Dans un article paru sur le magazine américain The Spectator, Steve Bannon, l’ex-stratège de Donald Trump lors de la campagne électorale, lance une attaque frontale contre le pontife romain.

L’homme politique américain définit François comme un membre de l’élite globaliste : alors que le pape devrait être un pilier de l’Occident, ses positions sur l’immigration et son dénigrement des mouvements « populistes », comme sa récente déclaration soutenant qu’ils sèment la haine et conduisent à Hitler, font que le pape argentin s’est rangé, affirme le « populiste » Bannon, « du côté des élites et non des petits de la terre » :

« Il doit être encore plus à gauche, ses tentatives pour diaboliser le mouvement populiste en Europe et aux États-Unis sont à mépriser ».

« Parmi ses plus grands échecs, continue l’ex-stratège, en-dehors du plan spirituel et théologique, est celui de s’être rangé avec les élites globalistes contre les citoyens des nations du monde. »

Bannon s’enhardit jusqu’à donner un conseil au pape :

« Si vous voulez cultiver une image médiatique du champion de l’homme qui travaille, très bien ; mais en réalité vous devez être du côté des petits, et non avec les riches et les puissants qui dirigent les Nations Unies et l’Union européenne en faveur de leurs agendas internationalistes aux dépends des petits. »

Avec Steve Bannon, et d’autres qui font la même analyse critique des affinités politiques bergogliennes, l’image de « pape des pauvres » qu’El papa d’Amérique du Sud aime cultiver s’effondre : pour laisser place à une figure de proue de l’élite mondialisme, qui rime avec establishment financier…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :