Feu le cardinal français Lustiger, qui fût archevêque de Paris de 1981 à 2005, introduisit cette nouveauté œcuménique au sein du diocèse de Paris  : inviter les orthodoxes à venir célébrer des vêpres en l’honneur de Denys l’aréopagite.

Depuis maintenant une vingtaine d’année, Notre-Dame de Paris est donc le lieu de vie de cette tradition conciliaire, la nouvelle Église issue du concile ayant elle-aussi besoin de ses traditions pour s’ancrer dans le temps. Pour la troisième année consécutive, ces retrouvailles œcuméniques ont été perturbées par des jeunes du MJCF (Mouvement de la Jeunesse catholique de France proche de la FSSPX) qui sont venus faire réparation en récitant le chapelet, dimanche dernier 8 octobre. Au grand désespoir de Mgr Eric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris, qui présidait cette cérémonie inter-confessionnelle ! Durant son petit laïus d’introduction il a fustigé durement ces jeunes catholiques :

« Depuis trois ans, un petit groupe de gens appartenant à une secte qui se croit catholique, encore, ont pris l’initiative de venir troubler cet événement. Puissions-nous vivre cela dans la paix malgré tout. Puissions-nous rendre grâce à Dieu pour l’amitié chrétienne qui se développe entre nos Églises unies dans une même foi par-delà les divisions que les siècles ont pu apporter. Puisse l’intercession de la Vierge Marie ouvrir un jour le cœur et l’intelligence de ceux qui manquant de science, manquant de profondeur de foi, et abusés par des faux maîtres pensent jouer, pensent être des martyrs de la vérité alors qu’ils créent des troubles et des divisions dans l’Église oubliant que le Seigneur Jésus lui-même nous a demandé, à nous ses disciples, de chercher toujours davantage l’unité. Ensemble frères et sœurs donc avec Mgr Emmanuel, [métropolite orthodoxe grec de France, exarque du patriarcat œcuménique en Europe occidentale, ndlr] que je remercie de subir avec beaucoup d’impavidité cette humiliation désormais annuelle, puissions-nous donc frères et sœurs vivre cela avec un cœur pacifique et rendre grâce à Dieu pour les saints qu’Il nous donne. »

Pour Mgr Eric de Moulins-Beaufort l’unité avec les sectes chrétiennes est plus importante que l’unité avec des vrais catholiques qui eux sont comparés tout bellement à une secte ! Pourtant ce sont eux qui respectent l’enseignement de l’Église de toujours. Dans son encyclique Mortalium Animos, le pape Pie XI a écrit:

« On comprend donc, vénérables frères, pourquoi ce Siège apostolique n’a jamais autorisé ses fidèles à prendre part aux congrès des non-catholiques : il n’est pas permis, en effet, de procurer la réunion des chrétiens autrement qu’en poussant au retour des dissidents à la seule véritable Église du Christ, puisqu’ils ont eu jadis le malheur de s’en séparer. »

Il rappelle pareillement que Saint Jean, l’apôtre de la charité, « interdisait de façon absolue tout rapport avec ceux qui ne professaient pas la doctrine du Christ, entière et pure ».

Dans le droit canon de 1917, au canon 1258, §1, l’Église catholique légifère cette interdiction :

« Il n’est pas permis aux fidèles d’assister activement ou de prendre part, sous quelque forme que ce soit, aux rites sacrés non-catholiques. »

Quant à Mgr Eric de Moulins-Beaufort, qui se montre sarcastique envers ces jeunes courageux qu’il décrit ironiquement comme « manquant de science, manquant de profondeur de foi », il ferait mieux de relire ces quelques mots, tirés de l’encyclique Pascendi de saint Pie X, qui le dépeignent si bien :

«Les artisans d’erreurs, il n’y a pas à les chercher aujourd’hui parmi les ennemis déclarés. Ils se cachent et c’est un sujet d’appréhension et d’angoisse très vives, dans le sein même et au cœur de l’Église, ennemis d’autant plus redoutables qu’ils le sont moins ouvertement. Nous parlons, Vénérables Frères, d’un grand nombre de catholiques laïques, et, ce qui est encore plus à déplorer, de prêtres, qui, sous couleur d’amour de l’Église, absolument courts de philosophie et de théologie sérieuses, imprégnés au contraire jusqu’aux moelles d’un venin d’erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique, se posent, au mépris de toute modestie, comme rénovateurs de l’Église; qui, en phalanges serrées, donnent audacieusement l’assaut à tout ce qu’il y a de plus sacré dans l’œuvre de Jésus-Christ, […]. »

Ces modernistes constate le saint pape mettent

« la religion catholique  […] entièrement sur le pied des autres. […] Ce ne sont point les incrédules seuls, Vénérables Frères, qui profèrent de telles témérités : ce sont des catholiques, ce sont des prêtres même, et nombreux, qui les publient avec ostentation. Et dire qu’ils se targuent, avec de telles insanités, de rénover l’Église! »

« […] Ils tiennent pour vraies toutes les religions. C’est aussi bien une nécessité de leur système. Car, posés leurs principes, à quel chef pourraient-ils arguer une religion de fausseté? […] Tout au plus, dans cette mêlée, des religions, ce qu’ils pourraient revendiquer en faveur de la religion catholique, c’est qu’elle est plus vraie, parce qu’elle est plus vivante; c’est encore qu’elle est plus digne du nom de chrétienne, parce qu’elle répond mieux que toute autre aux origines du christianisme »

écrit encore Pie X qui anathématise, à jamais, leurs fausses doctrines œcuméniques. Fausses doctrines qui sont depuis le concile Vatican II, et bien malheureusement, à l’honneur parmi les ecclésiastiques contemporains tel cet évêque moderniste parisien, imprégné jusqu’aux moelles d’un venin d’erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique.

Francesca de Villasmundo  

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

28 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :