nous-laic-accusons-pape-francoisDeux des grands médias américains en défense de la Tradition catholique, The Remnant et Catholic Family News, s’engagent résolument contre le pape François. Ils viennent de publier un “Libellé d’accusation” qui lui est adressé. La lettre d’introduction se termine pas cette déclaration :

“Nous avons été guidés aussi bien par l’enseignement de Saint Robert Bellarmin, Docteur de l’Église, en ce qui concerne la résistance licite à un rebelle Pontife Romain :

« Par conséquent, tout comme il serait légitime de résister à un Pontife qui envahirait un corps, il est donc légitime de lui résister dans son invasion des âmes ou d’en déranger l’état, et beaucoup plus s’il devait essayer de détruire l’Église. Je dis qu’il est permis de lui résister, en ne faisant pas ce qu’il commande et en le bloquant de peur qu’il puisse procéder selon sa volonté … [De Controversiis sur le Pontife Romain, Bk. 2, chap. 29] ».

Sans mésestimer le travail accompli par ses journalistes soucieux du bien de l’Église et de la sauvegarde de la doctrine catholique, dont l’auto-démolition avec le pape François s’est accélérée de façon vertigineuse, nous tenons à rappeler que Mgr Lefebvre, l’évêque des sacres de 1988, l’évêque à qui l’on doit la survie de la Tradition dans le monde, n’a pas attendu le pape François pour se lever contre les décrets de Vatican II, les innovations et bien pire les véritables révolutions doctrinales réalisées par les prédécesseurs de l’argentin, Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI.

François n’est que le digne fils des Paul, Jean-Paul, Benoît, n’en déplaise à certains. Les pontifes conciliaires ont révolutionné, assujettis à la philosophie évolutionniste qui les poussent toujours dans la voie du changement et à leur ouverture au monde, les doctrines essentielles de la foi catholique et imposé la Liberté religieuse, la collégialité, l’œcuménisme, la nouvelle liturgie, aux fidèles catholiques qui en ont perdu leur latin, au sens propre et figuré.

Le dogme étant chamboulé, il reste à détruire le dernier rempart contre l’apostasie totale, la morale catholique. François, depuis qu’il est monté sur le trône de Saint-Pierre, s’y est attelé généreusement et fermement. Avec deux différences qui rendent son action d’auto-démolition plus visible et donc plus scandaleuse pour les âmes :

– Premièrement, il n’avance pas masqué, il va droit au but sans complexes ni minauderies. Il va vite et fait les choses “bien”, si on nous pardonne l’expression, dans cette destruction systématique du peu qui restait debout de morale catholique dans le monde.

– Deuxièmement, les règles de la morale catholique étant un garde-fou pour l’humanité et une aide pour permettre à l’être humain de dépasser ses faiblesses et vaincre ses vices, leur démantèlement programmé et exécuté, par celui qui devrait les défendre, a des conséquences mortifères considérables et immédiates sur la société et tout particulièrement la famille. A partir de François, et là est la novation, c’est le règne absolu et total de l’individualisme, des passions désordonnées, du Moi et Moi seul, c’est l’anarchie morale et sociale, le tout avec la bénédiction papale… mais ce n’est que l’aboutissement logique du libéralisme qui a pris les commandes à Rome depuis 50 ans.

Il est bon de relire sur cette notion “d’obéissance” au pape, avant de prendre connaissance de ce “Libellé d’accusation” des journalistes américains, les quelques mots qui suivent prononcés en 1978, soit il y a presque 40 ans, par l’évêque Mgr Lefebvre. Et de lui rendre grâce d’avoir, presque seul et contre presque tous, sauvé la Tradition que d’autres veulent défendre courageusement contre François :

“Or je crois sincèrement que nous avons affaire à une contrefaçon de l’Église et non pas à l’Église catholique. Pourquoi ? Parce-ce qu’ils n’enseignent plus la foi catholique. Ils ne défendent plus la foi catholique. Non seulement ils n’enseignent plus la foi catholique et ne défendent plus la foi catholique, mais ils enseignent autre chose, ils entraînent l’Église dans autre chose que l’Église catholique. Ce n’est plus l’Église catholique. Ils sont assis sur le siège de leurs prédécesseurs, tous ces cardinaux qui sont dans les congrégations et tous ces secrétaires qui sont dans ces congrégations ou à la secrétairerie d’État ; ils sont bien assis là où étaient leurs prédécesseurs, mais ils ne continuent pas leurs prédécesseurs. Ils n’ont plus la même foi, ni la même doctrine, ni la même morale même que leurs prédécesseurs. Alors ce n’est plus possible. Et principalement, leur grande erreur, c’est l’œcuménisme. Ils enseignent un œcuménisme qui est contraire à la foi catholique.

Nous sommes les plus obéissants à l’Église et à tout ce que l’Église a toujours enseigné, toujours voulu, mais pas à des hommes qui travaillent à la destruction de l’Église à l’intérieur de l’Église.

Alors, est-ce que nous devons obéir ? Moi je crois en conscience devant le Bon Dieu, quand il me dit : – Réfléchissez bien devant Dieu en conscience à ce que vous faites… Et bien oui, j’ai tout réfléchi devant le Bon Dieu. Si je me trompe, que le Bon Dieu me donne la lumière pour me montrer que je me trompe, mais je ne crois pas. Je crois vraiment qu’en faisant ce que je fais, en ordonnant les prêtres que je vais ordonner, je crois que je sers l’Église. Je sers l’Église. Je ne le ferais pas si j’avais seulement un instant la pensée que ça pouvait être contraire au bien de l’Église, et bien je m’abstiendrais bien sûr de faire des choses pareilles ! C’est trop grave. Mais c’est bien le contraire !”

Tous les ouvriers sont les bienvenus pour défendre la vigne du Seigneur !

Francesca de Villasmundo

 

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

16 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :