« Le jeunisme consiste à flatter les jeunes dans les programmes, à couvrir de louanges leur spontanéité présumée, c’est-à-dire le revers de leur inexpérience et de leur manque de réflexion, à promouvoir l’image de la jeunesse dans les affiches et à mettre en valeur quelques visages d’orateurs pleins de candeur juvénile » avait diagnostiqué un homme politique français, moins sénile que d’autres.

Le jeunisme est la maladie du pape François, devenue épidémie au Synode sur la jeunesse qui s‘est conclu hier, samedi 27 octobre 2018, à Rome. Et l’apostasie silencieuse la longue maladie de l’Église conciliaire qui est née du funeste concile Vatican II et de sa révolution doctrinale.

Les deux se sont donnés la main pendant un mois dans une Rome néo-moderniste, néo-protestante, (anthropo)-centrée sur une jeunesse réellement en mal-être et en recherche de quelqu’Un qui les dépasse, les surpasse, leur donne une raison valable de vivre et de souffrir, mais à qui ces prélats gâteux souffrant de jeunisme aigu, pour être dans le vent, ne pas faire « ringard », ou invertis pour quelques uns, n’offrent qu’une aculture arc-en-ciel, nihiliste, abêtissante, décervelée, bruyante et de mauvais goût par-dessus le marché… Preuves par l’image.

Réponse d’un jeune qui ne se retrouve pas dans ces ébats dansants et malsonnants :


Une fin de Synode correspondant à la hauteur de vue qu’ont ces ecclésiastiques modernistes sur les jeunes : misérable !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

10 commentaires

  1. Cadoudal says:

    c’est l’ Eglise conciliaire , moderniste et gay de Dingoglio.: sans foi, sans sérieux, sans dignité, sans humilité , sans transcendance

    un air païen de saturnales

    tout le contraire de l’ Eglise du Concile de Trente , avec sa magnifique doctrine , sa magnifique liturgique

    ces évêques sont méprisables

    sans doute , ensuite , vont-ils se rendre à une orgie gay en compagnie des cardinaux Cocopalmério ou Mc Carrick. , assaisonnée de cocaïne.

  2. L’Eglise conciliaire a toutes les plaies du monde occidental, avec en prime un peu de retard dans la mise en oeuvre…

  3. carla orue says:

    Saint Pio de Pietrelcina remplissait l’église de fidèles. La Messe qu’il célébrait commençait à cinq heures du matin. Les gens, même en hiver, faisaient la queue déjà vers trois heures du matin. La messe durait très longtemps. Aux heures des confessions les pénitents faisaient de longues heures d’attente. Il n’était pas tendre avec les pécheurs qui n’avaient pas une vraie contrition. Il était exigeant avec le vrai repentir. Il avait le discernement des âmes, il voyait le fond du cœur et ainsi il pouvait conseiller au mieux les fidèles qui n’arrêtaient pas de venir vers lui. C’est cela ce que les JEUNES VEULENT. ILS VEULENT L’ABSOLUT. Et le clergé ne leur donne que du frelaté, on ne leur parle plus des exigences de Jésus “Va et ne pèches plus” car on reste muet devant tous les enseignements de Jésus car, en résumant Il disait: Si tu veux venir ver moi au Ciel tu dois accomplir avec ce que j’exige, c’est à dire tu dois accomplir les Dix Commandements, tu ne dois pas tomber dans les Sept Péchés Capitaux et si tu y tombes tu dois aller te confesser, te repentir et essayer de t’en coriger, autrement tu risques d’aller en enfer pour l’éternité ou bien passer un très long séjour au purgatoire. Depuis cinquante ans le clergé a omis, pour remplir soi-disant les églises, de parler des dogmes de foi, ils ont bâclé toute la doctrine catholique, on nous a abreuvé de « miséricorditis aigue », on nous a déresponsabilisé de nos péchés, ils ont omis l’attribut de Dieu “Sa Justice”, on ne parle plus du péché ; on a tellement trompé les âmes que je pense que Dieu lui-même a retiré du cœur des fidèles l’envie d’assister à la sainte messe dominicale pour ne pas devoir entrer dans des âmes en état de péché mortel. Jésus, lui-même dit dans le livre de sainte Faustine Kowalska : « J’entre dans certaines âmes pour souffrir une deuxième passion »

  4. DUFIT THIERRY says:

    Tout va ensemble avec les modernistes : hérésie, apostasie, laideur, mauvais goût, vulgarité.
    Les (rares) églises qu’ils construisent sont des chefs d’oeuvre dans le genre : une laideur épouvantable, elles ne sont plus en forme de croix (la religion moderne évacue la croix),l’architecture de ces nouvelles églises ressemble à des temples maçonniques pour une religion maçonnique et anthropocentrique qui n’a plus rien de catholique.

  5. Guillaume says:

    « Vanité des vanités, dit l’Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité. »

  6. bgousson says:

    Merci Mgr Lefebvre d’avoir sauvé l’Eglise!
    On le lui rendra jamais assez!

    • DUFIT THIERRY says:

      Ah oui tout à fait.
      Sans l’action de Mgr Lefebvre la Tradition, la Messe traditionnelle et la vraie Foi auraient totalement disparu.
      La Rome moderniste avait peur de Mgr Lefebvre.
      Lorsque devant la situation qui ne cessait de s’aggraver Mgr Lefebvre annonça le 29/06/87 lors des ordinations son intention de sacrer des évêques ce fût une véritable bombe et la panique à Rome. D’où les propositions en catastrophe de dernière minute du cardinal Ratzinger.
      On connait la suite.

  7. la vieille gauloise says:

    Je l’ ai dit, et je le répète à n’ en plus finir : vivement le changement de générations !! Marre de tous ce vieux clergé gagateux qui se croit obligé
    de ” faire jeune” ils perdent la seule prérogative de l’ âge : la DIGNITE et que Dieu seul peut donner !

    • Sandrine says:

      Ne misez pas sur les jeunes, je suis allée à plusieurs conférences de jeunes séminaristes où on leur apprend dans les séminaires à se rendre dans les périphéries pour les évangéliser. Ils s’en réjouissent et répètent : “aller en boite de nuit pour convertir” !
      Le pire, c’est qu’ils poussent les fidèles à en faire autant “Allez en boite de nuit !” et à se comporter comme les Témoins de Jéhova frappant de porte en porte pendant qu’eux-memes restent dans leurs séminaires à “étudier”… on se demande quoi ! Je me demande si la nouvelle génération n’est pas pire !…