Il est toujours surprenant de voir les médias israéliens et le médias communautaires juifs se précipiter pour souligner l’appartenance au judaïsme de telle ou telle personne qui prend de l’importance sur la scène politique, économique ou culturelle. Toute presse non communautaire qui ferait la même chose serait aussitôt taxée d’antisémitisme. Cela rappelle qu’une blague juive racontée par un juif autorise à rire, tandis que la même blague racontée par un non-juif vous impose de prendre un regard désapprobateur car témoigne d’un antisémitisme évident. Et défense de critiquer cette étrange et incohérente ligne de démarcation.

Nommée Première ministre, Elisabeth Borne, 61 ans, a donc fait l’objet d’un article du Times of Israël que nous nous bornerons à citer.

Times of Israël écrit qu’Elisabeth Borne « est née le 18 avril 1961 dans le 15e arrondissement de Paris du mariage de Joseph né Bornstein avec Marguerite Lecesne, une pharmacienne du Calvados« .

En 2015, le journal Libération rapportait que son père était un Juif d’origine russe né dans une famille réfugiée en France en 1939. L’homme a été résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, et a été déporté fin 1943.

Selon le site ajpn.org (« Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France »), Joseph Bornstein est né le 2 mai 1924, à Anvers, en Belgique. Il a été arrêté le 25 décembre 1943 à l’âge de 19 ans suite à une dénonciation. Il a alors été transféré à Drancy puis emmené à Auschwitz par le convoi 66 le 20 janvier 1944. Il est revenu en France le 11 avril 1945 après la libération du camp nazi.

Il a opéré en tant que résistant à partir d’avril 1943 dans la région grenobloise, membre du Mouvement de la jeunesse sioniste. De novembre 1943 au 20 décembre 1943, il a été chargé de convoyer des jeunes de Grenoble vers le maquis de Biques.

Il n’a été naturalisé Français qu’en 1950, et Joseph et Marguerite Borne ont, après la guerre, dirigé un laboratoire pharmaceutique.

Auprès de Libération, sa fille expliquait avoir ressenti une certaine émotion quand, préfète, elle avait remis pour la première fois à un citoyen son décret de naturalisation. « Que moi, la fille de ce réfugié apatride, qui n’a été français qu’en 1950, j’accomplisse ce geste, cela disait quelque chose sur l’intégration », avait-elle expliqué.

(…) Divorcée et mère d’un enfant, elle a par ailleurs fait part de son judaïsme dans une courte interview en 2021 au micro de Frédéric Haziza, lors de la soirée d’anniversaire de Radio J.

« C’est une communauté qui est la mienne, qui a participé à l’histoire de la République, et qui a toute sa place dans la République », avait-elle alors déclaré.

Sa nomination à Matignon a conduit à plusieurs messages antisémites sur les réseaux sociaux, tandis que Joël Mergui, président du Consistoire de Paris, ou encore Francis Kalifat, directeur du CRIF, l’ont félicitée.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

49 % 20 280 € manquants

Il nous manque 20 280 € pour boucler 2022 !

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :