Italie – La fête de Noël de l’Institut Garofani, une école de Rozzano, ville de 40.000 habitants, à 30 kilomètres de Milan, a été annulée parce qu’”après les attentats de Paris, cela pourrait être une provocation dangereuse“, justifie le directeur Marco Parme.

 L’école annule donc son traditionnel concert de Noël. Mais cette psychose, en vérité un prétexte, ne s’arrête pas là. Dans la foulée, le directeur de l’école a également enlevé les crucifix des salles de classe…

Parmi les mille élèves fréquentant l’école, 80% sont des Italiens et 20% des étrangers, pour la plupart issus de familles musulmanes. La décision du directeur a été prise au nom de “ la laïcité de l’enseignement “: “Il s’agit d’une étape vers l’intégration et pour le respect des sensibilités de ceux qui pensent différemment et ont des d’autres cultures et religions», a déclaré Marco Parme.

Bref, il s’agit d’une opération de déchristianisation qui exploite la peur des attentats pour faciliter la manœuvre.

Le directeur a depuis fait savoir que le concert serait reporté au 21 janvier et serait renommé Concert des Fêtes d’hiver. Il n’y aura pas de chansons ou de symbolique de Noël au programme.

Beaucoup de parents, irrités par la décision du directeur, ont signé une lettre dans laquelle ils condamnent le fait que «l’on supprime à la jeunesse ses certitudes d’identité culturelle“: “Nous croyons qu’il n’est pas juste que les jeunes doivent renoncer à vivre dans l’école leur traditionnelle fête de Noël. Il ne s’agit pas d’une question liée à des croyances religieuses, bien qu’elle soit de première importance: ce qui est préjudiciable, c’est l’identité propre et les traditions propres de notre société “, écrivent les parents.

Le Noël de Rozzano est devenu un sujet de débat politique national.

Certains dirigeants politiques réclament une intervention du ministre de l’Éducation.

Ces derniers temps, en Italie, on enregistre plusieurs cas de déchristianisation au nom du respect des “différences”. A Florence, une visite scolaire à l’exposition « Beauté divine » a fait polémique “par sympathie envers les familles musulmanes”. Dans une école de Fonte Nova, une ville de 30.000 habitants dans la province de Rome, la crèche de Noël n’accueillera pas d’enfant Jésus et les rois mages sont remplacés par trois migrants.

L’imagination des ennemis de la foi catholique est sans limite.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

17 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :