Poser un regard scientifique sur le Grand Remplacement par l’immigration

Le 7 mars 2019, le Conseil scientifique de Civitas a organisé son premier colloque sur le thème du génocide vendéen, au Parlement européen de Bruxelles. Il sera publié dans une prochaine revue.

Quelques semaines plus tard, à l’occasion de la troisième Fête du Pays réel, un second colloque était organisé sur un sujet de brûlante actualité : «Le Grand remplacement : Mythe ou réalité ?»

L’objectif de ce colloque était d’apporter des éléments objectifs sur la question de l’existence du Grand remplacement. Pour les prétendues élites politico-médiatiques, il s’agit là d’une théorie « complotiste » répandue par « l’extrême droite » et cela suffit pour se dispenser de l’étudier. C’est l’inverse de la démarche scientifique, laquelle consiste à vérifier si une hypothèse est en accord ou en contradiction avec les faits.

Quels sont les faits ? Y a-t-il une réalité démographique du Grand remplacement qui affecte en profondeur la structure même de la population ? Ce changement de population provoque-t-il une transformation de notre civilisation, c’est-à-dire de l’esprit même de notre nation ? Y a-t-il une volonté des gouvernants de favoriser voire d’imposer ce changement ?

Nos intervenants ne sont pas nécessairement d’accord sur tout. C’est le propre d’un colloque où l’on confronte les points de vue avec rigueur et honnêteté. Du moins n’ont-ils pas cherché à dissimuler quelque vérité que ce soit, pour complaire aux puissants du jour.

Alain Escada, président de Civitas

La revue Civitas n°71 peut être commandée en ligne sur le site de Civitas.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés