintenant qu’il n’est plus un prince de l’Église.

La «ligne» entamée par ce cardinal est aujourd’hui capable – comme on le voit – d’interférer et de travailler dans la vie de l’Église et de la société, avec l’avantage d’avoir déchargé les péchés de toute la «mafia de la lavande» sur un bouc émissaire commode être capable de paraître aujourd’hui comme si elle était étrangère aux allégations d’abus. Mais il suffit de franchir les portes de la Porta Angelica pour tomber sur des personnages invisibles, dont certains ont été appelés au Vatican pour les sauver des enquêtes qui étaient en cours sur eux à l’étranger; d’autres sont même des habitués de Santa Marta ou y exercent des fonctions de direction, consolidant le réseau de connivences et de complicités sous les yeux indulgents du Prince.

L’échec à condamner la sodomie

Certains commentateurs ont souligné à juste titre un fait décourageant: les crimes pour lesquels McCarrick a été appelé à juger ne concernent que la maltraitance des mineurs, tandis que ses relations contre nature avec des adultes consentants sont tranquillement acceptées et tolérées, comme si les actes immoraux et sacrilèges d’un clerc n’étaient à déplorer, mais plutôt seulement son imprudence de ne pas avoir su les garder dans le secret du foyer. Cela aussi devra être pris en compte par les responsables, surtout compte tenu de la volonté de plus en plus claire de Bergoglio d’appliquer une approche pastorale laxiste – selon la méthode éprouvée d’ Amoris Laetitia – en dérogation à la condamnation morale de la sodomie.

Les coupables et les victimes des scandales

Le paradoxe qui ressort des scandales du clergé est que la dernière préoccupation du cercle magique de Bergoglio est de rendre justice aux victimes, non seulement en les indemnisant (ce qui, d’ailleurs, n’est pas fait par les auteurs mais par les diocèses, en utilisant les biens donnés par les fidèles) mais aussi en sanctionnant les responsables de manière exemplaire. Il devrait y avoir une punition non seulement pour les délits reconnus comme crimes pénaux par les lois de l’État, mais aussi pour les délits moraux, par lesquels des adultes ont été conduits à de graves péchés par des ministres sacrés. Qui guérira les blessures de l’âme, les taches sur la pureté de tant de jeunes, y compris aussi les séminaristes et les prêtres? En revanche, il apparaît que ceux qui ont été découverts et exposés à l’exécration publique se considèrent comme de véritables victimes: ils se sentent entravés dans leurs intérêts, leur trafic et leurs intrigues. Pendant ce temps, ceux qui ont dénoncé des scandales, qui demandent justice et vérité, sont considérés comme coupables , à commencer par les prêtres qui sont transférés ou privés du soin des âmes parce qu’ils ont osé informer leur évêque des perversions d’un de leurs frères.

La sainte église est victime des crimes de ses ministres

Mais il y a une autre victime complètement innocente de ces scandales: la Sainte Église. L’image de l’Épouse du Christ a été ternie, humiliée et discréditée, parce que ceux qui ont commis ces crimes ont agi en exploitant la confiance placée dans la robe qu’ils portent, en utilisant leur propre rôle de prêtre ou de prélat pour piéger et corrompre les âmes. Les responsables de ce discrédit de l’Église incluent également ceux du Vatican, des diocèses, des couvents, des écoles catholiques et des organisations religieuses – on pense, par exemple, aux Boy Scouts – qui n’ont pas éradiqué ce fléau dans l’œuf. mais même caché et nié. À présent, il est évident que cette invasion d’homosexuels et de pervers était planifiée et intentionnelle : ce n’était pas un événement fortuit qui s’est produit uniquement en raison de l’omission de contrôles, mais plutôt un plan précis d’infiltration systématique de l’Église afin de la démolir de l’intérieur. Et ceux à qui le Seigneur a confié la gouvernance de son épouse devront lui en répondre.

Dans tout cela, cependant, nos adversaires oublient que l’Église n’est pas un ensemble sans visage de personnes sans visage qui obéissent aveuglément aux mercenaires, mais plutôt un corps vivant avec une tête divine : Notre Seigneur Jésus-Christ. Penser à pouvoir tuer l’Épouse du Christ sans l’intervention de l’Époux est une illusion que seul Satan pouvait croire possible. En effet, il en viendra à se rendre compte qu’en la crucifiant précisément, en la couvrant de crachats et de coups de fouet comme le Sauveur a été crucifié il y a deux mille ans, il signe sa propre défaite définitive. O mors, ero mors tua: morsus tuus ero, inferne

  • Carlo Maria Viganò, archevêque

21 novembre 2020

Présentation de la Très Sainte Vierge Marie

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 30.000 € pour 2021

btn_donateCC_LG

63 % 11 190 € manquants

18 810 € récoltés / 30 000 € nécessaires – depuis le 01/10/2020

 

Votre générosité nous a permis de boucler l’année 2020, nous avons besoin de votre aide pour l’année 2021 afin de continuer à donner à un maximum de nos contemporains une réinformation gratuite et variée et sans aucune concession.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Médias Presse Info, ce sont aussi 1194 vidéos et plus de 43.600 abonnés à sa chaîne YouTube (près de sept mille de plus en un an !).

Tout cela en accès gratuit.

Cliquer ici pour lire l’appel de MPI et connaitre les détails de nos besoins.

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :