Jusqu’au 10 mars 2019, le musée de l’Air et de l’Espace du Bourget présente la troisième exposition temporaire de son triptyque en lien avec les commémorations de la Grande Guerre, une exposition intitulée « Trois pilotes, Une guerre, Récits personnels d’Européens en 14-18 ».

Elle fait suite à « La Grande Guerre des aviateurs » présentée en 2014-2015, à « Verdun, guerre aérienne » présentée en 2016-2017, et précède la réouverture de l’aérogare historique du Bourget en 2019, site actuellement en travaux.

Réalisée en partenariat avec Militärhistorisches Museum der Bundeswehr de Berlin et le Royal Air Force Museum de Londres, cette très belle exposition, plus intimiste que les autres expositions du musée de l’Air, présente le vécu, le ressenti et le parcours personnel de trois aviateurs durant le premier conflit mondial, le Français Jean Chaput (1893-1918), l’Allemand Peter Falkenstein (1892-1966) et le Britannique Bernard Curtis Rice (1891-1933). Le projet de cette exposition est inspiré par d’une production initialement virtuelle, le site web 3p1w.eu – Three pilots one war – mis en ligne 2014 et régulièrement nourri depuis quatre ans par les trois musées.

A partir de ces trois cas particuliers de pilotes européens, sont abordés plus largement dans l’exposition les différents aspects de la guerre aérienne sur le front Ouest. Sont ainsi proposés huit espaces thématiques centrés autour des trois aviateurs et de leur expérience de la guerre. Des premières heures du conflit aux premières missions, en passant sur le statut d’aviateur de guerre, les premières missions ou la naissance de la chevalerie aérienne qu’est la chasse, le personnage de l’as de guerre – celui qui a au moins abattu cinq avions ennemis. L’exposition montre également les périls et la mort, la vie quotidienne au sein des escadrilles ou encore les liens avec l’arrière, s’achevant sur une évocation de la guerre aériennes cent ans après.

S’appuyant sur la correspondance conséquente des trois aviateurs, l’exposition complète le discours des hommes par des maquettes d’avions emblématiques conservées dans les réserves du musée de l’Air et de l’Espace comme le Nieuport XI Bébé ou le Fokker Dr.I du capitaine Manfred von Richthofen, « l’as des as » allemand, des accessoires liés à l’arme aérienne ou ayant appartenu aux trois protagonistes – tenues de vol, casques, médailles et uniformes –, des affiches et des peintures, mais également des objets techniques, comme une hélice ou deux mitrailleuses utilisées à l’époque sur les avions de chasse. On notera que des trois pilotes, seul le Français Jean Chaput n’a pas survécu à la guerre, abattu le 6 mai 1918, après seize victoires aériennes homologuées.

Des supports audiovisuels complètent le parcours, présentant des photographies stéréoscopiques et des films d’époque. Le lien avec le présent, intitulé « cent ans après… » est illustré par des travaux de lycéens français, allemands et britanniques autour de la guerre aérienne, ainsi qu’un focus contemporain sur les missions et exercices aériens communs entre les Armées de l’air des trois pays.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

40 % 20.770 € manquants

14230 € récoltés / 35.000 € nécessaires
Mis à jour le 29/01/2019

Il nous reste cependant 20.770 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !