À la veille de des funérailles de Benoît XVI, Piero Laporta, un général de brigade italien à la retraite, a publié un article étonnant sur son blog. Cet officier catholique révèle que dans les premières semaines après l’élection de Joseph Ratzinger au trône pontifical en 2005, un haut fonctionnaire de la National Security Agency (NSA) des États-Unis « se vantait de la démission à laquelle Sa Sainteté Benoît XVI de vénérée mémoire serait bientôt contraint ».

Si cette histoire est vraie, cependant, « bientôt » devait signifier sept ans, car c’est le temps qu’il a fallu à Benoît XVI pour démissionner.

Laporta est un général de brigade à la retraite qui a travaillé pour les chefs d’état-major interarmées de l’armée italienne et, depuis sa retraite, il écrit pour plusieurs blogs et pour différents journaux.

L’article de blog de Laporta du 3 janvier commence par le commentaire qu’il « frissonne » aux « larmes de crocodile » affichées publiquement par un représentant de la communauté de San Egidio, en ce qui concerne la mort de Benoît XVI.

À la lumière de ces larmes, « des souvenirs défilent devant mes yeux« , ajoute-t-il.

Laporta a ensuite affirmé qu’il existe « un grand cercle romain qui est encore actif aujourd’hui« , qui est plus puissant que le soi-disant « groupe de Saint-Gall« , qui a été historiquement opposé à Benoît XVI. Ce «cercle romain» aurait été dédié aux slogans «Dieu est mort» et «Jésus est une fausse nouvelle», et était en «panique» lorsque Benoît a été élu. La «mafia de Saint Gall», a ajouté Laporta, n’était «pas une blague», mais n’est qu’une feuille de vigne comparée à ce «cercle romain» que Laporta appelle un «dôme de démons»

Laporta a en outre rapporté qu’en 2005, « un délégué de premier plan du gouvernement américain, qui avait ses mains dans les finances italiennes (où il est toujours actif) et dans la politique italienne« , et était « une figure dans les plus hauts rangs de l’Agence de sécurité nationale  (NSA) », se vantait « de la démission à laquelle Sa Sainteté Benoît XVI de vénérée mémoire serait bientôt contraint ».

Cet homme, a poursuivi Laporta, en parlait « avec nonchalance et avec arrogance« .

On ne sait pas si cet homme, qui à l’époque aurait travaillé pour le gouvernement américain, a réellement joué un rôle dans la démission de Benoît XVI. Cependant, ces affirmations du Général Laporta sont une pièce possible du puzzle.

Une autre pièce de ce puzzle pourrait être le fait qu’au moment de la démission de Benoît XVI en février 2013, la Banque du Vatican était incapable de fonctionner, car elle avait été soudainement exclue du système SWIFT et était donc incapable d’effectuer les transactions internationales nécessaires.

Comme Giuseppe Nardi de Katholisches.info le rappelle aujourd’hui à ses lecteurs dans son reportage sur le Général Laporta, Maurzio Blondet avait évoqué ce sujet en italien, en 2015.

Blondet, un journaliste catholique, a cité Laporta et a déclaré qu’il était sage que Laporta ne « divulgue pas » le nom du responsable américain. Il a ensuite republié son rapport de 2015 intitulé « Ratzinger ne pouvait ni acheter ni vendre« , qui décrivait les problèmes financiers du Vatican en 2013 avec le système SWIFT, ce qui implique qu’il voit lui-même un lien entre le rapport de Laporta et cet aspect financier de l’histoire de la démission de Benoît XVI.

Une troisième énigme du puzzle – qui fait référence au groupe Saint Gall mentionné ci-dessus – est qu’il pourrait y avoir eu une conversation entre le cardinal Carlo Martini et Benoît XVI en 2012, dans laquelle le chef du groupe Saint Gall aurait suggéré à Benoît XVI qu’il était temps pour lui de démissionner. Cette histoire a été amplement avancée par l’auteur Julia Meloni.

Peut-être que seuls les futurs historiens seront en mesure de dresser un tableau plus complet des raisons pour lesquelles un pape abdiquerait, laissant les mains libres à ceux qui cherchent à saper le cœur de la doctrine et de la morale de l’Église catholique.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :