A Sartrouville (Yvelines), dans le cadre du Grand Débat National, Tepa interpelle le Premier ministre Edouard Philippe sur la loi Pompidou-Rothschild de 1973.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

6 commentaires

  1. Alexandre Sanguedolce says:

    Pompidou à l’instar de Macron travaillait pour Rothschild

    • tirebouchon says:

      Pompidou fils adultérin de l’ancêtre Rothschild….le mère de POMPOM très belle femme, dit-on, était au service des ROro….

      • ” le mère de POMPOM très belle femme” Ben elle l’a loupé le Georges mais ce doit être à cause du Roro.

        • MA Guillermont says:

          Comme le Centre Pompidou, exemple parfait du snobisme du “laid”!

  2. MA Guillermont says:

    Un tres grand merci Tepa , vous avez captivé mon attention et celle de l’auditoire de ce débat par votre éloquence tant par le fond que par la forme !

  3. Ignorance crasse du sujet abordé par ce commentateur. Sa question sur la loi de 1973 démontre qu’il ne l’a connaît pas du tout et en sus qu’il ignore tout de la situation actuelle où la banque de France est déjà engagée à plus de 400 Milliards d’Euros pour soutenir l’Etat à des taux négatifs ! Ceci en sus du même engagement depuis plus longtemps de la BCE… La somme des dettes actuelles vient uniquement des déficits annuels cumulés depuis 45 ans ! La loi de 1973 n’a dit qu’une chose : l’Etat ne doit pas tirer à découvert illimité sur le compte du Trésor public ouvert chez la Banque de France sauf à la mettre en faillite. Cette faillite fut obtenue sous les trois rapports de la Banque de France par MITTERRAND-MAUROY FABIUS et consorts en 1985. Le gvt socialo-communiste de 1981 à 1986 a réussi l’exploit de provoquer 4 dévaluations du Franc Français dans le SME à cause de sa mauvaise gestion uniquement. Depuis cela n’a pas cessé et même d’être sans cesse pire. Voilà la réalité. La loi de 1973 était nécessaire justement pour éviter la faillite alors que la France n’avait alors plus AUCUNE DETTE et donc pas d’intérêt ou de frais monétaires quelconques à payer en-dehors de la gestion normale de la monnaie qui a toujours un coût. Voilà ce que je suis obligé de faire connaître en tant qu’ancien Professeur d’Economie Politique appliquée auprès de l’Institut de Formation bancaire de 89 à93 en sus de mon travail principal d’alors.