Pamela Acker est  biologiste et auteur du livre récemment  publié (et très instructif)  Vaccination: une perspective catholiqueElle y développe avec précision les éléments sur base desquels les catholiques devraient penser aux vaccins. 

Pamela Acker évoque les différentes lignées cellulaires de tus utilisées dans les vaccins.

Pamela Acker parle de ses recherches sur la lignée cellulaire HEK-293 en particulier, et parle du nombre qui se trouve à la fin de cette lignée cellulaire . «HEK» signifie Human  Embryonic  Kidney et le «293»  révèle en fait  le nombre d’expériences qu’un chercheur spécifique a fait pour développer cette lignée cellulaire. 

« Cela ne veut pas dire qu’il y a eu deux  cent  quatre-vingt-treize avortements, mais pour deux cent quatre-vingt-treize expériences, vous auriez certainement besoin de bien plus d’un avortement. Nous parlons probablement de centaines d’avortements », explique Pamela Acker. 

Pamela Acker poursuit en expliquant pourquoi les chercheurs choisiraient une lignée cellulaire foetale plutôt qu’une lignée cellulaire adulte. Les détails se résument à une seule réponse : parce qu’ils dureront plus longtemps, ayant une durée de vie beaucoup plus longueCependant, ces lignées cellulaires rencontrent des effets secondaires dangereux, tels que des gènes favorisant le cancer.

Pamela Acker dissipe le mythe selon lequel ces lignées cellulaires seraient créées à partir de fausses couches, en rappelant simplement que ces cellules doivent être recueillies dans les cinq minutes suivant l’avortement. Une fausse couche ne fournirait tout simplement pas de cellules suffisamment vivantes pour que les chercheurs puissent les utiliser. 

C’est là que les choses deviennent très dérangeantes, car dans la plupart des cas, ce n’est pas un «simple avortement», précise Pamela Acker : 

«Ils accouchent en fait ces bébés par césarienne. Les bébés sont encore vivants  lorsque les chercheurs commencent à extraire le tissu  au point où leur cœur bat encore, et ils n’ont généralement donné aucun anesthésiant,  car cela perturberait les cellules que les chercheurs tentent d’extraire. 

Alors, ils enlèvent ce tissu, tout le temps que le bébé est vivant et dans des conditions extrêmes de douleur. Donc, cela rend cette méthode encore plus sadique. 

Les vaccins Moderna et Pfizer contre le COVID sont spécialement concernés

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs ,
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :

%d blogueurs aiment cette page :