Dans la nuit de jeudi à vendredi 19 janvier 2018 (théophanie orthodoxe à date fixe), Vladimir Poutine s’est plongé dans les eaux glacées du lac Saliger  (à mi-chemin entre Saint-Petersbourg et Moscou), à l’occasion de l’anniversaire du baptême de Jésus-Christ par saint Jean-Baptiste, selon la tradition orthodoxe qui a vu cette année 1,5 millions russes affronter l’eau glacée, en sacrifice traditionnel et pour la purification du corps et de l’âme. Les participants, complètement immergés, doivent tremper trois fois leur tête dans l’eau au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

«Il y avait beaucoup de fidèles et le Président a assisté à une partie de la liturgie dans la cathédrale, tout se passait donc en public. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de montrer les photos», a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, ajoutant que Vladimir Poutine  plongeait «dans le trou [dans la glace] depuis plusieurs années».

Un acte révélateur

Ceux qui cèdent à la propagande occidentale riront sous cape en se disant que le président russe flatte son électorat alors qu’il est candidat à la présidence pour la deuxième fois cette année. Quels que soient les motifs qui ont poussé Vladimir Poutine à célébrer la Théophanie, le président russe ne fait que ce qu’il a toujours fait depuis 1999, année où il a été président de la fédération de Russie pour la première fois. Par ailleurs, cela démontre aussi que la foi des Russes est vive prés de 30 ans après la chute du régime athée soviétique, ce qui n’est hélas plus le cas en Occident. Si les Russes n’étaient pas sensibles aux démonstrations de foi, cette vidéo ne serait jamais parue en pleine période électorale. Et si les autorités de  la Fédération n’encourageaient pas cette foi, elle serait en déliquescence comme en Occident. On peut même constater le complet renversement de paradigme entre l’Occident et l’Europe orientale depuis la chute du régime communiste, puisque du temps de l’empire soviétique, l’Occident mettait Dieu en avant, alors que les soviétiques raillaient la foi en Dieu de l’Occident, tandis qu’aujourd’hui ce sont les anciennes républiques soviétiques d’Europe, Russie en tête, mais aussi la Pologne et la Hongrie qui se revendiquent de leur foi en Dieu à travers l’orthodoxie ou le catholicisme et qui, -en ce qui concerne les pays de l’Union européenne-, luttent pour protéger leur identité religieuse face aux attaques de Bruxelles.

Il importe donc peu de sonder les reins et le cœur du président Poutine. Même dans les meilleurs moments de la Guerre froide, jamais les chefs d’État occidentaux n’ont manifesté avec autant d’éclat ni de constance leur foi en Dieu. Celle-ci n’était manifestement qu’un argument contre leur adversaire pour flatter les chrétiens de Russie [ainsi que l’avait dénoncé Soljenitsyne, surpris de l’athéisme militant qui sévissait en Occident], on le constate bien aujourd’hui où pour continuer de faire de la Russie le faire-valoir de leurs ambitions, les oligarques occidentaux ont inversé leurs arguments contre la Russie, bien loin de se féliciter du retour officiel à la foi de celle-ci et de la fin des persécutions religieuses dans les anciens pays soviétiques.

Des Français suivent l’exemple d’1 à 2 millions de Russes qui se sont baignés dans les eaux glacées pour célébrer le baptême du Christ.

Une tradition qui fait de plus en plus d’émules en Russie chaque année.

Voir aussi:

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

22 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :