Sanctoral

Sainte Marie-Madeleine Pazzi, Vierge, carmélite

Née à Florence de l’illustre famille des Pazzi, Marie-Madeleine prit, on peut dire, dès son berceau, le chemin de la perfection. A dix ans, elle fit vœu de chasteté. Ayant revêtu l’habit de carmélite au monastère de Notre-Dame des Anges, elle se montra un modèle de toutes les vertus. Elle était si pure qu’elle ignorait absolument ce qui peut blesser la pureté. Sur l’ordre de Dieu, elle jeûna pendant cinq ans au pain et à l’eau, sauf les dimanches, où elle usait des mets permis en Carême. Elle châtiait son corps par le cilice, les flagellations, le froid, le jeûne, les veilles, l’insuffisance du vêtement et par toutes sortes de mortifications. Le feu de l’amour divin la brûlait à ce point que, ne pouvant le supporter, elle était obligée de se rafraîchir la poitrine avec de l’eau. Souvent ravie hors d’elle-même, Marie-Madeleine avait des extases prolongées et merveilleuses ; dans ces extases, elle pénétrait les mystères célestes, et recevait de Dieu des faveurs insignes. Ainsi fortifiée elle soutint un long combat contre les princes des ténèbres, en proie qu’elle fut à la sécheresse, à la désolation, abandonnée de tout le monde et tourmentée de tentations diverses : Dieu le permettant, pour qu’elle devint le modèle d’une invincible patience et de l’humilité la plus profonde. Sa charité envers le prochain a été particulièrement remarquable : souvent elle passait des nuits sans dormir, soit pour accomplir les tâches de ses sœurs, soit pour servir celles qui étaient malades, et elle en a guéri plusieurs en suçant leurs ulcères. Elle déplorait amèrement que les infidèles et les pécheurs fussent en voie de perdition, et s’offrait à endurer tous les tourments pour leur salut. Une vertu héroïque l’ayant fait renoncer, bien des années avant sa mort, à toutes les délices dont le Ciel la comblait, elle répétait souvent : « Souffrir et non mourir ». Enfin, épuisée par une longue et douloureuse infirmité, elle alla se réunir à l’Époux, le vingt-cinq mai -mil six cent sept, à l’âge de quarante et un ans. De nombreux miracles accomplis avant et après sa mort l’ont rendue célèbre. Clément IX l’a inscrite en 1669 au nombre des saintes Vierges, et son corps s’est jusqu’à présent conservé sans corruption.

Martyrologe 

Sainte Marie-Madeleine de Pazzi vierge, de l’Ordre des Carmes. Son anniversaire est mentionné le 8 des calendes de juin (25 mai).

A Rome, sur la voie Aurélienne, l’anniversaire de saint Restitut martyr.

A Iconium, en Lycaonie, la passion de saint Conon et de son fils âgé de douze ans. Sous l’empereur Aurélien, ils furent étendus sur un gril arrosé d’huile que l’on plaça sur des charbons enflammés, ils subirent ensuite la peine du chevalet et celle du feu, supplices qu’ils endurèrent avec une constance héroïque, enfin on leur écrasa les mains avec un maillet de bois, et ils rendirent l’esprit.

Au territoire de Trente, l’anniversaire des saints martyrs Sisinnius, Martory et Alexandre. Au temps de l’empereur Honorius, ils furent persécutés par les paiens dans la vallée de Nonsberg, suivant ce que raconte Paulin dans la vie de saint Ambroise : ils obtinrent ainsi la couronne du martyre.

A Camerino, la passion de mille cinq cent vingt-cinq bienheureux martyrs.

A Césarée de Philippe, les saintes martyres Théodosie, mère du martyr saint Procope, et douze autres nobles matrones, qui furent décapitées durant la persécution de Dioclétien.

A Trèves, le bienheureux Maximin, évêque et confesseur, qui reçut avec honneur l’évêque saint Athanase, exilé par la persécution des ariens.

A Vérone, saint Maxime évêque.

A Arce, en Latium, saint Eleuthère confesseur.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés