L’invasion migratoire, via l’Italie en première ligne face aux débarquements de clandestins qui dès que le beau temps revient reprennent de plus belle, inquiète l’Autriche. De l’arrivée massive d’étrangers sur son territoire elle se défie au point qu’elle a envoyé au col du Brenner, à la frontière avec l’Italie, quatre Tanks « Pandur ». Le ministre autrichien de la défense, Hans Peter Doskozil, a annoncé qu’ils pourraient être utilisés par les forces armées dans les opérations de contrôle sur l’immigration.

L’Italie n’a pas beaucoup apprécié cette initiative, qu’elle prend comme une gifle, et qui l’oblige à garder les migrants chez elle, alors qu’elle en a déjà trop. Le ministre italien des Affaires Étrangères a convoqué l’ambassadeur autrichien en poste à Rome, René Politzer.

Le dispositif autrichien pourrait être activé en moins de 3 jours : un déploiement de forces qui comprend 750 militaires aux frontières autrichiennes.

« Les préparatifs pour les contrôles aux frontières avec l’Italie ne sont pas seulement justes mais nécessaires. Nous nous préparons et nous défendrons notre frontière du Brenner si cela est nécessaire »

a commenté le ministre des Affaires Étrangères autrichien Sebastian Kurz.

A force de grossir sans cesse, la crise migratoire devient de plus en plus insoluble pour les pays européens qui se renvoient la balle et ferment les frontières les uns après les autres. Cependant l’Italie seule ne peut ni gérer ni contenir ces masses de clandestins sur son sol.

L’Union européenne doit envisager des mesures politiques migratoires drastiques ainsi qu’une coopération active avec les pays d’où proviennent les immigrés. C’est à la source, en Afrique, qu’il faut tarir le flux. C’est en fermant définitivement les frontières aux clandestins et en le faisant savoir, c’est en renvoyant à leur point de départ les embarcations de migrants qui traversent la Méditerranée, que l’Europe aura des moyens efficaces pour contenir cette immense crise humanitaire.

Car les tanks aux frontières ne feront que créer des tensions entre les différents pays européens sans résoudre pour autant le problème…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :