Sanctoral

Saint Antoine – Abbé

Après saint Paul, le Père des Anachorètes, le Cycle de Noël nous fait honorer saint Antoine, le Père des Cénobites. Antoine, Égyptien, naquit de parents nobles et chrétiens, dont il se vit privé, encore adolescent. Entrant un jour dans une église, il entendit citer ces paroles de l’Évangile : « Si tu veux être parfait, va et vends ce que tu as, et donne-le aux pauvres » il pensa devoir obéir au Christ notre Seigneur, comme si ces paroles lui eussent été adressées. Ayant donc vendu son bien, il en distribua tout l’argent aux pauvres. Dégagé de ces entraves, il entreprit de mener sur la terre un genre de vie tout céleste. Mais comme il descendait dans l’arène pour un combat si périlleux, il jugea qu’il devait adjoindre au bouclier de la foi dont il était armé, le secours des autres vertus, et il s’enflamma d’un tel zèle pour les acquérir, qu’il s’efforçait d’imiter quiconque lui semblait exceller en quelque vertu. Se retirant au désert d’Egypte dès l’âge de dix-huit ans – après la mort de ses parents -, il y vécut d’abord de la vie érémitique. Le démon, afin de l’effrayer et de le faire quitter sa solitude, lui apparaissait sous les formes les plus hideuses; mais le Seigneur le rendit redoutable à ses ennemis: un mot de sa bouche réduisait ces monstres à néant. Sa sainteté attira bientôt les âmes désireuses de voir s’affirmer en elles avec plus de perfection la royauté divine du Christ. En groupant les solitaires sous sa direction, saint Antoine posa les premiers jalons de la vie commune. Il leur donna cette doctrine profonde, large et sûre, mûrie dans la solitude et la prière, où l’ascèse catholique n’a jamais cessé de puiser. Il soutint aussi une lutte des plus rudes contre l’arianisme, et avec saint Athanase qui l’honorait de son amitié, défendit avec succès le dogme de la divinité du Christ. Il mourut le 17 janvier 356 à l’âge de 105 ans. Un an après, son ami, le courageux confesseur de la foi, saint Athanase écrivit sa vie qui, pendant des siècles, fut le manuel de l’ascétisme. Le but et la tâche de l’ascétisme, pour lui, est le calme, la sérénité et l’équilibre de l’âme ; l’ascétisme ne tend pas à l’anéantissement du corps, mais à sa soumission, afin de rétablir l’harmonie primitive, la vraie nature de l’homme. Son tombeau, d’abord situé en un lieu inconnu sur la montagne Kolzin au bord de la mer Rouge, puis, en 561, les restes du saint furent déposés à Alexandrie. Ils se trouvent maintenant à Saint-Julien d’Arles. Il mérita le nom de « père des moines », d’où cette messe d’un « abbé », c’est à dire « père ».

Apparition de Notre-Dame de Pontmain, le 17 janvier 1871

MAIS PRIEZ MES ENFANTS DIEU VOUS EXAUCERA EN PEU DE TEMPS.

Martyrologe

En Thébaïde, saint Antoine abbé, père d’une multitude de moines; sa vie et ses miracles l’ont rendu très célèbre.

Saint Athanase a décrit ses actions dans un ouvrage remarquable. Le corps sacré d’Antoine, retrouvé sous l’empereur Justinien, à la suite d’une révélation divine, fut transporté à Alexandrie et inhumé dans l’église de saint Jean-Baptiste.

A Langres, en Gaule, les trois saints jumeaux, Speusippe, Eleusippe et Méleusippe. Avec leur aïeule Léonille, ils obtinrent la couronne du martyre, au temps de l’empereur Marc-Aurèle.

A Bourges, en Aquitaine, la mise au tombeau de saint Sulpice évêque, surnommé le Pieux. Sa vie et sa précieuse mort sont illustrées par de glorieux miracles.

A Rome, au monastère de saint André, les bienheureux moines Antoine, Mérule et Jean, dont le pape saint Grégoire fait mention dans ses écrits. Sur les confins de la région d’Edesse, en Mésopotamie, saint Julien ermite, surnommé Sabas. Sous l’empereur Valens, il releva par la puissance de ses miracles, la foi, catholique presque éteinte à Antioche.

A Rome, l’invention des saints martyrs Diodore prêtre, Marien diacre et de leurs compagnons, qui obtinrent le martyre aux calendes de décembre (1er décembre), alors que le pape saint Etienne gouvernait l’église de Dieu.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A l’heure de la 3ème dose et de la 5ème vague de mensonge, nous vous recommandons le livre : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER « Les vaccins en question », ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 € seulement !

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :