En Hongrie, les hommes politiques se succèdent pour dénoncer les nuisances du milliardaire cosmopolite George Soros.

Le député Andras Aradszki, membre du parti au pouvoir Fidesz-Union civique hongroise,  a pris la parole à la tribune du Parlement le 9 octobre pour dénoncer le plan Soros qu’il a appelé «l’ultime assaut de Satan» contre la Famille.

Dans un discours largement relayé par les médias hongrois, Andras Aradszki pointe du doigt la responsabilité du milliardaire Soros dans le financement de divers organismes ayant vocation de détruire la famille. «Nous pouvons le voir avec le développement de l’avortement, du mariage homosexuel et de la théorie du genre», a énuméré le député.

Andras Aradszki a également accusé le milliardaire hongrois et ses alliés de s’attaquer en outre «à la grande famille européenne» en cherchant à «diluer l’Europe chrétienne» parmi des dizaines de millions d’immigrés.

«Se battre contre Satan est un devoir chrétien. Oui, je parle d’une attaque de Satan», a martelé le député. «D’un bout à l’autre, ils nient ce qu’ils ont prévu de faire, même quand cela devient évident. Ils disent nerveusement : « il n’y a pas de quota, il n’y a pas d’implantation obligatoire, le plan de George Soros n’existe pas »», a-t-il poursuivi.

Pour contrer le «plan satanique» dont il accuse George Soros, le député a avancé une première solution d’ordre religieux : «Le rosaire est l’arme la plus efficace contre le mal et elle peut changer le cours de l’histoire». Mais il a aussi appelé ses concitoyens à remplir en ligne la «Consultation nationale sur le plan Soros».

Le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban a en effet entrepris, depuis le 1er octobre, de consulter les Hongrois sur le «Plan Soros». La formule le projet du milliardaire mondialiste de faire accepter l’arrivée d’«au moins un million de migrants» par an dans l’UE. A l’image de précédentes consultations organisées par le gouvernement, l’opération combine l’envoi de milliers de questionnaires dans les foyers hongrois et une campagne d’affichage dans le pays et les médias pro-gouvernementaux.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

160 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :