Australie, Queensland – La troisième plus grande province d’Australie n’autorise plus les greffes d’organes aux patients qui refusent la vaccination contre le COVID.

Le ministère de la Santé du Queensland a déclaré lundi dans un communiqué que les patients doivent avoir reçu au minimum « deux doses d’un vaccin contre le COVID-19 approuvé avant de recevoir une greffe de rein, de poumon ou de cœur ».

« Le Queensland suit les pratiques nationales et internationales concernant les protocoles de transplantation et de vaccination », a déclaré Queensland Health.

« Un receveur est hautement immunodéprimé après la transplantation, c’est pourquoi il est extrêmement important que la personne soit vaccinée avant la transplantation », a affirmé le département. « C’est pourquoi le Queensland Kidney Transplant Service a approuvé une exigence minimale de deux doses d’un vaccin contre le COVID-19 approuvé avant de recevoir une greffe de rein, de poumon ou de cœur. »

Quiconque refuse de se faire vacciner, y compris pour des raisons médicales, devra probablement attendre un changement politique, a rapporté l’agence australienne 7News. Une révision de la mesure est attendue au plus tôt en février prochain. Les demandes de transplantation pour les patients non vaccinés seront placées « en attente » pour le moment.

Plus de 1 600 personnes attendaient une greffe d’organe en 2020, selon le ministère australien de la Santé. « Il y a également 12 000 personnes sous dialyse, dont beaucoup sont en attente d’une greffe de rein. »

L’Australie utilise les vaccins AstraZeneca, Moderna et Pfizer-BioNTech. De par le monde, des dizaines de milliers de décès ont déjà été recensés comme conséquences de ces vaccinations anti-Covid  ainsi que des millions d’effets indésirables. Environ 2.000 Australiens sont officiellement morts du COVID depuis le début de l’année dernière, dont seulement sept dans le Queensland.

«J’ai eu tous les autres vaccins, y compris la grippe et ça n’a pas été bon. Je suis tombée si malade que j’ai dû demander à quelqu’un de s’occuper de mon fils », a déclaré Helen Oberthur, au Courier Mail . « Je ne supporte pas les vaccinations et je me sens coincée. Je pense que c’est une discrimination flagrante de me refuser une place sur une liste d’attente à cause de cela.»

Tamara McCarthy, dont le fils de 18 ans doit maintenant être vacciné avant de pouvoir bénéficier d’une greffe de rein, a déclaré que son fils « a peur d’avoir le vaccin » en raison des risques de myocardite .

« La dialyse lui permet de continuer à vivre sa vie de jeune homme, mais que faire s’il a une mauvaise réaction ? Bien sûr, il veut un nouveau rein. Il veut vivre longtemps, mais cette décision a été dévastatrice. Il devra tenter sa chance avec le vaccin », a-t-elle déclaré.

« Les médecins ne prêtent-ils pas serment de traiter les gens en toutes circonstances ? »

L’Australie a imposé certaines des restrictions et des sanctions COVID-19 les plus sévères au monde aux non vaccinés. Plus de 1 000 personnes ont déjà été détenues de force dans des « centres de quarantaine » gouvernementaux sur le territoire australien, et le Queensland est en train de construire des installations similaires.

Le groupe australien pro-liberté Reignite Democracy Australia a fourni des modèles de plaintes pour toute personne à laquelle un traitement médical est refusé en raison de son statut vaccinal.

Des Américains non vaccinés ont été confrontés à des obstacles similaires pour les greffes d’organes, notamment au Colorado, où plusieurs hôpitaux ont commencé à refuser des soins aux patients non-vaccinés.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :