Une affiche qui met en bloc l’Etat islamique, les fichés S, les salafistes et les détenus radicalisés à la poubelle, à jeter sans trier, est placardée en grand format en face du magasin Intermarché, route de la gare entre Ollioules et Sanary. 

Sur un panneau en 4×3 m l’afficheur exprime son ras-le-bol suite à l’attentat de Nice. Il s’agit du patron d’une entreprise locale d’affichage public, dont le nom n’est pas révélé par Var Matin,  qui a pris cette initiative:

« Une caricature, c’est toujours un peu radical, dans la mesure où elle est là pour faire passer un message, explique-t-il. Mais nous, on ne décapite pas des gens sur des vidéos, donc on peut bien écrire quelques mots pour exprimer notre ras-le-bol. En attendant le prochain attentat…” Var Matin

Mais l’homme aimerait bien que la puissance publique s’affirme nettement plus radicalement:

En novembre 2015 et mars 2016, déjà, cet entrepreneur local avait usé du même procédé, entre Six-Fours et La Seyne, pour demander au président de la République de « changer la loi » et préconiser «la mort pour les terroristes et leurs complices »Var Matin,

Encore un acte symptomatique, et qui vient du secteur commercial, où un afficheur qui se dit “apolitique”, ne craint pas de manifester sa réprobation allant jusqu’à réclamer la peine de mort, quitte à déplaire à une partie de son éventuelle clientèle. Les signes par lesquels les gens sont lassés de faire des marches blanches derrière un leader gouvernemental bien-pensant, se multiplient. La colère gronde, le politiquement correct recule, qu’en adviendra-t-il?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. " Pour le coup " says:

    Face aux ” Gros pollueurs “, s’informer c’est déjà agir …
    La maison-mère , filière de valorisation se trouve au Vatican .
    L’ensemble des flux est largement sous – évalué.