« Mes déclarations étaient toutes basées sur les enseignements de la Bible sur le mariage et la sexualité.

Une femme politique chrétienne en Finlande risque jusqu’à 6 ans de prison après avoir été accusée de multiples crimes de haine. Son crime : avoir critiqué l’homosexualité en citant des versets bibliques.

L’actuelle parlementaire finlandaise et ancien ministre de l’Intérieur Päivi Räsänen a été inculpée de trois chefs de crimes haineux pour avoir cité un passage de la Lettre aux Romains de l’apôtre Saint Paul (v : 24-27) en réponse à la participation de l’Église luthérienne finlandaise à la gaypride de 2019.

Mme Räsänen est également poursuivie pour avoir participé à une émission de radio de 2018 sur le thème : que penserait Jésus des homosexuels ? 

« Le procureur général finlandais, un gauchiste qui considère le communiste Nelson Mandela comme son ‘’gourou‘’, a annoncé qu’après avoir ouvert une enquête sur Räsänen en septembre 2019, l’État disposait de suffisamment de preuves pour l’inculper », rapporte le National File.

Le procureur a déclaré que les propos de Räsänen « dépassent les limites de la liberté d’expression et de religion et sont susceptibles d’alimenter l’intolérance, le mépris et la haine » parce qu’ils étaient « désobligeants et discriminatoires envers les homosexuels ».

Chacun des trois chefs d’accusation est passible d’une peine d’emprisonnement de 2 ans, ce qui signifie que le député pourrait être enfermé pendant environ 6 ans.

« Mes déclarations étaient toutes basées sur les enseignements de la Bible sur le mariage et la sexualité », a déclaré Räsänen :

« Je défendrai mon droit de confesser ma foi, afin que personne d’autre ne soit privé du droit à la liberté de religion et d’expression. Je crois toujours que mes expressions sont légales et ne devraient pas être censurées. Je n’abjurerai pas mes opinions. Je ne serai pas intimidé de cacher ma foi. Plus les chrétiens se taisent sur des questions controversées, plus l’espace de liberté d’expression se rétrécit. »

Paul Coleman, directeur exécutif d’ADF International, représentant Räsänen, a déclaré que ce scénario « devenait trop courant à travers l’Europe » et que de tels cas contribuent à une « culture de la peur et de la censure ».

En effet, un pasteur chrétien au Royaume-Uni a été maltraité et arrêté par la police après qu’un membre du public l’ait poursuivi pour le commentaire « homophobe » selon lequel le mariage était entre un homme et une femme.

Alors que le mouvement LGBT prétend toujours représenter des personnes « opprimées », il bénéficie du soutien de toutes les grandes institutions culturelles, des médias et des entreprises bien-pensantes en Occident. Il peut également s’appuyer sur la puissance de l’État dans de nombreux pays européens pour emprisonner littéralement des personnes qui ne font que remettre en question la moralité de ce que représente le mouvement LGBT.

Le monde oppresseur de la gaystapo gagne du terrain partout en Europe.

Francesca de Villasmundo 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :