Arrivant en seconde position dans les sondages loin devant Mélenchon, Marine Le Pen commente son débat “raté” de l’entre-deux tours un an après les élections présidentielles où elle est arrivée en seconde position. Dénonçant “la stratégie de la capitulation” à propos d’une “complicité” des autorités au profit des milices de gauche à Paris à l’occasion du 1er mai, elle demande la démission du ministre de l’Intérieur Gérard Colomb qui n’a pas jugé utile de faire intervenir les forces de l’ordre durant une heure, laissant ainsi ces individus, casqués, masqués et armés détruire et incendier librement tout ce qu’ils voulaient sur leur passage, alors que les renseignements généraux n’ignoraient rien de leurs projets. La député frontiste demande également la dissolution de ces milices, alors que Mélenchon a feint de voir derrière les 1200 ou 1400 individus  masqués qui occupaient tout le pont d’Austerlitz et brandissaient un portrait de Karl Marx, l’extrême droite. Selon elle, les Français ne sont protégés ni face au terrorisme islamique qui bénéficie d’une  complaisance victimaire, ni des désordres des milices de gauche.

L’Europe des nations face à l’Immigration de masse

La présidente du FN dénonce aussi “l’insincérité” de Laurent Wauquiez, président de LR. Mais celle-ci s’est surtout attardée sur son opposition à l’Union européenne qui a trouvé le moyen de sanctionner les pays “comme la Hongrie ou la Pologne” qui s’oppose à l’immigration de masse. Elle a commenté la réunion du parti européen des eurosceptiques qui s’était rassemblés à Nice l’avant-veille dénonçant la très forte augmentation de la part française du budget européen [+ 3 à 4 milliards supplémentaires] “pourquoi ? Pour installer les migrants partout en Europe ? A mettre en place une défense européenne commune qui nous privera de notre souveraineté en matière de Défense ?” a-t-elle interrogé, s’en prenant au projet fédéraliste du chef de l’État. “Partout en Europe montent des partis politiques qui défendent la nation”, “car demain à l’Assemblée européenne il pourra y avoir une majorité de blocage” pour créer une “Europe des nations”. Il ne s’agit pas, selon elle, que tous les partis nationaux des différents pays adoptent les mêmes points-de-vue sur tout, mais seulement qu’ils s’entendent sur la lutte contre “l’immigration, l’austérité,  la concurrence internationale déloyale, les traités de libre-échange” qui sont le socle des “fondamentaux” qui unissent les partis nationaux sur lesquels ils s’appuient pour créer une “majorité de blocage” pour stopper “l’intégration européenne telle que la veut Emmanuel Macron, qui est catastrophique. “ Précisant qu’elle ne serait pas elle-même candidate pour les élections européennes qui se dérouleront l’année prochaine, elle a affirmé que son mandat de député national l’en empêchait, mais qu’elle mènerait la liste.  “Nous souhaitons que l’Union européenne change de nature”. Elle en a profité pour dénoncer “les fausses informations” véhiculées par les médias français quotidiennement, précisant qu’il fallait désormais vérifier ces informations avant de les commenter ou de les utiliser.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :