abus sexuels

Hier, trois ressortissants libyens reconnus coupables d’avoir agressé sexuellement des adolescentes dans la ville de Cambridge ont été libérés par la police et on demandé l’asile au Royaume-Uni !

Khaled El Azibi, Naji El Maarfi et Mohammed Abdalsalam figuraient parmi 300 cadets militaires libyens stationnés à Bassingbourn quand ils ont commis ces agressions sexuelles.

Ils ont d’abord volé des vélos et sont partis dans le centre-ville avant d’accoster trois adolescentes le 26 octobre 2014.

Depuis cette affaire, plusieurs dizaines de cadets libyens ont demandé l’asile au Royaume-Uni, dont les trois délinquants sexuels. Ce qui devrait logiquement leur être refusé. Mais la logique a-t-elle encore place dans l’Europe d’aujourd’hui ?

Daniel Zeichner, député de Cambridge, a ainsi déclaré qu’expulser le trio n’est pas simple. «Je comprends pourquoi les gens sont furieux, mais malheureusement, la loi doit être suivie.”

Et le député de rejeter la faute ailleurs : “Rien de tout cela ne serait arrivé si le ministère de la Défense et le secrétaire d’Etat à la Défense n’avaient pas joué avec la sécurité des gens en laissant ces soldats libyens sans surveillance à Cambridge.”

Richard Scorer, avocat de l’une des victimes, a fait savoir que sa cliente était choquée à l’idée que ses agresseurs sexuels pourraient rester dans le comté.

“Elle est consternée par ces nouvelles et estime que ce serait une insulte aux victimes d’accorder à ces violeurs de bénéficier de l’asile”, a-t-il dit.

“Leurs méfaits ont eu un impact dévastateur sur leurs victimes”.

“Pour ces victimes, apprendre que leurs agresseurs sont désormais des demandeurs d’asile, et pourraient rester dans le pays, risque de faire régresser leur tentatives pour reconstruire leur vie et surmonter de leur épreuve.”

En attendant, hier un porte-parole de la police de Cambridge a confirmé que les trois délinquants sexuels avaient été libérés de prison.

Deux autres Libyens stationnés à Bassingbourn ont également été reconnus coupables d’avoir violé un homme la même nuit d’octobre 2014. Ils ont été condamnés à 12 ans de prison.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :