Dimanche, lors de son discours annuel sur l’état de la nation, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a lancé la campagne pour les élections législatives du 8 avril. Le message est clair : la Hongrie et les Hongrois d’abord.

« La situation est que le danger auquel nous devons faire face vient de l’Ouest, des politiques de Bruxelles, Berlin et Paris. Ils veulent que nous adoptions leurs politiques qui ont fait de leurs pays des pays d’immigration, et qui ont amené par là le déclin de la chrétienté et la diffusion de l’islam »

Et de clamer bien haut :

« La chrétienté est le dernier espoir de l’Europe. »
Viktor Orban a souhaité la constitution d’une large alliance entre différents pays contre l’immigration et a critiqué l’Europe occidentale, devenue une « zone immigrée, un monde à la population métissée qui prend une direction différente de la nôtre ».
Le chef d’Etat hongrois a rappelé le rôle néfaste du milliardaire cosmopolite George Soros qui finance l’immigration. « Bien sûr, nous combattrons et nous utiliserons tous les recours juridiques possibles. Le premier est notre loi anti-Soros ».
« Partout, (Soros) veut qu’on accepte l’immigration. Ça ne marchera pas. Nous ne sommes pas seuls, nous combattrons ensemble (…) et nous vaincrons. »

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés