Le Professeur Didier Raoult a gagné son bras de fer contre le gouvernement de la Macronie. Le traitement qu’il préconisait depuis le début de l’épidémie de coronavirus peut enfin être prescrit par tous les médecins.

JORF n°0074 du 26 mars 2020
texte n° 31

Décret n° 2020-314 du 25 mars 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

NOR: SSAZ2008362D

ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2020/3/25/SSAZ2008362D/jo/texte
Alias: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2020/3/25/2020-314/jo/texte

Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre des solidarités et de la santé,
Vu la directive (UE) 2015/1535 du Parlement européen et du Conseil du 9 septembre 2015 prévoyant une procédure d’information dans le domaine des réglementations techniques et des règles relatives aux services de la société de l’information, et notamment la notification n° 2020/162/F ;
Vu le code de la santé publique, notamment ses articles L. 3131-15, L. 5121-8 et L. 5123-2 ;
Vu le code de la sécurité sociale, notamment ses articles L. 162-17 et R. 160-8 ;
Vu la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19, notamment son article 4 ;
Vu le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ;
Vu les recommandations émises par le Haut conseil de la santé publique le 24 mars 2020 ;
Vu l’urgence,
Décrète :

Le décret du 23 mars 2020 susvisé est ainsi modifié :
1° L’article 5 est ainsi modifié :
a) Les deuxième et troisième alinéas du I sont remplacés par les dispositions suivantes :

« – au départ du territoire hexagonal et à destination de La Réunion, de Mayotte, de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane, de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy, de la Nouvelle-Calédonie, de la Polynésie française et de Wallis-et-Futuna ;
« – au départ de l’une de ces collectivités et à destination du territoire hexagonal ; » ;

b) Le IV est remplacé par les dispositions suivantes :
« IV. – Pour les vols au départ ou à destination de la Polynésie Française et de la Nouvelle-Calédonie, le représentant de l’Etat peut compléter les motifs de nature à justifier les déplacements prévus au II du présent article.
« V. – Les dispositions du présent article s’appliquent aux vols au départ ou à destination de la Nouvelle-Calédonie, de la Polynésie française et de Wallis-et-Futuna dont le décollage est prévu à compter du 27 mars 2020 à zéro heure. Toutefois, il s’applique à compter du 29 mars 2020 à douze heures aux vols au départ de la Polynésie française. » ;
2° Il est inséré, après l’article 12-1, un chapitre 7 ainsi rédigé :

« Chapitre 7
« Dispositions relatives à la mise à disposition de médicaments

« Art. 12-2. – Par dérogation à l’article L. 5121-8 du code de la santé publique, l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile.
« Les médicaments mentionnés au premier alinéa sont fournis, achetés, utilisés et pris en charge par les établissements de santé conformément à l’article L. 5123-2 du code de la santé publique.
« Ils sont vendus au public et au détail par les pharmacies à usage intérieur autorisées et pris en charge conformément aux dispositions du deuxième alinéa de l’article L. 162-17 du code de la sécurité sociale. Le cas échéant, ces dispensations donnent lieu à remboursement ou prise en charge dans ce cadre sans participation de l’assuré en application des dispositions de l’article R. 160-8 du même code. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé est chargée, pour ces médicaments, d’élaborer un protocole d’utilisation thérapeutique à l’attention des professionnels de santé et d’établir les modalités d’une information adaptée à l’attention des patients.
« Le recueil d’informations concernant les effets indésirables et leur transmission au centre régional de pharmacovigilance territorialement compétent sont assurés par le professionnel de santé prenant en charge le patient dans le cadre des dispositions réglementaires en vigueur pour les médicaments bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché.
« La spécialité pharmaceutique PLAQUENIL© et les préparations à base d’hydroxychloroquine ne peuvent être dispensées par les pharmacies d’officine que dans le cadre d’une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d’un renouvellement de prescription émanant de tout médecin.
« Afin de garantir l’approvisionnement approprié et continu des patients sur le territoire national, en officines de ville comme dans les pharmacies à usage intérieur, l’exportation des spécialités contenant l’association lopinavir/ritonavir ou de l’hydroxychloroquine est interdite. Ces dispositions ne s’appliquent pas à l’approvisionnement des collectivités relevant des articles 73 et 74 de la Constitution et de la Nouvelle-Calédonie.
« Pour l’application du présent article, sont considérés comme établissements de santé les hôpitaux des armées, l’Institution nationale des Invalides et les structures médicales opérationnelles relevant du ministre de la défense déployées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. ».

Article 2

Le ministre des solidarités et de la santé et la ministre des outre-mer sont chargés de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française et entrera en vigueur immédiatement.

Fait le 25 mars 2020.

Edouard Philippe

Par le Premier ministre :

Le ministre des solidarités et de la santé,

Olivier Véran

La ministre des outre-mer,

Annick Girardin

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 commentaires

  1. Soupape says:

    1 – Ben mon vieux !

    J’ai peine à croire mes yeux … et ce qu’ils lisent …

    2 – Mais, … ce n’est que partie remise, …

    Car … s’il a fallu en arriver là … c’est que les enjeux sont trop importants

    On n’a lâché du lest … que pour mieux préparer … une prochaine offensive.

    3 – Alors il s’agira de nous imposer

    le retour de l’ESCLAVAGISME … comme méthode unique et définitive … de gouvernement

    On essaiera de pratiquer cette méthode … dans tous les Pays …

    4 – Il faut arrêter les FOUS du mondialisme … avant qu’ils ne deviennent dangereux.

    5 – On notera au passage … l’ignorance du ministricule de la santé …

    Il ne sait pas qu’on dit : “le territoire Métropolitain” … et non le territoire “hexagonal” !
    C’est vraiment un cancre …

    Encore un “gouvernant de rencontre”, comme disait de Gaulle en juin 1940 !

    6 – Seul le Retour massif au Dieu des Apôtres de Jésus Christ,
    peut nous éviter une nouvelle catastrophe.

  2. Tchetnik says:

    C’était ça ou une accusation de non non-assistance à personne en danger qui pensait au nez bien long – Pinocchioesque – des politiciens.

    Ça montre bien qu’en dépit des cautions pseudo scientifiques qu’ils se donnent, ils ne savent rien à rien, n’ont aucune vision d’ensemble et vivent au jour le jour. Effrayer les Français est tout ce qu’ils savent faire. Ça et leur faire les poches.

  3. Sancenay says:

    Une bataille de gagnée, c’est touiours bon à prendre.Il en faudra d’autres et restons vigilants sur les réactions des imposteurs qui déjà ont envoyé des Douste-Blazy et autres flibustiers pour revendiquer le mérite de l’autorisation.Ils sont encore capables de ressortir des tests négatifs pour promouvoir leur camelote.

  4. Sancenay says:

    …sans parler des risques , une fois encore, de manque de stocks. A suivre …

  5. Bravo et merci, docteur Raoult!
    Que Dieu vous garde!

  6. Mildred says:

    Oui mais non, un généraliste ne peux toujours pas prescrire : ne peuvent être dispensées par les pharmacies d’officine que dans le cadre d’une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d’un renouvellement de prescription émanant de tout médecin.

  7. Sancenay says:

    A décrypter le texte, les choses demeurent encore très ambigües ce matin , puisque, d’une part, on recommande en cas de doute de s’adresser aux “médecins de ville” c’est à dire aux généralistes, or , le texte ne permet pas à ceux-ci de prescrire les deux composants du cocktail préconisé par le professeur Raoult. De plus, comme la préconisation du professeur Raoult est de prescrire sa solution DES LES PREMIERS SIGNES pour qu’elle soit efficace, à quoi joue-t-on encore, quand on apprend encore ce matin de la bouche des pharmaciens qu’il n’y a soudainement plus de chloroquine de disponible ?

  8. MA Guillermont says:

    Au Poker … Ils jouent au poker … MENTEUR !

    Ils sont les Rois du BLUFF !!!

    Les Rois d’UN jour ! Le jour d’Après est le lac de FEU , ils l’auront amplement mérité .

  9. DECANTE Claude-Blandine says:

    Enfin ! Ouf! MAIS durant ces tergiversations politicardes, combien de malheureux sont décédés faute de recevoir ce cocktail salvateur ? Il y a aura très probablement des familles qui déposeront plainte contre ce ministre pour ‘non-assistance à personne en danger’…et c’est légitime. Quand nous serons sortis de ce cauchemar, il faudra bien..faire les bilans de tous et sanctionner les responsables de cette longue attente de l’autorisation. ET MERCI AU PROFESSEUR RAOULT qui a tenu bon, en véritable médecin qu’il est !! – Cl-Bl.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.