BROOKLYN, New York – Une future maman a été renvoyée de son travail de serveuse après avoir refusé de se faire vacciner contre le Covid-19. 

Bonnie Jacobson, 34 ans, a été renvoyée de la Red Hook Tavern de Brooklyn lundi dernier après avoir informé ses patrons qu’elle ne se ferait pas vacciner tout de suite. Bonnie Jacobson et son mari essayaient d’avoir un bébé et elle était préoccupée par l’effet qu’un vaccin COVID-19 pourrait avoir sur sa fertilité. 

Le personnel des restaurants de New York a été déclaré «travailleurs essentiels» et peut donc recevoir les vaccins COVID-19. Le 8 février, Red Hook Tavern a envoyé à ses employés des informations sur les vaccins. Parce que Bonnie Jacobson était préoccupée par les effets des vaccins COVID-19 sur la fertilité, elle a dit à ses patrons lors d’une réunion du personnel qu’elle aurait besoin de temps pour se renseigner avant de l’accepter. Le 12 février, cependant, Red Hook a envoyé un autre e-mail disant que le vaccin était obligatoire. 

«Veuillez noter que nous exigerons que tous les employés reçoivent la vaccination», indique le courriel.

«Ce sera obligatoire pour tous les employés existants et toute nouvelle embauche. L’exception à cette politique sera si votre santé personnelle ou votre handicap vous empêche d’obtenir cette vaccination », a-t-il poursuivi. 

Bonnie Jacobson a répondu à ses patrons le lendemain pour expliquer pourquoi se faire vacciner n’était pas, en fait, bon pour elle. 

«Je choisis de ne pas me faire vacciner parce qu’il n’y a tout simplement pas assez de données ou de recherches à ce stade sur ses effets sur la fertilité», a-t-elle écrit.

«Bien que je soutienne pleinement le vaccin et que je comprenne son importance, je pense que c’est un choix très personnel. J’espère vraiment que ce choix n’affectera pas mon emploi chez Red Hook Tavern. »

Selon le Daily Mail, Bonnie Jacobson a déclaré qu’elle prenait le coronavirus très au sérieux et s’était assurée de ne pas l’avoir. 

«Je suis testée toutes les 1 à 2 semaines et je n’ai jamais été testée positive au COVID», a-t-elle écrit. «Je prévois de continuer ces pratiques de sécurité aussi longtemps que nécessaire.»

La serveuse a également déclaré qu’elle «reconsidérerait» sa position une fois qu’il y aurait plus de recherches pour montrer que le vaccin n’affectait pas la fertilité.

En réponse, Red Hook Tavern a écrit à Bonnie Jacobson le lundi 22 février pour lui dire qu’elle était renvoyée. 

«Afin de continuer à travailler avec nous, il faut se faire vacciner», ont écrit ses patrons. 

«Nous sommes tristes de vous voir partir. Si vous changez d’avis, n’hésitez pas à nous le faire savoir. » 

Bonnie Jacobson a indiqué qu’elle était choquée par la façon rapide et impersonnelle dont elle avait été lâchée. 

«Je voulais juste plus de temps. Ils ne m’ont pas permis cela », a-t-elle dit. 

«Je n’ai même pas eu le temps de consulter un médecin. Il a fallu une semaine entre «votre choix», ce ne sera pas obligatoire, puis c’est obligatoire, et «vous êtes renvoyée» », a-t-elle poursuivi.

«J’avais une très bonne relation de travail là-bas. Je viens de recevoir un avis d’employé le 6 février et tout était positif, donc c’était vraiment choquant que ce soit si impersonnel.

On ne sait pas encore quels effets les vaccins contre les coronavirus pourraient avoir sur la fertilité humaine. 

En décembre 2020, le gouvernement britannique a publié un guide à l’intention des professionnels de la santé sur le vaccin Pfizer recommandant de ne pas le faire prendre par les femmes enceintes et conseillant aux femmes en âge de procréer de ne pas tomber enceinte dans les deux mois suivant l’acceptation de leur deuxième dose. Les femmes ont également été averties que le vaccin ne devrait pas être utilisé pendant l’allaitement, car son effet sur les bébés était encore inconnu. En ce qui concerne la fertilité, les 10 pages «Reg 174 Information for UK Healthcare Professionals» indiquaient seulement qu’il était «inconnu si le vaccin BNT162b2 d’ARNm du COVID-19 a un impact». 

Toujours en décembre, deux médecins ont écrit à l’Agence européenne de la médecine, responsable de la sécurité des vaccins, dans le but d’arrêter les essais sur l’homme de tous les vaccins COVID-19, en particulier le vaccin Pfizer. Entre autres préoccupations, le Dr Michael Yeadon, ancien responsable de la recherche respiratoire de Pfizer, et le Dr Wolfgang Wodarg, un conseiller en politique de santé, ont averti que certains des vaccins peuvent empêcher le développement sans danger des placentas chez les femmes enceintes, entraînant que des «femmes vaccinées peuvent devenir stériles ». 

«On s’attend à ce que plusieurs vaccins induisent la formation d’anticorps humoraux contre les protéines de pointe du SRAS-CoV-2», ont écrit les médecins.  

«La syncytine-1 (…) qui est dérivée des rétrovirus endogènes humains (HERV) et est responsable du développement d’un placenta chez les mammifères et les humains et est donc une condition préalable essentielle à une grossesse réussie, se trouve également sous forme homologue dans le pic protéines des virus du SRAS », ont-ils poursuivi.  

«Rien n’indique si les anticorps contre les protéines de pointe des virus du SRAS agiraient également comme des anticorps anti-Syncytin-1. Cependant, si tel était le cas, cela empêcherait également la formation d’un placenta, ce qui entraînerait une infertilité des femmes vaccinées.

Les médecins ont suggéré que, comme le protocole de l’essai Pfizer stipule que les «femmes en âge de procréer» ne peuvent participer que si elles ne sont pas enceintes ou qui allaitent et qu’elles utilisent une contraception, cela pourrait prendre «un temps relativement long avant qu’un nombre notable de cas d’une infertilité post-vaccination ait pu être observée. »

Dans une étude britannique sur les effets secondaires du vaccin COVID-19 , cinq fausses couches ont été signalées après l’utilisation du vaccin Pfizer et trois après la prise du vaccin AstraZeneca.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Vaccin, ce que l'on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N'hésitez pas à vous abonner ! Un abonnement annuel à 30 € seulement !

close
Pour recevoir MPI gratuitement chaque semaine !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Revue choc sur le vaccin : un scandale moral, médical et politique

La dernière revue de CIVITAS arrive, c’est un baton de dynamite ! Vous pouvez déjà la précommander !

La célèbre généticienne Alexandra HENRION CAUDE y donne un entretien exclusif et explosif, et le père Joseph y aborde avec rigueur et clarté le scandale moral.

Vaccin, ce que l’on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N’hésitez pas à vous abonner !

Un abonnement annuel à 30 € seulement !