Le transhumanisme érigé en religion du futur…

Voici venu l’épilogue de la série.

La révolution numérique en cours, autrement appelée : RÉVOLUTION TRANSHUMANISTE, entend asseoir un changement profond de civilisation. Le transhumanisme, au-delà même des avancées scientifiques et technologiques projette aussi et par-dessus tout de SE SUBSTITUER À DIEU.

 

RÉSUMÉ DE L’ÉPISODE :

En 1982 le film Firefox, l’arme absolue  (https://fr.wikipedia.org/wiki/Firefox,_l%27arme_absolue), dans lequel Clint EASTWOOD interprète le rôle d’un pilote de chasse expérimenté de l’armée américaine sorti de sa retraite pour voler un appareil de combat soviétique, met le spectateur sur la voie d’un armement sophistiqué commandé par impulsions électriques cérébrales.

Les recherches menées sur le fonctionnement du cerveau par les GAFAM visent à tenter de prouver que ce sont les neurones qui produisent l’âme, non pas Dieu qui la crée. Pour cela ils s’appuient sur les recherches scientifiques du neurobiologiste français Jean-Pierre CHANGEUX portant sur la relation entre l’esprit et le cerveau et celles du neurobiologiste américain Gérald Maurice EDELMAN (1929-2014) portant sur la théorie neurologique de la conscience.

Pour Yuval Noah HARARI (essayiste, professeur d’histoire médiévale et militaire à l’université hébraïque de Jérusalem) « la source d’autorité aujourd’hui ce n’est pas l’Église, c’est Google. » La religion, jusqu’à une époque récente, était l’autorité vers laquelle l’on se tournait pour obtenir les réponses aux interrogations que l’on se posait. En développant l’idée de l’émergence d’une nouvelle religion dénommée le « Dataïsme », dès lors qu’une question taraude l’individu celui-ci s’adresse désormais à des moteurs de recherche comme Google non plus au prêtre. « Les êtres humains ne sont finalement que des algorithmes biochimiques » déclare-t-il dans l’émission La Grande Librairie diffusée sur France 5 au mois de janvier 2018. En supposant posséder suffisamment de données couplées à une puissance de calcul tel que l’ordinateur quantique développé par Google devant surpasser tous les calculateurs à haute performance, Yuval Noah HARARI ajoute : « si vous avez suffisamment de données et si vous avez suffisamment de puissance de calcul vous pouvez hacker les algorithmes humains ; et à ce moment-là vous pouvez contrôler et manipuler les gens. »

Au cours de la même émission, le neuropsychiatre Boris CYRULNIK considère, lui, que « notre corps est un algorithme mais nous ne sommes pas des algorithmes. » Précisons qu’un algorithme est un ensemble de règles opératoires dont l’application permet de résoudre un problème énoncé au moyen d’un nombre fini d’opérations. Il avance par ailleurs une idée étrange selon laquelle « plus les techniques se développent plus l’esprit magique revient. » 

Cette affirmation livrée comme telle est incompréhensible à tout un chacun. C’est la chaîne de télévision Arte qui dans le cadre de la diffusion en 2016 d’un documentaire consacré au Golem, la légende de l’homme apporte l’explication. Avec la révolution numérique il devient possible de fabriquer de nouveaux êtres de toute pièce. Le grand spécialiste de la mystique juive, Gershom SCHOLEM (1897-1982), a très tôt établi le lien entre Golem et intelligence artificielle. Dans le film intitulé Le Golem (1920) de Paul WEGENER (1874-1948), la fabrication de cette “chose” redoutable mêle la magie noire et la mystique juive rappelant le pacte de Faust avec le diable. Une séquence montre une séance rituelle faisant appel aux forces des ténèbres conjuguées à des puissances démoniaques.

En dehors du registre cinématographique, un véritable Golem destiné à défendre les juifs de Prague aurait été animé au XVIème siècle par le Maharal de Prague, le grand rabbin Yehuda Lœw ben Bezalel dit rabbi  Lœw (1520 ?-1609). Erudit, grand connaisseur de la kabbale et thaumaturge. Par des procédés kabbalistiques, théurgiques et magiques il aurait conféré au Golem une dimension à la fois religieuse et métaphysique (https://www.radio.cz/fr/rubrique/faits/400-ans-depuis-la-mort-du-rabbi-loew).

Pour Raymond KURZWEIL, directeur de l’ingénierie chez Google, le transhumanisme ouvre des perspectives infinies : « Avec les nanotechnologies, on peut créer des corps et des réalités virtuelles. La réalité virtuelle sera aussi réaliste que la vraie. Les corps virtuels seront aussi convaincants que les vrais. »

 

THÈME ABORDÉ :

  1. Le transhumanisme contre Dieu (09:00)

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

6 commentaires

  1. anne11 says:

    Une excellente analyse des deux livres (largement mentionnés dans ce reportage) Sapiens et Homo Deus de Yuval Noah Harari;
    https://www.youtube.com/watch?v=qqec8oWxpEI

  2. Luc Elmlinger says:

    Cet exposé me rappelle cette phrase parole de Lucifer, “Vous serez comme des dieux…

  3. la vieille gauloise says:

    Dans l’ Histoire du golem , la créature se retourne contre son maître ! Tu parles d’ un progres !…pffff !….La NASA aurait élaboré un projet ” blue beam” ou des images virtuelles comme des hologrames apparaitraient dans le ciel , des personnages religieux ou que sais je , préfigurant une apocalypse ou n’ importe quelle autre manipulation ….boff ! ….ça devient ubuesque ….

  4. Maria R says:

    Uhmmm … pour manipuler les gens oui, combien de recherches avec notre argent évidemment !!! Pour nous lobotomiser et justifier toute sorte d’abus !!! Il suffit de voir notre jeunesse collée au gadget à la mode, le portable pour échanger des stupidités ….

  5. Kurzweil a déclaré lui-même : “Nous sommes une religion”. Prendre la place de Dieu n’est pas facile. Lui-même se tape une centaine de comprimés par jour pour gagner quelques jours de son existence…et il nous promet l’immortalité.

  6. Le film Transcendance présente un savant dont la femme a numérisé le cerveau. Or cela vire à la catastrophe car l’ordinateur qui renferme la conscience devient fou et destructeur.