André François-Poncet fut ambassadeur de France à Berlin de 1931 à 1938, puis à Rome de 1938 à 1940. Ce livre de mémoires, grand classique de la littérature des diplomates français, est réédité chez Perrin, agrémenté d’une préface et de notes de Jean-Paul Bled, historien spécialiste de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie.

Selon les mots d’André François-Poncet, il s’agit là de « sept années pleines d’intérêt, mais aussi pleines de troubles, d’alertes, d’orages et de drames« . Avec précision, il nous décrit les hommes qu’il a croisés et les événements auxquels il a été associé. Il ne sélectionne pas ses fréquentations au gré de ses préférences, ce qui fait de lui le mieux informé de tous les ambassadeurs en poste à Berlin à cette époque, dira l’historien William L. Shirer.

Lorsqu’il arrive à Berlin en 1931, la république de Weimar est entrée en agonie. Il observe l’effondrement des derniers vestiges de la démocratie parlementaire et l’accession d’Hitler au pouvoir. François-Poncet consacre un chapitre entier à l’idéologie hitlérienne, analyse les circonstances qui l’ont aidé à capter l’adhésion de la majorité de la population allemande, dépeint son talent oratoire hors du commun et sa capacité à fasciner les foules. Un autre chapitre de ce livre est consacré à la nuit des Longs Couteaux, lorsqu’Hitler règle dans le sang le différend qui l’oppose à la SA.

En 1935 et 1936, Hitler libère l’Allemagne des dernières chaînes du traité de Versailles, rétablit la conscription, puis réoccupe la rive gauche du Rhin. André François-Poncet ne cesse d’alerter son ministre contre les menaces de guerre qui s’accumulent. Il note avec amertume que sa mission se résume le plus souvent à n’être qu’un « facteur » n’ayant que peu d’influence, voire aucune, sur les prises de décision de son gouvernement.

Cet ouvrage est d’autant plus intéressant que François-Poncet excelle dans l’art du portrait et dispose d’un authentique talent d’écrivain.

Souvenirs d’une ambassade à Berlin, André François-Poncet, préface et notes de Jean-Paul Bled, éditions Perrin, collection Tempus, 512 pages, 10 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :