Chers amis,

« Affreux, sales et méchants » … C’est le titre que pourront donner à leur article les pigistes de Mediapart qui s’apprêtent à publier un sujet sur SOS Chrétiens d’Orient.

Je me permets de vous adresser ce petit message pour vous prévenir et vous inviter à rester vigilants et éventuellement prêts à nous aider en cas de besoin. L’approche de cet article est claire : il ne s’agit pas de s’intéresser au travail d’humanitaires français en zone de guerre, de chrétiens partis aider les plus démunis au Proche-Orient ni même des malheureuses victimes chrétiennes sur place. Il faut dézinguer, salir, diffamer.

Les auteurs sont au moins trois, tous marqués à l’extrême gauche. Nous vous donnerons leur biographie sommaire sous ce message. Il s’agit de pigistes non officiellement rattachés à Mediapart. Leurs questions nous ont été envoyées ainsi qu’à plusieurs de nos collaborateurs ou partenaires comme un interrogatoire de police de mauvaise série noire. Il ne manquait que le projecteur dans les yeux et les claques dans la figure : « Pourquoi soutenez-vous des criminels de guerre ? », « Où est passé l’argent ? », « Aimez-vous les dictateurs ? » « Vous n’avez pas honte ? » On exagère à peine…

Un exemple : les pigistes de Mediapart considèrent que, dans le village de Mhardeh, en Syrie, les chrétiens qui ont résisté durant plusieurs années, par leurs propres moyens, aux attaques du Front al-Nosra (Al Qaida en Syrie) sont des « criminels de guerre ». Sur ce sujet, les pigistes ont demandé à l’un des membres de notre conseil d’administration s’il était « au courant que cette milice [qui] combat en coordination avec le régime syrien est accusée de multiples crimes de guerre ? » (sans que l’on sache par qui évidemment) et si « en tant que membre du conseil d’administration de SOS Chrétiens d’Orient », il approuvait « les agissements de l’association », voire s’il maintenait ses « responsabilités au sein de ce conseil d’administration ? » On croit rêver !

Ceux d’entre vous qui ont aidé, sur place, les populations de Mhardeh et Squelbieh savent la vérité et la diront le moment venu ! Pour les autres, je vous invite de tout cœur à découvrir ce qui s’est passé là-bas. Nous avons aidé des habitants à faire face à une mort assurée et nous sommes fiers d’avoir fourni des pansements, des médicaments, du matériel médical, de l’alimentation aux hommes et aux femmes qui résistaient les armes à la main pour ne pas laisser leur village tomber aux mains des djihadistes. Condamner ces gens, c’est comme condamner le policier qui, au Bataclan, avait usé de son arme de service pour tuer des terroristes. Dans les deux cas, les « méchants », ce sont les djihadistes, et pas ceux qui tentent de sauver leurs vies et celles de leur famille !

Le reste des questions est à l’avenant, mélangeant diffamation, insinuations perfides, bêtise, méchanceté et ignorance crasse. Ainsi, l’un des journalistes a-t-il écrit à Alexandre Goodarzy sur le même ton de commissaire politique refoulé. Entre autres perles, il lui demande notamment pourquoi il n’est plus en Syrie depuis le début de l’année 2020 et souhaiterait savoir si cela correspond à une sanction de la direction pour l’aide qu’il a apportée à Mhardeh. Les fins limiers de Mediapart n’ont, manifestement, pas détecté qu’Alexandre avait été pris en otage en janvier et libéré en mars, ce qu’une simple recherche sur Google leur aurait permis de constater… et qu’il est maintenant en convalescence dans sa famille ! Cette question à elle seule démontre leur absence totale d’enquête sérieuse.

Même notre commissaire aux comptes a été contacté et accusé, sous couvert de questions perfides et allusives, de « conflit d’intérêt », parce que son fils (et non lui) aurait des « liens personnels » avec « certains dirigeants de SOS Chrétiens d’Orient ». En sept ans, plus de 2000 personnes se sont portées volontaires pour aller aider les chrétiens d’Orient avec nous. Nos collaborateurs sont amenés à fréquenter des centaines de personnes chaque année. Dès lors, il est bien possible que le fils de notre boulangère ait eu des contacts avec des membres de l’association, mais ce n’est pas pour autant que cela nous offre des ristournes sur le prix des croissants !

Le fait est que le fils de notre commissaire aux comptes n’a jamais eu le moindre contact avec l’association. Et que nous ne connaissions pas son père avant qu’il vienne contrôler (et valider) nos comptes. On reste effarés par la bêtise inouïe des questions posées par ces pigistes, improvisés flics ou comptables, qui se permettent de poser des questions à un commissaire aux comptes tenu au secret professionnel vis-à-vis des tiers (sous peine de graves sanctions pénales et disciplinaires pouvant aller jusqu’à la radiation), assermenté, membre d’un ordre particulièrement réglementé, encadré et surveillé, précisément pour empêcher toute complaisance (rappelons au passage qu’en cas de fait délictueux, le commissaire aux comptes, qui est indépendant de l’entreprise, a l’obligation légale de révélation, sous peine de graves sanctions pénales, de même qu’en cas de certification mensongère ou incomplète).

Outre les accusations politiques, d’autres questions concernent, comme de bien entendu, les finances de SOS Chrétiens d’Orient. Ainsi les pigistes laissent-ils entendre que nous affecterions une partie très excessive de notre budget aux dépenses de communication. Pour ce faire, ils avancent un seul chiffre : celui de la première année d’existence de SOS Chrétiens d’Orient, en faisant soigneusement abstraction de la suite. On voit bien la volonté de biaiser l’information. En effet, le budget alloué à la communication, aux premiers temps de l’existence d’une association ne vivant pas de subventions publiques est plus important, puisqu’il s’agit de se lancer et de constituer une base de fidèles donateurs, garants d’une totale indépendance. Par la suite, notre budget n’a fait que diminuer pour arriver, en 2018, à 16,5% des frais de fonctionnement (communication incluse), ce qui est très inférieur à bon nombre d’associations (les questions des pigistes de Mediapart font elles-mêmes état de 20% de budget de communication dans les autres ONG). Une proportion d’autant plus raisonnable que SOS Chrétiens d’Orient se distingue des autres associations par le fait qu’elle intègre dans ses statuts le recours à la communication, afin de sensibiliser le public au drame des chrétiens d’Orient. Mais, pour le savoir, il aurait fallu s’intéresser à notre association et à tout le bien qu’elle fait, par une enquête sérieuse et objective, ce qui est bien éloigné des intentions de cette équipe.

Prenons un autre exemple d’accusation fallacieuse : on nous soupçonne de mentir sur nos dépenses lorsque nous annonçons avoir planté plusieurs milliers de pieds de vigne à Maaloula, car… beaucoup d’entre eux sont morts. Ceux qui ont un jardin savent combien il est difficile de faire pousser des fruits. Et ceux qui s’intéressent à la vigne en particulier savent que cette plante est particulièrement fragile, au point qu’il faut compter cinq ans avant de faire une première vendange. Nous attendons l’article de Mediapart au sujet du chêne planté par les présidents Macron et Trump devant la Maison Blanche, dont nous avons appris récemment la mort tragique (le chêne, pas Trump) ! La réalité, c’est que des contretemps de ce genre se produisent partout et se produiront sans doute encore à Maaloula. Mais cela est hélas tout à fait attendu et ne doit pas nous empêcher de persévérer, pour offrir des ressources durables aux habitants.

Les pigistes de Mediapart nous reprochent encore d’avoir participé à la Fête de la Croix, à Maaloula, où des collaborateurs de SOS Chrétiens d’Orient auraient tiré en l’air, avec des armes prêtées par les habitants. L’un des pigistes a beau se présenter comme « spécialiste de la Syrie » (mais aussi de « Défense, Sécurité, Relations internationales et les Extrémismes »… en attendant le macramé, les adorateurs de l’oignon et la recherche spatiale) , il est permis de douter de ses connaissances. En effet, il faut n’avoir jamais voyagé au Proche-Orient pour ignorer d’une part, que, dans ce genre de festivité, les habitants tirent en l’air (bien souvent à blanc) pour manifester leur joie ; et d’autre part, ne pas comprendre (ou faire semblant) qu’il serait absolument déplacé et vexatoire de refuser d’être associé à ce genre de festivités. Le fait est que nos équipes vivent là-bas à l’année et partagent la vie des habitants, qu’ils soient chrétiens ou musulmans, les traditions locales, les malheurs mais aussi leurs joies.

Les pigistes prétendent que cela contrevient à la « neutralité » affichée par SOS Chrétiens d’Orient. En réalité nous n’avons jamais prétendu être « neutres » – ce synonyme de l’impuissance. Nous sommes partisans d’aider les chrétiens en péril et de montrer aux populations locales que les chrétiens sont indispensables à la stabilité, à l’harmonie et à l’intérêt général du pays. Nous défendons les faibles contre les forts, les pacifistes contre les bourreaux et les barbares. Et nous avons la faiblesse d’en être fiers. Nous sommes également heureux qu’il y ait, contre Al Qaïda – l’organisation de feu Oussama Ben Laden et de ses talibans – des hommes pour défendre leur village, leur vie et leur famille, armes à la main. Peut-être que ces pigistes considèrent qu’il faut rester « neutres » face aux monstres de Daech et Al Qaïda. Tel n’est pas notre cas.

Pour continuer de répondre à leurs questions insensées : oui, tout humanitaire peut être témoin d’opérations militaires, comme tout reporter digne de ce nom ou personnalité publique… C’est le fondement même de l’action humanitaire : rappelons à ces incultes qu’Henri Dunand a fondé la Croix Rouge précisément dans un contexte de guerre. Pour autant, contrairement aux fantasmes des pigistes de Mediapart, si la Syrie est un pays en guerre, SOS Chrétiens d’Orient ne participe à aucune action militaire, mais passe son temps à panser les blessures des malheureuses victimes.

Au-delà de toutes les questions malveillantes, ce qui ennuie manifestement ces pigistes, c’est que SOS Chrétiens d’Orient ne soit pas une association de gauche ou d’extrême gauche – comme doit l’être toute ONG humanitaire dans leur étroit petit cerveau. Le fait que l’action caritative ne soit plus le monopole de la gauche les perturbe violemment et explique en grande partie leur hostilité.

Je vous épargne d’autres questions farfelues ou malveillantes : il y en a plus de trente. Je vous donne plutôt rendez-vous sur nos réseaux sociaux, car sur l’ensemble des sujets abordés auprès de nous (mais peut-être y en a-t-il d’autres que nous ignorons !), nous préparons une riposte circonstanciée. Nous tenons à la partager avec vous, qui faites partie de notre communauté, mais aussi avec le plus grand nombre. Car il ne peut être question de se taire ou de laisser passer tant d’infamies, comme le font trop de personnalités ou de groupes s’écrasant devant ces « chiens de garde » autoproclamés de la démocratie.

De votre côté, une fois cet article sorti, nous vous demandons de ne pas hésiter à témoigner, poliment, de votre soutien ou de votre engagement à SOS Chrétiens d’Orient, de raconter ce que vous avez vu et fait sur le terrain, au service des plus démunis. Nous vous demandons aussi de ne pas perdre votre calme et de ne pas vous engager dans des polémiques idéologiques stériles, notamment sur les réseaux sociaux. Le mieux, dans ce combat qui s’annonce, est de dire la Vérité qui, comme le disait saint Paul, nous rendra libres.

***

Benjamin Blanchard,
Directeur général de SOS Chrétiens d’Orient.

Qui sont ces pigistes qui attaquent SOS Chrétiens d’Orient ?

Ariane Lavrilleux, 32 ans, est issu de Sciences Po Grenoble.

Ariane Lavrilleux est une journaliste « indépendante » isolée en Egypte, qui signe des articles sur tous les sujets du Proche Orient, avec une certaine affection pour les thèmes indigénistes et les procès en islamophobie.

Résidant au Caire depuis plusieurs années, Mlle Lavrilleux aurait-elle, au minimum, pris la peine de venir assister sur le terrain au travail de SOS Chrétiens d’Orient, à laquelle elle consacre une si longue enquête ? Pensez-vous… Après nous avoir sollicité, elle a toujours trouvé des excuses et décliné les propositions du chef de mission au Caire, Jérome Cochet, qui lui proposait d’accompagner les volontaires en maraude. Sans doute a-t elle peur de salir ses petites tennis blanches ? Ou de regarder dans les yeux les personnes qu’elle cherche à décrédibiliser avec tant de subjectivité, bien planquée derrière son ordinateur… Ou simplement d’être confrontée à une réalité qui pourrait contredire ses partis pris ?

Quant aux faits d’armes d’Ariane Lavrilleux, vous les trouverez sur le blog dont elle est l’auteur, avec sa camarade de Sciences Po, Léa Lejeune, victime auto proclamée de la ligue du LOL, élégamment intitulé « Les diablogues du vagin ». Bonne lecture !

Elie Guckert, 28 ans, se dit aussi journaliste indépendant, avec une spécialité auto proclamée sur les sujets de : « Défense, Sécurité, Relations internationales et les Extremismes ».

Indépendant, mais tout aussi militant que sa collègue Ariane Lavrilleux, il écrit pour les médias de gauche Slate ou Conspiracy Watch, après avoir effectué divers stages en presse locale. Sur Twitter, Elie Guckert n’a de cesse de retweeter ses camarades anti fascistes Maxime Macé et Pierre Plotu, de Libération (ses idoles, sans aucun doute) qui traquent le militant de Génération Identitaire, se réjouissent de l’éviction de Geoffroy Lejeune de LCI, qualifient l’agression du jeune Augustin, qui s’est fait tabasser pour prendre la défense de jeunes filles, de « buzz d’extrême droite » et n’ont de cesse d’étriper Eric Zemmour, Valeurs Actuelles ou Michel Onfray.

En plus de se dire « spécialiste de la Syrie, », Elie Guckert indique dans son CV des compétences en « recherche et vérification d’informations, enquête »… A la lecture de ses questions sur le montant du budget communication de SOS CO, citant le chiffre de la première année, ou sur le fait qu’Alexandre Goodarzy ne soit plus chef de mission Syrie depuis 2019, « oubliant » son enlèvement de janvier à mars 2020 en Irak, il est permis de rire un peu. Comme sa collègue Ariane Lavrilleux, et malgré sa spécialité auto proclamée de la Syrie, aucun membre de nos équipes en Syrie ne l’a jamais croisée sur le terrain… Mais s’y est-il même déjà rendu ?

Franck Andrews, lui, est fraîchement issu de l’école de journalisme de Sciences Po.

Il est basé à Londres et, selon son compte Twitter, travaille essentiellement pour un magazine cosmopolite intitulé « Are We Europe ». Une revue idéologique nouvellement créée, qui prône ouvertement et à tous points de vue une société ouverte et sans frontières. On aimerait connaître l’origine des financements de cette revue, mais nous ne sommes malheureusement pas journalistes d’investigation (il en existe bien peu, en vérité). Il est en copie de tous les courriels de notre bande de pigistes, mais n’en est jamais l’auteur. Peut-être est-il chargé de la traduction ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :