Tout est prêt pour le voyage du pape en Bulgarie et en Macédoine. Une de ses premières visites sera réservée à un camp de « réfugiés », vrais clandestins arrivés illégalement en Europe : un message fort contre les « populistes » et souverainistes à quelques semaines des Européennes !

Cette visite pontificale au cœur de l’Europe, là où l’opposition à l’immigration clandestine est la plus énergique et courageuse, et centrée dès le début sur le thème de l’accueil des « migrants », a la valeur d’un message spécifique et bien politique adressé aux citoyens des pays européens bientôt aux urnes pour renouveler le parlement de Strasbourg.

L’opposition directe entre le Vatican bergoglien et le phénomène identitaire, populiste, souverainiste, de quelques façons qu’on l’appelle ou le dénigre, se fait toujours plus saillante, par la volonté du pape François. Son choix de sélectionner le camp de « réfugiés » de Vrazhdebna parmi les étapes prévues la semaine prochaine lors de son séjour en Bulgarie parle de lui-même et ressemble bien à une « mission » anti-Salvini et anti-souverainiste. Et l’on nous dit que ce pape, agent conscient ou non du mondialisme, ne fait pas de politique…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires