Le site GreenMedInfo publie une analyse d’un nouvel article publié dans le Journal of Biological Regulators & Homeostatic Agents qui « postule qu’il pourrait y avoir une relation unique et causalement liée entre l’exposition aux ondes millimétriques 5G et le coronavirus – une idée qui, bien que largement discutée au début de la crise mondiale du COVID, a finalement été rejetée comme « Théorie du complot » par les médias traditionnels et les représentants du gouvernement, entraînant une censure généralisée sur les plateformes de médias sociaux. »

GreenMedInfo donne les explications suivantes :

« La nouvelle étude, intitulée Technologie 5G et induction du coronavirus dans les cellules de la peau, rédigée par une collaboration internationale de scientifiques italiens, américains et russes, suggère que le rayonnement 5G peut être absorbé par des cellules dermatologiques qui agissent comme des antennes *, transférant ainsi ses effets sur d’autres cellules, y compris l’activation de processus de biosynthèse à base d’ADN dans le noyau de la cellule, pouvant entraîner la synthèse de novo de coronavirus dans des cellules biologiques.

Les auteurs décrivent comment cela peut fonctionner comme suit :

« L’ADN est construit à partir d’électrons et d’atomes chargés et a une structure semblable à un inducteur. Cette structure pourrait être divisée en inducteurs linéaires, toroïdaux et ronds. Les inducteurs interagissent avec les ondes électromagnétiques externes, se déplacent et produisent des ondes supplémentaires dans les cellules. Les formes de ces ondes sont similaires aux formes des bases hexagonales et pentagonales de leur source d’ADN.

Ces ondes produisent des trous dans les liquides à l’intérieur du noyau. Pour combler ces trous, des bases hexagonales et pentagonales supplémentaires sont produites. Ces bases pourraient se joindre les unes aux autres et former des structures de type virus telles que le coronavirus.

Pour produire ces virus au sein d’une cellule, il est nécessaire que la longueur d’onde des ondes externes soit plus courte que la taille de la cellule. Ainsi, les ondes millimétriques 5G pourraient être de bons candidats pour la construction de structures de type virus telles que les coronavirus (COVID-19) dans les cellules. »

L’idée selon laquelle l’une des causes de maladie associées à la crise du coronavirus dérive d’une exposition aux rayonnements électromagnétiques non natifs, y compris des ondes millimétriques 5G, a été proposée par le Dr Thomas Cowan (…) Cela a été qualifié d’informations «fausses et nuisibles» sur une variété de médias sociaux et de plateformes de médias grand public mondiaux.

Selon Cowan, les ondes millimétriques 5G peuvent induire des dommages cellulaires qui entraînent l’excrétion du contenu cellulaire, qui comprend des acides nucléiques et des exosomes (nanoparticules de type virus produites dans les cellules en tant que formes naturelles de communication intercellulaire).

Ces débris, qu’il décrit dans le cadre de la détoxification des cellules endommagées («caca cellulaire»), peuvent être identifiés à tort comme des virus exogènes comme le coronavirus et peuvent entraîner des faux positifs sur les tests RT-PCR, qui sont notoirement inefficaces distinguer des souches spécifiques de virus et les identifier avec certitude.

Bien que cette idée diffère légèrement de celle proposée par les auteurs de l’étude, elles se chevauchent de manière significative. Dans les deux explications, le rayonnement associé à la 5G induit des changements cellulaires qui sont identifiés comme étant causés par le «virus COVID».

Il reste à déterminer s’il y a ou non une synthèse de novo des coronavirus à la suite de l’exposition aux rayonnements 5G, ou si les dommages à la cellule produisent ou non des débris contenant le virus COVID comme l’acide nucléique. Mais dans les deux scénarios, ce qui est perçu comme une maladie COVID de l’extérieur peut en fait être le sous-produit de changements cellulaires résultant d’une exposition aux CEM et non une infection virale exogène, comme on le suppose généralement.

Le Dr Andrew Kaufman a également exploré ce sujet et découvert que ce que l’establishment médical grand public mondial et les médias identifient comme «COVID-19» est probablement que nos propres exosomes sont sécrétés par des cellules saines ou endommagées. »

* Incidemment, la notion selon laquelle les méfaits du rayonnement 5G s’étendent au-delà de la surface de la peau, telle qu’elle est communément évoquée par l’industrie des télécommunications et ses futurs régulateurs, et que la peau humaine peut agir comme un récepteur de rayonnement 5G a été discutée dans un article publié. en 2018, intitulé La peau humaine en tant que récepteur sous-THz – La 5G représente-t-elle un danger ou non? »

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 30.000 € pour 2021

btn_donateCC_LG

22 % 23 348 € manquants

6 652 € récoltés / 30 000 € nécessaires – depuis le 01/10/2020

 

Votre générosité nous a permis de boucler l’année 2020, nous avons besoin de votre aide pour l’année 2021 afin de continuer à donner à un maximum de nos contemporains une réinformation gratuite et variée et sans aucune concession.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Médias Presse Info, ce sont aussi 1194 vidéos et plus de 43.600 abonnés à sa chaîne YouTube (près de sept mille de plus en un an !).

Tout cela en accès gratuit.

Cliquer ici pour lire l’appel de MPI et connaitre les détails de nos besoins.

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :