Etats-Unis – Une femme de 39 ans sans comorbidités connues est décédée de façon inattendue dans le nord de l’Ohio dans les 48 heures suivant l’injection d’un vaccin anti-COVID-19, qui aurait été requis par son employeur.

Janet L. Moore, une aide-infirmière au Admirals Pointe Nursing Home (APNH) à Huron, a été retrouvée sans vie dans sa voiture devant son immeuble le 31 décembre vers 20h00, a déclaré son frère Jacob Gregory à LifeSiteNews.

«Elle rentrait du travail et dès qu’elle est entrée en voiture dans son parking, elle est décédée», a-t-il déclaré. «Selon ses voisins, elle ne se sentait pas bien directement après le vaccin, et depuis le vaccin, elle se sentait en fait nauséeuse, elle aurait eu des migraines et des trucs comme ça. Et puis, dans les 48 heures, elle a fini par décéder.»

Lorsqu’on lui a demandé s’il connaissait la marque du vaccin, Gregory, qui vit à Akron, a déclaré: «Selon mon frère, c’était de Pfizer, mais je n’en suis pas absolument sûr».

Gregory a mentionné que sa sœur décédée, mère de deux fils, devait recevoir ce vaccin en raison de son emploi dans une maison de soins infirmiers.

«Je ne suis pas sûr de la pression qu’ils exercent réellement. Ils lui ont dit qu’elle en avait besoin pour son travail, mais je ne sais pas exactement s’ils allaient la licencier réellement si elle avait refusé.»

Trisha Brown, administratrice de l’APNH, a refusé de dire si c’était la politique de leur institution d’exiger le vaccin, ni s’ils administraient un produit Pfizer ou Moderna.

Une maison de retraite à Janesville, Wisconsin, qui a mandaté ses employés pour recevoir ces agents biologiques expérimentaux, a en fait licencié des travailleurs qui ont refusé les injections.

Près d’une douzaine d’employés ont été forcés de quitter leur emploi en raison de leur refus, et 27 ont écrit des lettres de plainte pour demander une modification de la politique.

Leurs inquiétudes portaient sur les effets secondaires inconnus, l’absence de recul et les conséquences pour leur grossesse ou leur fertilité.

Plus généralement, ils se sont opposés à ce qu’on leur dise qu’ils devaient prendre un vaccin qui n’était pas approuvé par la Food and Drug Administration (FDA). Bien que ces vaccins aient reçu une autorisation d’utilisation d’urgence de la FDA, ni l’un ni l’autre n’a l’approbation complète de l’agence.

Les estimations de l’American Health Care Association suggèrent qu’environ 50 pour cent du personnel de soins de longue durée refuse les injections.

Le gouvernement britannique a publié un rapport de 10 pages à la fin de l’année dernière qui avertissait que les vaccins contre les coronavirus ne devraient pas être utilisés par les mères enceintes ou qui allaitent. En ce qui concerne leur impact sur la fertilité, le document indique simplement qu’il est “inconnu si le vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 a un impact sur la fertilité.”

Les problèmes de sécurité liés à ces vaccins incluent également des réactions «allergiques» et «potentiellement mortelles», qui peuvent en fait entraîner une vulnérabilité accrue au virus, et qu’en effet, les inquiétudes sur les effets à long terme restent légitimes car ces vaccins ne sont pas testés correctement.

En outre, la FDA a également rédigé un document cet automne énumérant les effets secondaires possibles d’un vaccin COVID-19, y compris les accidents vasculaires cérébraux, l’encéphalite, les maladies auto-immunes, les malformations congénitales, la maladie de Kawasaki et la mort.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs ,

Les commentaires sont fermés

Un livre magnifique : Du mépris de la mort

Textes sur la mort, la sépulture et le deuil.

DU MEPRIS DE LA MORT – Textes de Démétrios Kydonès, saints Augustin, Thomas d’Aquin et Grégoire de Nysse sur la mort, la sépulture et le deuil présentés par l’Abbé Olivier Rioult aux éditions saint-Agobard.

 

%d blogueurs aiment cette page :