Dans une guerre, il y a toujours une part de mensonge et de propagande. Pour s’en convaincre, on peut regarder la différence de traitement entre les médias ukrainiens et russes, en ce qui concerne la fermeture du fameux chaudron de Debaltsevo par les séparatistes.

[Comparatif satirique de la propagande ukrainienne]

On pourrait en rire ou en sourire, s’il n’y avait pas la comptabilité macabre. Il est probable que la reprise des combats depuis décembre 2014 a fait plus de 1800 morts côté ukrainien et sans doute environ 600 morts côté séparatistes. Les combats qui ont mené à la perte de contrôle de l’aéroport de Donetsk aurait coûté la vie à environ 1100 soldats en deux semaines côté ukrainien, d’après des renseignements piratés émanant de l’état-major ukrainien lui-même

Notons que le site USA de l’agence Reuters annonce des chiffres très faibles, totalement déphasés par rapport à la réalité : 2 soldats ukrainiens morts pour la journée du 3 février, alors que le niveau réel est sans doute voisin de 100. Il est probable que le bilan humain à Debaltsevo sera très lourd, puisque plusieurs milliers de personnes y livrent des combats acharnés.

Les médias ont présenté depuis presque un an l’Ukraine comme un pays agressé se défendant contre un envahisseur venu de Russie. C’est le leitmotiv de la propagande ukraino-OTAN-ienne. Les putschistes néo-nazis de Kiev seraient des gentils garçons qui ne font que se défendre contre les vilains « rebelles pro-russes ».

Ces derniers jours, comme les troupes de Kiev sont en très mauvaise posture à Debaltsevo, au nord de Donetsk, la propagande anti-russe redouble de vigueur. Par exemple, on peut citer cet article anti-russe, monument de propagande de guerre pro-OTAN: « Que les choses soient claires : l’agresseur, en Ukraine, c’est la Russie ; il faut renoncer à l’angélisme russolâtre. » Quand on sait qu’environ 2,5 millions d’Ukrainiens sont réfugiés en Russie, dont 1,5 millions d’hommes entre 15 et 45 ans fuyant la conscription décidée par Kiev, on se demande pourquoi ces gens se réfugient chez leur prétendu ennemi. Cette accusation récurrente contre la Russie est d’autant plus délirante que Kiev a admis récemment qu’il n’y a pas de soldat russe dans le Donbass. C’est pourtant sur la base de cette fausse accusation  répétée ad nauseam que des sanctions ont été décrétées contre la Russie. Si on veut rire, on peut aussi lire cet éditorial récent dans Le Monde : « Chaque jour qui passe, les milices ukrainiennes prorusses, encadrées sur le terrain par l’armée russe, dépècent un peu plus ce malheureux [sic] pays qu’est l’Ukraine. Elles accroissent le pseudo-Etat qu’elles se sont taillé dans l’est du pays. Sauf à se payer de mots, il faut décrire cette réalité pour ce qu’elle est : un pays, la Russie, en agresse un autre, l’Ukraine – par la guerre. Ce n’est pas une guerre froide, c’est une guerre chaude, et qui fait essentiellement des morts parmi les civils. » Sauf que la plupart des victimes civiles sont tuées par les troupes ukrainiennes…

D’autres reportages parlent lâchement et hypocritement de pluies d’obus « aveugles », comme celui de l’AFP.

En fait, de plus en plus d’éléments font émerger la double question des crimes de guerre commis par les troupes ukrainiennes et d’une stratégie de quasi-génocide des habitants du Donbass mise en oeuvre par Kiev, avec l’appui de l’OTAN.

L’OSCE admet maintenant officiellement que Kiev utilise des bombes et des obus à fragmentation, et ce pour bombarder des civils, ce qui est un crime de guerre, interdit par les conventions internationales.

Ce constat n’est pas nouveau, mais cette fois-ci il émane de l’OSCE, qui n’est pas spécialement pro-russe, loin s’en faut. On peut regarder cette vidéo récente de la ville d’Uglegorsk entre Donetsk et Debaltsevo. A t=1mn, on voit le genre d’impacts parallèles que font ces munitions à fragmentation.

Les séparatistes avaient également accusé les troupes ukrainiennes d’avoir utilisé des armes chimiques, lors des combats autour de l’aéroport de Donetsk en janvier 2015.

Cela fait également des mois que les troupes ukrainiens bombardent avec des munitions au phosphore blanc, ce qui est également un crime de guerre, puisque ce genre de munitions est interdit. On peut trouver sur internet de multiples vidéos qui en démontrent l’utilisation quasi-permanente depuis des mois.

phosphore

[Victime civile d’obus au phosphore blanc]

Enfin, il faut noter que les civils paient un très lourd tribut dans cette guerre, puisqu’il apparaît de plus en plus clairement que les plans de tir de l’artillerie ukrainienne visent sciemment et méthodiquement les villes et des objectifs civils, dépourvus de signification militaire. Lors de l’assaut et de la mise en déroute de positions ukrainiennes qui bombardaient Gorlovka, des plans de tir le démontrent explicitement.

[Vidéo montrant des plans de tirs contre des objectifs civils à t=3mn30]

Les documents récupérés montrent que les tirs d’artillerie sur les civils ou les villes ne sont pas des « accidents » mais une stratégie des troupes ukrainiennes. Qualifiée « d’intimidation », il s’agit en fait d’une épuration ethnique, sur fond de crimes de guerre, de génocide et de saccages généralisés.

Dans cette autre vidéo à partir de t=3mn, on peut voir une ferme qui a été sciemment bombardée et dont les habitants ont été blessés. Des méthodes dignes des colonnes infernales en Vendée pendant la terreur. Dans cette autre vidéo datant du 2 février 2015, on peut voir les corps déchiquetés de quelques passants habitant à Gorlovka. On pourrait multiplier les exemples.

Par ailleurs, il faut noter que le débat sur la fourniture d’armes létales par l’OTAN est surréaliste, puisque ce genre d’armes est déjà en usage massif depuis longtemps. En témoigne par exemple des obus qui ont frappé l’église au centre de Gorlovka il y a quelques jours et qui portent des écritures en alphabet latin, contrairement aux obus « normaux » des troupes ukrainiennes, qui sont en cyrillique.

[Obus de l’OTAN ayant frappé l’église de Gorlovka]

Dans un précédent billet, nous avons évoqué la présence de soldats américains à Mariupol.

Une autre vidéo émanant de Tchernoukhino à proximité de Debaltsevo montrait un soldat mort avec un écusson belge (à t=3mn), mais elle a été censurée par Youtube. Mais il y en a d’autres avec le même soldat :

[Soldat belge (?) tué à Tchernoukhino à t=2mn40]

Notre appartenance à l’OTAN, voulue par Nicolas Sarkozy, en violation de plusieurs décennies d’indépendance de la France, et la politique servilement atlantiste de François Hollande nous rend complices de ces crimes de guerre et de la volonté génocidaire des putschistes néo-nazis de Kiev.

MPI - 43 - 01 -

Combien de temps ce scandale va-t-il encore durer ?

A l’instant où je finis d’écrire ce billet, un hôpital de Donetsk vient d’être bombardé . On annonce au moins 3 morts de plus…

MPI - 43 - 02 - hopital Donetsk -

[Un hôpital de Donetsk bombardé le matin du 4 février 2015]

Je laisse les médias officiels prétendre que ce sont les séparatistes qui bombardent leurs hôpitaux…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

14 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :