Cette phrase pourrait être le slogan de notre gouvernement, pardon de nos gouvernants dans la gestion de la « crise sanitaire ».

Il s’agit la pourtant d’une réplique de l’immense Louis Jouvet dans « Knock » (pour les jeunes générations, sans doute le meilleur acteur français de la première partie du XXème Siècle).

Pièce de théâtre à l’origine crée en 1923 par Jules Romains, puis adapté au cinéma en 1951, je ne peux qu’inviter nos lecteurs à regarder ce film*, d’une part pour la magistrale interprétation de Louis Jouvet, d’autre part pour y retrouver cette France rurale d’autrefois, qui aura pour les progressistes de gauche (pléonasme) une odeur rance.

Eh oui, ici nous ne trouverons pas de violence, pas de sexe, aucune couleur de l’arc en ciel, pas de « souffrance sociale », ingrédients à la mode désormais dans la quasi-totalité des films et des séries qui jalonnent désormais notre quotidien.

N’ayant pas ici vocation à dévoiler le contenu du film et son intrigue, vous y trouverez cependant de nombreuses similitudes avec la situation actuelle que nous connaissons depuis 18 mois, le film porte à réfléchir sur la capacité de certains de nos semblables à manipuler, séduire, mentir, pour des raisons financières, de pouvoir … sans la moindre morale… et tout cela sans la moindre violence… juste en inoculant la crainte, le doute…

C’est exactement ce que fait ce gouvernement, avec des ministres aux ordres, qui ne sont plus à une contradiction, un mensonge, une contre-vérité.

Pour résumer, et puisque nous sommes dans le cinéma, pour illustrer mes propos je me permets de citer cette réplique de L’armoire volante (Film de 1948 avec Fernandel) : « un ministre qui tiendrait ses promesses ce serait un parjure ». Comme vous pouvez le constater, tout est dit en quelques mots.

Le problème majeur, ç’est que nous ne sommes pas dans un film, il s’agit bien de la réalité, mais ne désespérons pas, mobilisons nous plus que jamais, ne perdons pas la foi… il est temps que le camp de la dissidence (devrais-je dire le camp de la vérité) dépasse certains clivages, c’est un vœu pieux, j’en suis bien conscient, mais soyons solidaires, mettons un mouchoir sur notre orgueil, vous, moi, soyons persuasifs avec les hésitants, ignorons nos ennemis (je précise ici dans le débat des idées puisque tout dialogue est impossible), ce sont ici les clés de la réussite de notre combat.

Koba

« Jusqu’ici tout va bien… ou presque »

*à ne pas confondre avec le Knock de 2017 (avec Omar Sy), qui est une adaptation anachronique (une de plus) visant surtout à mettre en avant une diversité qui n’existait pas à cette époque… servant uniquement la soupe aux élites bienpensantes…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :