Belle découverte architecturale qui témoigne de la richesse spirituelle de la France du Moyen-Age : à Nice, une église construite en 1250 par les Franciscains refait surface.

« Découvert lors de travaux de rénovation mené sur le Palais communal, place Saint-François, ce trésor architectural a été en partie dégagé.

Ce mercredi après-midi, c’est une autre étape de ce chantier qui s’est ouverte. Celle lancée par le maire, Christian Estrosi, qui armé d’une masse, a donné le top départ aux 850.000 euros de travaux de démolition.

Pour faire tomber les piliers et planchers de béton construits en 1936, pour aménager un cinéma puis un dancing dans cette ancienne église construite en 1250 par les Franciscains, agrandie deux siècle plus tard, puis mise au goût baroque au 18e siècle, avant d’être chassés par la Révolution française.

A l’automne, une fois les 24 piliers de béton et les deux niveaux de planchers de l’ancien dancing abattus, l’église des Franciscains sera totalement restaurée à l’identique. Pour mettre en valeur ses murs et colonnes de pierre, son choeur et sa voûte de 17 mètres de hauteur et la transformer en un espace culturel dédié à l’histoire de Nice”

écrit le quotidien Nice Matin qui fait part de la nouvelle.

Il est déplorable en revanche que cette merveille ne revienne pas au culte catholique…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :