L’abbaye Sainte-Marie du Rivet, située à Auros à quelques kilomètres de Bordeaux, possède une très longue histoire qui remonte à l’époque de Charlemagne ! Aujourd’hui, encore, l’abbaye est encore très connue pour ses bons biscuits et sablés. Allez, sans plus attendre, Divine Box vous raconte tout en détail dans cet article. C’est parti !

 

L’abbaye du Rivet à Auros, en Aquitaine © Abbaye du Rivet

 

Les (anciennes) origines de l’abbaye du Rivet

Saviez-vous que l’abbaye du Rivet est l’un des plus vieux monastères de France ? Et oui, selon certaines archives, ce lieu aurait été habité par des moines depuis le milieu du VIIIe siècle ! Soit l’époque de Charlemagne ! Il s’agissait probablement d’un monastère de moines bénédictins. Aujourd’hui encore, on retrouve des restes d’une architecture ancienne, comme par exemple des fortifications, datant du IXe siècle !

Cependant, les archives restent rares, et on n’a pas beaucoup d’informations sur cette époque (vous allez comprendre pourquoi en lisant la suite !). On sait seulement qu’en 1189, la communauté devient cistercienne. A cette époque, le nom du monastère est déjà “Sainte-Marie”.

S’ensuit une période prospère, grâce notamment à la protection personnelle du pape Urbain IV ! Mais ce n’est pas tout, l’abbaye reçoit aussi le soutien d’Henri III et Edouard 1er, rois d’Angleterre. Et en 1408, le monastère est érigé en abbaye !Jusqu’ici, tout va comme sur des roulettes à l’abbaye du Rivet !

 

L’église de l’abbaye du Rivet, datant du XIIIe siècle © Divine Box

 

L’abbaye connaît des périodes difficiles…

Et oui, comme de nombreuses abbayes, l’abbaye du Rivet a été confrontée aux nombreuses guerres, à commencer par la Guerre de Cent Ans. Celle-ci laisse à la communauté seulement cinq moines ! Un siècle plus tard, en 1593, ce sont cette fois-ci les guerres de Religion qui ravagent l’abbaye. Les moines sont mutilés, les bâtiments sont détruits, et les archives avec… Voilà pourquoi il nous reste peu d’informations sur ces périodes de l’histoire de l’abbaye !

En 1702, il ne reste plus qu’un moine à l’abbaye. Heureusement, un abbé commendataire (c’est-à-dire un abbé ou un laïc qui n’est pas forcément sur place, mais qui gère les finances de l’abbaye) est nommé par Louis XIV, et l’abbaye reprend peu à peu son souffle. Mais à peine revivifiée, l’abbaye subit les désastres de la Révolution française. Les cisterciens sont alors chassés de l’abbaye, qui est ensuite vendue comme bien national en 1791. C’est la famille Tamizé qui rachète le lieu en 1885, avant de restaurer tous les bâtiments.

 

Voici à quoi ressemble le cloître de l’abbaye © Divine Box

 

La belle vie est de retour !

A partir de 1938, la vie monastique est complètement restaurée au Rivet. Houra ! Ce sont les moniales trappistines du monastère de Blagnac (à Toulouse), qui habitent l’abbaye à leur tour. En effet, elles étaient en recherche d’un nouveau lieu plus calme, car la construction d’un aéroport allait perturber leur quotidien bien tranquille ! Cela fait donc 85 ans que les sœurs trappistines sont installées au Rivet, dans ce lieu chargé d’histoire.

Aujourd’hui, quatorze moniales trappistines appartiennent à la communauté du Rivet. Elles partagent leur quotidien entre la prière et le travail, fidèles à la règle de saint Benoît. Elles se rassemblent sept fois par jour pour prier : et le premier office est à 4h30 du matin ! Et pour ce qui est de l’artisanat monastique, elles concoctent dans leurs ateliers de délicieux biscuits depuis plus de vingt ans : c’est leur spécialité ! En parallèle, elles font aussi des santons, des bougies, et même des foulards en soie.

 

Les sœurs ont sept offices par jour ! © P.Mondon

 

Les bons petits biscuits du Rivet !

Au Rivet, le travail en communauté est de rigueur, évidemment ! C’est sœur Magdalena qui coordonne le travail à la biscuiterie, pour la production de toute une collection de biscuits : sablés au citron, au chocolat, galettes d’épeautre, macarons au miel, biscuits au sésame… Il y en a pour tous les goûts ! Là bas, tout est fait à la main : de la pâte à l’emballage en passant par le découpage à l’emporte-pièce. Voilà peut-être la clé de la réussite !

 

Une soeur préparant les sablés à la cuisson © Divine Box

 

Et pour découvrir les produits du Rivet ?

Pour acheter les produits de l’abbaye Sainte-Marie du Rivet, le mieux est bien sûr d’aller directement au magasin de l’abbaye : abbaye Sainte-Marie du Rivet, Le Rivet, 33124 Auros. Profitez-en pour faire un petit coucou aux sœurs !
Sinon, si ça fait trop loin ou que le covid vous en empêche, vous pouvez cliquer ici pour acheter en ligne les produits de l’abbaye du Rivet. Enfin, cliquez ici pour en savoir plus sur l’histoire de l’abbaye du Rivet (et notamment sur la réplique de la grotte de Lourdes installée sur place!)

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :