La dernière exécution pour motif de droit commun a eu lieu en Europe à priori le 5 mai 2017 en Belarus, lorsque le violeur et meurtrier de deux femmes, Syarhey Vostrykau, 33 ans, a été exécuté d’une balle dans la tête.

Hors période de guerre, la peine de mort n’est plus appliquée matériellement depuis longtemps en Europe. On compte 5 types d’exécutions : décapitation (Norvège, Islande, Suisse, Liechtenstein), peloton d’exécution (Pays-Bas, Italie, Finlande, Russie, Croatie, Bosnie, Serbie, Macédoine, Roumanie, Bulgarie, Grèce, Andorre), guillotine (France, Belgique, Suède, Allemagne, Monaco, Vatican), pendaison (Portugal, Espagne, Irlande, Royaume-Uni, Luxembourg, Malte, Pologne, Slovénie, Albanie, Autriche, Hongrie, Tchéquie, Turquie, Chypre, San Marin, Slovaquie), balle dans la tête (Estonie, Lituanie, Biélorussie, Ukraine, Lettonie, Géorgie).

On peut diviser les pays en diverses strates (ceci ne prend pas en compte les exécutions capitales en temps de guerre) :

Dernière exécution capitale avant 1789 : San Marin (1468), Liechtenstein (1785).

Dernière exécution capitale au XIXe siècle : Finlande (1825), Portugal (1846), Pays-Bas (1860), Belgique (1863), Vatican (1870), Norvège (1876), Danemark (1892).

Dernière exécution capitale antérieure à 1945 : Suède (1910), Suisse (1940), Andorre et Malte (1943).

Dernière exécution capitale antérieure à 1990 : Italie (1947), Autriche (1950), Irlande (1954), Slovénie (1957), Chypre (1962), Royaume-Uni (1964), Grèce (1972), Espagne et Bosnie-Herzégovine (1975), France (1977), Allemagne (1981, en RDA pour motif de haute trahison (capitaine Werner Teske) et 1972 pour droit commun, le pédophile gay Hans Erwin Hagedorn violeur et tueur de deux garçonnets. En RFA : 1949), Turquie (1984), Croatie (1987), Macédoine, Pologne et Hongrie (1988), Roumanie, Bulgarie, Tchéquie et Slovaquie (1989).

Dernière exécution capitale antérieure au XXIe siècle : Estonie (1991), Serbie (1992), Albanie et Lituanie (1995), Lettonie (1996), Ukraine (1997), Russie (1999).

Dernière exécution capitale postérieure à 2000 : Biélorussie (2017).

La Biélorussie est le seul pays d’Europe pratiquant encore la peine de mort. En France, la dernière condamnation à mort suivie d’exécution eu lieu le 10 septembre 1977, celle du proxénète tunisien Hamida Djandoubi, pour des faits de prostitution, viol, tortures et meurtre sur Elisabeth Bousquet, 18 ans. Bien sûr, quelques innocents ont été tués par la peine de mort, mais si on raisonne comme Nadia Daam, ce n’est pas grave. Plus sérieusement, un vieil axiome de droit américain dit : « Cela ne suffit pas que le renard ait des plumes sur le museau, il faut l’avoir attrapé dans le poulailler… » L’appliquer éviterait des désagréments de cette nature. Aucun coupable n’a donc été exécuté hors Biélorussie depuis 1999… Des innocents sont par contre assassinés chaque jour dans le ventre de leur mère. C’est ça au fond qui réjouit les Badinter et consort : voir sauver le criminel et mourir l’innocent…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :