Les législateurs républicains de Pennsylvanie ont tenu hier une audience sur l’intégrité des élections qui s’étaient déroulées dans leur Etat. Elle a marqué un tournant décisif dans la bataille pour la Maison Blanche. Des témoins ont été auditionnés.
Rudy Giuliani, l’avocat personnel du président, et Jenna Ellis, la conseillère juridique de l’équipe de la campagne de Trump, participaient à cet événement qui n’avait pas été officiellement organisé par le corps législatif de l’Etat de Pennsylvanie, le plus important des sept Etats clefs, mais par un groupe de sénateurs du GOP, le Grand Old Party ou parti républicain. 
 
Un moment saillant fut l’exclamation de Giuliani: “Pour commencer, je n’aurais jamais permis à une entreprise de Francfort qui a des liens directs avec Hugo Chavez et le Venezuela, de compter nos votes.”  
C’était là une confirmation du raid de SCYTL, le méga tabulateur installé en Allemagne sous contrôle secret de la CIA.
Des rumeurs avaient circulé à ce sujet, faisant état d’un raid de l’armée américaine. Mais non, l’installation se trouvant sur sol allemand, il fallait une autorisation du gouvernement allemand. Une unité européenne-américaine conjointe sous le commandement d’USEUCOM avait donc été expédiée pour saisir le serveur de l’ordinateur, opération dont avaient été exclus la CIA et le FBI qui, selon les dires de Powell rapportés dans un article précédent, avaient joué un sale jeu dans toute l’affaire de fraude. 
 
Un autre bon moment, qui égaya l’assistance, fut quand Giuliani démontra que sur 1,4 millions de bulletins qui avaient été envoyés, 2,5 millions avaient été reçus, comme l’illustre de manière amusante cette petite caricature :
Le choix de la ville de Gettysburg n’était pas anodin, car c’est là que s’était déroulée une bataille décisive de la Guerre de Sécession, comme l’exprima Jenna Ellis dans un tweet. L’heure avait sonné pour les héros patriotes d’entrer en scène et de passer à l’offensive, même si Twitter avait fait de son mieux pour minimiser l’importance de Gettysburg bis.
 
Le président Trump intervint en fin de séance, par lien vidéo depuis la plateforme Zoom, pour remercier les participants de leur mobilisation, les témoins pour leur courage et Giuliani pour son énergie et sa bravoure. N’était-ce pas lui qui avait vaincu la maffia dans un procès épique, il y a 30 ou 40 ans ?
 
Twitter, bien évidemment, s’empressa de suspendre le compte du Sénateur républicain de la Pennsylvanie et président de la session, prouvant que l’adversaire n’en mène vraiment pas large.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :