Si on considère l’ensemble de l’histoire du post-Concile, on peut constater une alternance, comme dans les démocraties, entre périodes de recentrage (sous Jean-Paul II et Benoît XVI), et de domination libérale (sous Paul VI pour la plupart des épiscopats et aujourd’hui, à Rome même). À propos du pontificat actuel, on pourrait parler d’une sorte de despotisme éclairé, qui impose, de manière paradoxalement centraliste, une « synodalité » – c’est-à-dire l’interprétation la plus libérale possible de Vatican II – à l’institution ecclésiastique.

On assiste donc aujourd’hui à une accélération de ce processus. François sait que le temps lui est compté et ceux qui partagent sa ligne entendent la faire perdurer au-delà du prochain conclave. On peut énumérer les actes en ce sens, qui se suivent à bonne cadence, et qui auront peut-être été complétés par d’autres au moment où ces lignes seront publiées.

Le personnel en charge de la morale conjugale avait déjà été renouvelé (le Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie confié à Kevin Farrell ; le limogeage de Mgr Melina, Président de l’Institut Jean-Paul II ; la nomination de Mgr Paglia comme Président de l’Académie Pontificale pour la Vie et Grand-Chancelier de l’Institut Jean-Paul II). Enfin, a été annoncée pour septembre la nomination à la tête de l’Institut Jean-Paul II de Mgr Philippe Bordeyne, 61 ans, jusque-là recteur de l’Institut catholique de Paris, le plus fervent des promoteurs d’Amoris lætitia[1].

L’archiprêtre de la Basilique Saint-Pierre, le cardinal Comastri, homme classique, ayant atteint 80 ans, après avoir subi l’humiliation de voir son administration de la Basilique soumise à un commissaire, a été remplacé le 20 février dernier par le cardinal Mauro Gambetti, 55 ans, un franciscain des plus progressistes. Cette nomination a été suivie le 12 mars d’une mesure liturgique drastique : Mgr Peña, Substitut du Secrétaire d’État, a décidé que les célébrations individuelles de la messe étaient désormais exclues de la Basilique vaticane, qui ne connaîtra plus que des concélébrations, ce au mépris du droit (canon 902).

Le 20 février, a été acceptée la démission du très ratzinguérien cardinal Sarah de sa charge de Préfet de la Congrégation pour le Culte divin. Et avant la nomination de son successeur, la gestion de sa congrégation a été soumise, comme celle du cardinal Comastri, à une étrange visite canonique de trois jours (le commissaire était Mgr Claudio Maniago, évêque de Castellaneta et Président de la Commission Liturgique de la Conférence des Évêques italiens). Concrètement, il semble que cela écarte Maniago de la succession du cardinal Sarah. Le  but de l’opération était de jauger les insuffisances conciliaires d’une congrégation qui fut longtemps un bastion ratzinguérien (préfets Medina, Arinze, Cañizares, Sarah) et qui droit redevenir un moteur de la liturgie de Vatican II.

Mgr Vittorio Francesco Viola, 55 ans, franciscain comme Gambetti, évêque de Tortona, qui se veut l’héritier d’Annibale Bugnini, le maître d’œuvre de la réforme liturgique, dont il porte pieusement l’anneau épiscopal, pourrait remplacer le cardinal Sarah. À moins que le Secrétaire actuel, Arthur Roche, Anglais de 71 ans, bugninien bon tein lui aussi, ne devienne Préfet et que Vittorio Viola ne soit nommé Secrétaire.

Cette « remise aux normes » de la Curie va se poursuivre également avec des nominations à la tête de différentes autres congrégations : à celle pour les Évêques, pour remplacer le cardinal Ouellet (76 ans), et à celle pour le Clergé, pour nommer un prélat dans la même ligue que le très influent cardinal Stella (80 ans en août).

Le cardinal Blase Joseph Cupich, archevêque de Chicago, 71 ans, pourrait prendre en charge la Congrégation pour les Évêques et veiller spécialement au renouvellement de l’épiscopat américain, à moins que ce ne soit Mgr Robert Francis Prevost, religieux augustin, 65 ans, né aux États-Unis, évêque de Chiclayo au Pérou, et que Cupich ne soit chargé du Clergé en août prochain. On avait parlé aussi, il y a quelques temps, du cardinal Angelo de Donatis, vicaire du pape pour le diocèse de Rome.

Verra-t-on bientôt paraître la constitution apostolique pour la réforme de la Curie, Prædicate Evangelium, en chantier depuis dix ans ? Il faut en attendre des décisions spectaculaires sans grands effets (le Dicastère pour l’Évangélisation, dirigé par le cardinal Tagle, prenant rang en tête des organismes de Curie devant la Congrégation pour la Doctrine de la Foi). Le rôle de supervision du renouveau liturgique par la Congrégation pour le Culte divin sera souligné. Mais il y aura aussi de petits changements gros de conséquences conciliaires, comme la suppression probable du bureau de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi qui a hérité des compétences de la Commission Ecclesia Dei, le petit monde Ecclesia Dei étant dès lors réduit au « droit commun ».

En un mot, se met en place une Curie de combat dans l’esprit de Vatican II. Pour gouverner une Église exsangue.

Pio Pace

[1] Voir Thibaud Collin, Divorcés remariés. Ce qui change avec François (Salvator, 2017).

 

 Source : Res Novae – Bulletin de M. l’abbé Claude BARTHE

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :